Côte-d’Ivoire: 10 ans après les massacres de Duékoué, le procès contre Amadé Ouérémi débute à Abidjan

C’est un procès qui risque de faire très mal. En effet 10 longues années après les massacres de Duékoué, les 29,30 et 31 mars 2011, le procès contre le principal bourreau, les supplétifs des rebelles ivoiriens du MPCI, Amadou Ouérémi.

Nous sources nous annoncent les passages à la barre d’anciens poids lourds militaires et politique de la rébellion.

Selon nos informations, vont en effet se succéder a devant les juges, le général Gueu Michel, le commandant de toutes les opérations des FN dans la moitié ouest de la Côte-d’Ivoire, Losseni Fofana, ancien com’zone de Man, sans oublier le commandant rebelle du secteur de Duékoué au moment de la chute de ville le 30 mars 2011, Koné Daouda dit Konda. L’ancien commandant du secteur de Danané, Eddie Médi, qui avait dirigé les combats à l’époque contre les FDS et les milices pro-Gbagbo, est aussi annoncé à la barre comme témoin.

Hervé Coulibaly


MASSACRE DE DUEKOUÉ: AMADÉ OUÉRÉMI FAIT DE GRAVES RÉVÉLATIONS ET ACCUSE
« J’étais à Bagouo le 27 mars 2011. C’est le Commandant Fofana Losseni dit Loss qui a donné l’ordre de chasser les miliciens de Duekoué. Moi, j’étais un rebelle aux ordres du chef de guerre Coulibaly de Kouibly. C’est lui qui m’a fourni des armes et des treillis militaires.
Moi j’étais malade et je ne faisais que mettre les munitions dans les chargeurs des armes dans le village de Blodi. C’est après la libération de Duekoué que je suis entré dans la ville. Les vrais dozos étaient nombreux ce jour là. Ce sont les dozos qui ont tué les gens.
Ce n’est pas parce que c’est mélangé qu’ils vont mettre tout sur moi. Dieu même sait que je n’ai pas fait ça moi seul. J’ai vu des corps des hommes. C’était beaucoup. Je n’ai jamais vu ça de ma vie. Il y avait des femmes, des hommes, des enfants et des vieillards parmi les corps. Des personnes ont été brûlées vifs dans des maisons.
On m’a utilisé comme un chiffon pour nettoyer leurs déchets. Je n’avais pas d’hommes sous mes ordres. Je n’ai pas tué de Guéré. Les gens ont essayé de me tuer. Mais, ce que voulez, je vais tout dire ».
#AbidjanOnDit

Commentaires facebook
blank

Publié par La Rédaction