Travail dans les mines: La Côte-d’Ivoire retourne des enfants burkinabè à leurs parents

Traite des enfants

« Une vingtaine de mineurs de nationalité burkinabè victimes de traite sont en route pour regagner leur pays, le Burkina Faso », rapporte une note du ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant (Mffe) dont Fratmat.info a reçu copie, ce vendredi 26 mars 2021.

En effet, dans la journée du 6 février 2021, le ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant avait été informé par la Sous-Direction de la Lutte contre la Traite et le Travail des Enfants et la Délinquance Juvénile de la Police Criminelle, de l’interception d’un véhicule de transport comprenant à son bord, 42 personnes dont 19 enfants.

Ce car en provenance de Korhogo et en partance pour Aboisso, intercepté en raison du nombre élevé d’enfants, a fait l’objet d’un convoyage à la gendarmerie où, les écoutes ont permis de soupçonner un trafic d’enfants burkinabè destinés à une exploitation dans une mine. Sur instruction du Prof. Bakayoko-Ly Ramata, ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, les enfants ont été recueillis au centre de transit de l’ONG Côte d’Ivoire Prospérité (Abobo-Abidjan) et sont en route pour regagner le Burkina Faso ce vendredi 26 mars 2021.

Le rapatriement sécurisé de ces enfants est assuré par une équipe composée d’un travailleur social du ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, d’un responsable chargé du suivi social et un attaché de défense de l’Ambassade du Burkina Faso en Côte d’Ivoire.

Présente à la rencontre pour le retour officiel de ces enfants au Burkina, la ministre a dit être venue avec des membres du Cabinet de la première Dame Dominique Ouattara et le Consul du Burkina Faso pour s’assurer de la bonne organisation du départ des enfants. Lesquels seront remis au ministère en charge de la Protection de l’Enfant du Burkina qui, à son tour, va s’occuper de la réunification familiale.


« Je puis vous rassurer que sous le leadership de la Première Dame, la Côte d’Ivoire mène une lutte acharnée contre la traite et l’exploitation des enfants aussi bien au niveau national que transfrontalier. Ça sera la tolérance zéro dans la lutte contre la traite des enfants », a-t-elle relevé. La ministre a également souligné la bonne collaboration et la synergie des actions qui ont permis d’arracher les enfants des griffes des trafiquants et ensuite de leur apporter tous les soins nécessaires à leur bien-être.

La ministre a remercié le directeur général de la police qui a remis un laisser-passer spécial pour faciliter le voyage des enfants et l’ONG Côte d’Ivoire Prospérité pour tout l’appui à la prise en charge et la protection des enfants vulnérables. Elle a demandé à aux enfants d’être les ambassadeurs de la protection de l’enfant.

Le Prof. Bakayoko-Ly a aussi salué le professionnalisme de la police criminelle et du tribunal d’Aboisso qui a permis d’arrêter les trafiquants au nombre de quatre.

Le Consul général du Burkina en Côte d’Ivoire, M. Nana Benjamin, a dit un grand merci aux autorités ivoiriennes pour tout ce qui est fait dans le cadre de la protection de l’enfant. Au nom de la Première Dame Dominique Ouattara, M. Amani Michel a dit sa satisfaction à l’endroit de la police et du ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant mais également de la collaboration entre la Côte d’Ivoire et Burkina en matière de lutte contre la traite des enfants.

Relevons qu’en lien avec le MFFE, le centre de transit de l’ONG Côte d’Ivoire Prospérité, dirigé par le pasteur Patrick Klossaïl, a assuré la prise en charge alimentaire, médicale, psychologique des enfants. En outre, des activités récréatives ont été créées pour ces enfants avec une équipe de 21 personnes mises à leur disposition.

Salif D. Cheickna
Fratmat

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction