Lancement officiel de l’année Amadou Hampâté Bâ à Abidjan

Quand : Lundi 12 avril 2021 à 16h30

Où : Fondation Amadou Hampâté Bâ

La Fondation Amadou Hampâté Bâ et le Bureau de l’UNESCO à Abidjan organisent avec la présence du professeur Yacouba Konaté, Directeur de la Rotonde des Arts et du professeur Méité Méké, Titulaire de la Chaire UNESCO pour la Culture de la Paix, le lancement officiel de l’année Amadou Hampâté Bâ, le lundi 12 avril 2021 à 16h30 au siège de la Fondation situé au 11 rue des cannas, Cocody Danga, Abidjan.

Écrivain africain de renom, Amadou Hampâté Bâ a œuvré toute sa vie à la défense des traditions orales en Afrique de l’Ouest et à leur transcription sur des milliers de documents. Le 15 mai 2021, seront commémorées les trente années de sa disparition et c’est à partir de cette date symbolique que la Fondation Amadou Hampâté Bâ et le Bureau de l’UNESCO à Abidjan ont choisi de lancer une année d’hommage afin de célébrer et de partager l’œuvre magistrale et universelle que l’auteur nous a léguée.

L’année Amadou Hampâté Bâ sera riche d’événements culturels à ne pas manquer. Parmi ces derniers, il convient de citer :

– Un Webinaire de Haut Niveau

– Le Salon des Langues Africaines, SILANG

– Une exposition digitale internationale ouverte aux publics ivoirien et international

– Un colloque international universitaire

– Un concours littéraire


L’année d’hommage intervient dans la continuité de ce qu’entreprennent la Fondation et l’UNESCO depuis 2019. En effet, cette étroite collaboration vise à numériser et à conserver les archives présentes au sein même de la Fondation en vue de valoriser et diffuser cette œuvre et de la proposer au Registre de l’UNESCO « Mémoire du Monde ».

À propos de l’UNESCO :

L’UNESCO est l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture. L’UNESCO cherche à instaurer la paix par la coopération internationale et la solidarité intellectuelle et morale en matière d’éducation, de science et de culture. Les programmes de l’UNESCO contribuent à la réalisation des objectifs de développement durable définis dans l’Agenda 2030 adopté par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2015.

À propos de la Fondation Amadou Hampâté Bâ :

La Fondation Amadou Hampâté Bâ a été créée en 2002 grâce au soutien de l’État ivoirien, à des intellectuels du milieu de la culture et aux dignes héritiers de l’écrivain. Les locaux conservent des milliers de documents d’archives qui ont rempli la vie de l’auteur et nourri ses recherches pendant plus de 70 ans. La Fondation a pour principale mission de conserver vivant l’héritage spirituel du sage de Marcory et de la transmettre aussi bien aux chercheurs qu’à la jeune génération.

La conférence de presse se tiendra dans le strict respect des mesures sanitaires de lutte contre la Covid-19.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Gabriel Brun-Rambaud

Tél : +225 07 58 79 79 68

Mail : ga.brun-rambaud@unesco.org

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

1 commentaire sur “Lancement officiel de l’année Amadou Hampâté Bâ à Abidjan

  1. ==== LA GRANDE AME DE BANDIAGARA ====

    Triste mois de Mai 1991…..

    Mai 1991 de violences dans la cité universitaire de Yopougon où la FIRPAC (Force d’intervention rapide para-commando) une troupe d’élite donne l’assaut à de simples étudiants… Et Houphouët-Boigny qui refuse de sanctionner sa troupe !

    Mai 1991 où installé confortablement sur mon siège d’un vol Air Afrique pour Paris, je découvre à la une de Fraternité Matin la triste nouvelle. Le Sage de Marcory nous a quittés cette nuit….

    Je ne t’ai pas connu de ton vivant hélas malgré toute l’admiration que j’éprouvais pour toi. Toi la grande âme descendue des collines de ton Bandiagara natal pour partager aux bords de la lagune Ebrié, ta science avec ton ami Boigny…

    Je suis pourtant reparti cchercher tes traces à Bandiagara aux pieds des falaises du Pays Dogon.

    J’ai été accueilli à bras ouverts comme le malien sait si bien le faire. Par l’ami Ouologuem, Directeur alors de cette école fondamentale (primaire) où tu fis une partie de ton parcours : la petite et ancestrale Ecole Mamadou TOLO.

    Je n’ai pu rencontrer hélas comme souhaité, Yambo Ouologuem le brillant écrivain qui s’était retiré du monde et replié sur son plateau Dogon.

    Ah ce pays Dogon…

    Mystérieux pays Dogon oû la cosmogonie avait connaissance de l’étoile Sirius C, bien avant une confirmation de la NASA…

    « …Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire (…). Jamais il ne s’ élance vers l’avenir ! ».

    Ah bon ?

    Après tout, on le savait de vous bien avant que cela ne soit dit publiquement à Dakar !

    Et comme « l’africain n’est pas assez entré dans l’histoire »…on doute encore de cette antériorité du savoir…

    Comme si l’africain Bakary II en 1312 n’avait pas mis pied en Amérique, bien avant Christophe Colomb dont la découverte date de 1492…

    C’est encore eux les négationnistes qui ont dénié à Yambo son extraordinaire talent d’écrivain. Et le Dogon s’est emmuré dans un long silence jusqu’à la mort !

    Le sage de Marcory Amadou Hampâté Bâ,
    nous avait pourtant invité à l’humilité :

    « Croire que sa race, ou sa religion, est seule détentrice de vérité est une erreur. Certaines vérités ne nous paraissent invraisemblables que, tout simplement, parce que notre connaissance ne les atteint pas.. »

    Allez le dire à Nicolas Sarkozy ! Quant à nous passons notre chemin.

    La toile est inondée depuis cette semaine par une étrange affaire de voleurs rattrapée par des abeilles au Kenya. Les vidéos abondent sur YouTube.

    Pendant mon périple initiatique en pays Dogon, j’ai pu voir des marchandises « abandonnées » au marché. Apparemment sans gardien ! Mais attention les abeilles du propriétaire veillaient…. Afrique des profondeurs ! Nous qui n’avons pas inventé les caméras de surveillance 360° ou infrarouge….

    Les Dogon nous attendent en 2027 pour la grande fête du SIGI. Cette fête tournante célèbrée pendant 7 ans et sur un cycle de 60 ans ! La dernière eut lieu de 1967 à 1974 ! On y ira nous abreuver de sciences et de vérités aux pieds des Nostradamus africains. Sous le Toguna des sages qui ont inventé aussi le célèbre ASSEYONS NOUS ET DISCUTONS, bien avant la récupération des politiques…

    Au passage, nous y accomplirons pieusement dans le sable fin des mosquées de Bandiagara notre devoir religieux. Comme les disciples de Tierno Bocar dans la nuit des temps.

    A la célèbre citation mondialement connue  » Un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle » de Hampâté BA, un intellectuel ivoirien a opposé une contradiction malheureuse. Son ami feu le Professeur Sery BAILLY tentera des années plus tard de sauver la situation. Trop tard..
    L’histoire a retenu le dérapage !

    Pour contredire un monument comme Hampâté Bâ, il faut aller vite… à pas de caméléon !

    Cependant donnons « raison » à Gbagbo ! A l’ère de la digitalisation poussée et des faibles coûts de l’archivage numérique du savoir, faisons en sorte qu’un vieillard qui meurt ne soit pas une bibliothèque en flammes !

Comments are closed.