Côte-d’Ivoire: Mariatou Koné annonce les états généraux de l’école ivoirienne (une idée de la FESCI)

« Je m’engage à consolider les acquis et à apporter les améliorations nécessaires à l’effet de rendre notre système éducatif toujours plus performant en matière d’offre, en matière d’accès, en matière de qualité »

Ce sont les premiers mots de la nouvelle ministre en charge de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, le professeur Mariatou Koné, au cours de la cérémonie de passation de charges entre elle et la Ministre d’État Kandia Camara qui occupe désormais le portefeuille des Affaires étrangères, de l’intégration africaine et des ivoiriens de la diaspora.

Par ces mots, celle qui a désormais en charge l’école ivoirienne, traduit son engagement à œuvrer au rayonnement de l’école ivoirienne conformément à la vision du Président de la République Alassane Ouattara. Un rayonnement qui, selon elle, devrait passer avant tout par l’implication de tous les acteurs du système éducatif ainsi que les partenaires. C’est pourquoi elle a appelé à la tenue prochaine d’un diagnostic d’envergure matérialisé par des états généraux ou encore des assises de l’éducation et de l’alphabétisation : :  » j’envisage organiser immédiatement des rencontres avec des entités qui peuvent contribuer par leurs idées, expériences et compétences, à m’aider à relever la mission qui m’est confiée. » A -telle affirmé.


La nouvelle patronne de l’école ivoirienne qui croit que le meilleur encadrement de la jeunesse ivoirienne ne peut se faire en dehors des qualités telles que la performance, la qualité, le mérite, la transparence et l’équité, n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance au chef de l’État et au Premier Ministre pour cette confiance renouvelée en lui confiant le portefeuille de l’éducation nationale et de l’alphabétisation.

Poursuivant, elle a félicité son prédécesseur pour le travail abattu.

Au cours de son intervention, la Ministre d’État Kandia Camara a présenté les actions réalisées et les acquis depuis 2011. Après dix années passées à la tête de ce département, elle a indiqué qu’en dépit du bilan satisfaisant, beaucoup reste à faire pour l’école ivoirienne.

Notons que la cérémonie de passation de charges en question qui s’est tenue dans les locaux de la nouvelle Direction des Examens et Concours situé dans la commune du Plateau en présence du Secrétaire Général Adjoint du gouvernement a impliqué, outre les deux ministres citées plus haut, Koffi N’guessan le nouveau Ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnelle et Brice Kouassi, le secrétaire d’État chargé de la modernisation de l’administration.

Ministère en charge de l’Education nationale

Commentaires facebook
blank

Publié par La Rédaction

3 commentaires sur “Côte-d’Ivoire: Mariatou Koné annonce les états généraux de l’école ivoirienne (une idée de la FESCI)

  1. ===== LA OÛ ON VOIT L’HOMME ! =====

    C’est à l’éducation nationale qu’on voit l’homme ! Pour paraphraser la devise d’une promotion d’un célèbre lycée de Côte d’Ivoire…

    Et il ne s’agit ici point ici d’homme mais d’Homme ! Car c’est bien une Dame qui remplace une autre Dame.

    Jamais sans doute de mémoire d’ivoirien, le changement de titulaire à la tête du Ministère très sensible de l’éducation nationale, n’a suscité autant de passions et d’intérêts que celui auquel on assiste depuis peu.

    D’avance ne croyez pas qu’on sera tous unanimes sur les raisons de cet engouement. Ne croyez surtout pas aussi naïvement que c’est la passion de la qualité de l’enseignement en tant que telle qui motive ou agite une certaine opinion.

    Les réelles motivations sont ailleurs !

    On vous taira bien entendu les sales affaires des mafias qui vivaient aux crochets auxquelles la gouvernance Kandia a mis fin !

    Certains évoquerons une question de principe pour affirmer qu’un ministre ne saurait rester au même poste pendant plus de 5 voire 3 années. Comme Andreï Andreïevitch Gromyko, ce diplomate soviétique. ministre des Affaires étrangères de l’Union soviétique puis président du præsidium du Soviet suprême près de TRENTE (30) ans ! La fonction bien exécutée use le titulaire et donc moins on s’éternise au poste et moins on sera victime d’une certaine loi des rendements décroissants.

    D’autres vous diront sans sourciller que l’ancienne titulaire du poste, est responsable à titre personnel d’une relative chute de la qualité des enseignements et donc de l’école en Côte d’Ivoire. Une affirmation qui n’est soutenue comme d’habitude d’un état des lieux comparé de la situation de Mai 2011 et d’Avril 2021 ! Peu importe qu’on leur présente l’héritage réel du système éducatif en 2011 et surtout la destruction quasi générale à cette date de l’écosystème de l’éducation, de l’absence d’écoles dans plusieurs zones du pays, d’un ratio très insuffisant d’enseignants etc.

    KANDIA a le dos large ! Kandia est un pilier incontesté de l’ex-RDR. Et le combat se déporte aussi de ccôté. Abattre Kandia, c’est porter un coup au foie du pouvoir en place !

    Et ces franges de contestataires n’y vont jamais avec le dos de la cuillère. On occultera donc les réelles prouesses de la Dame de fer qui a pacifié le secteur de l’éducation et porté à bout des bras la politique de renaissance de l’éducation dans l’arrière pays et qui a accélé le renouvellement des effectifs ! Les chiffres incontestable et vérifiables plaisent assurément pour elle ! Avec la politique de la gratuité instaurée par le Président de la République la population scolarisée a explosé en peu de temps et il a fallu batailler dur pour satisfaire les besoins de toute la chaîne de l’éducation nationale. Ce fut un âpre combat !

    Kandia peut se consoler !

    J’ai vu la cité de Yopougon entrer en transe à l’annonce du départ du gouvernement de l’emblématique Ministre Paul Akoto YAO ! Alors qu’arrivait un pur produit du MEECI donc du PDCI aux commandes de l’éducation : Dr BALLA KEITA. A qui d’autres présageaient un bref séjour à la tête de ce Ministère à problèmes…

    Seul le temps jugera. Et c’est pourquoi il faut avoir la grande sagesse de Leopold Sedar Senghor

    ======== LES TROIS (3) SECRETS DE SENGHOR ======

    Quand ZING (le petit nom du Président-poete) est passé à Man, les Ministres Marietou et Kandia jouaient encore au parlement. On dit aussi à la marelle…

    Zing ou Senghor a quitté le pouvoir librement en surprenant tout son monde. Adversaires y compris. Lors de sa passation de pouvoir Senghor aurait fait cette confidence à Abdou DIOUF son intérimaire constitutionnel, en lui glissant en mains 3 enveloppes scellées.

    « Chaque fois que tu seras confronté à une crise politique APRES MOI, œuvre les enveloppes par ordre chronologique. Garde toi de les ouvrir de manière précoce… »

    Et Zing allait se reposer en Normandie puis vivre sa vie d’Académicien !

    La première crise arriva très vite ! Et l’autre d’ouvrir la première qui contenait une seule phrase : DIS AU PEUPLE QUE CETTE CRISE EST CAUSÉE PAR L’HÉRITAGE DE SENGHOR !

    Cet argument dit-on apesa les manifestants qui prolongèrent l’état de grâce de Diouf.

    Une seconde crise surviendra deux ans plus tard. La seconde enveloppe fut ouverte. Il était écrit : ON N’EFFACE PAS EN TROIS ANS LES EFFETS D’UNE GOUVERNANCE DE 20 ANS ! SENGHOR nous a laissés une situation compliquée ! Il est le responsable de nos crises.

    Difficilement le peuple accepta l’argument.

    Quand vint la troisième grande crise, le Président se dépêcha d’ouvrir la dernière enveloppe. Le sage homme y avait écrit :  » Jamais 2 sans 3. Oui peut être sauf ici. Quel jour assumerez vous, votre part de responsabilité ? Dites aujourd’hui au peuple que c’est Diouf le Responsable de la situation actuelle et que Diouf trouvera la bonne solution !

    C’est l’histoire de l’homme qui vint visiter en 1971 la belle ville de Man aux richesses culturelles innombrables. La veille de sa visite les anciens nous racontent que chacun des intervenants au meeting s’est évertué à rédiger le meilleur discours possible ! De Senghor les belles histoires nous parvenaient en effet dans nos chères montagnes !

    Comme celle de ce jour oû lui même si porté à corriger sévèrement autour de lui les moindres manquements dans la langue de Molière, commettre cette monumentale « bévue ».

    Je ne peux pas ne pas vous la raconter !

    Senghor et son Couvernement attendaient l’arrivée du train Dakar Bamako et qui avait à son bord Modibo KEITA. Le train avait pris un important retard. Et tout le monde était à bout de nerfs. Puis enfin quand parvint un sifflement dans le lointain, ZING s’exclama : Enfin LA voilà !

    Naturellement l’usagede ce LA n’avait pas échappé à son entourage. Et l’un de ses amis prit alors son courage à deux mains pour faire remarquer à Senghor que le LA ne convenait pas AU TRAIN !

    Et Zing imperturbable de répondre triomphalement : Je sais ! Mais qui vous dit que je parle du train. Ce LA désigne LA LOCOMOTIVE qui tire les wagons. Car sans LOCOMOTIVE pas de train ! Et les wagons ne tireront jamais une LOCOMOTIVE !

    ======= LE CONSENSUS AUTOUR DE L’ESSENTIEL, LA LOCOMOTIVE DE KONE MARIETOU ===

    Le GOUVERNEMENT ACHI I est un gouvernement oû chaque Ministre aura à faire à la DYNAMIQUE DES CENT PREMIERS JOURS.

    En management les 100 premiers jours de gouvernance à un poste de commandement sont vitaux. Et si nous ne réussissez pas à impulser une véritable dynamique aux grands chantiers à décliner, VOTRE MANDAT est mort !

    Voici pourquoi des Cabinets accompagnent les managers pour qu’ils aient un guide opérationnel pour cette période stratégique.

    KONE Marietou l’a bien compris en annonçant très vite un axe stratégique de travail. Les ÉTATS GÉNÉRAUX DE L’EDUCATION.

    Elle a pour ce faire deux possibilités :

    1. Confier à une Commission d’Experts nationaux et internationaux l’élaboration d’un rapport scientifique sur l’état de l’éducation en Côte d’Ivoire avec des propositions de plans d’amélioration. Le risque est que les syndicats contestent le fait de n’y avoir pas été associés et sapent la mise en œuvre d’un travail bien conçu. Personne ne vous dira que les perdiems des Experts sont la vraie cause du refus ! Ils vous diront  » Tout ce qui se fait SANS nous, se fait CONTRE nous ! »…

    2. Associer toutes les parties prenantes à l’éducation dans un Beauvais de L’école ivoirienne ! Que dis je …un « BASSAM DE L’ÉCOLE IVOIRIENNE »
    Cette option peut coûter cher et être moins performante.

    La 3eme option est de fondre les Experts en phase terminale des travaux de la 2e option, dans un comité paritaire. C’est la formule qui marche mieux. Elle ne froisse pas les sensibilités et elle permet au gouvernant de faire passer ses choix dans un « cadre accepté ».

    Je n’en dirai pas plus. Je ne suis pas aux affaires. Je vais donc m’arrêter là !

    En tout état de cause, l’idée semble séduire déjà ! La victoire ayant plusieurs pères, certains revendiquent déjà la paternité du projet. Une manière intelligente de conforter sa place à BASSAM ! Ne leur dites pas surtout que les états généraux sont en vérité une institution bien française et qui datent de Philippe IV le Bel donc depuis au moins 1302…

    ======== L’ETAT DE GRACE N’EST PAS ÉTERNEL ! ======

    Et pour cause.

    Mais ceci est une autre histoire.

    Bonne réussite au Ministre Marietou KONE. Plein épanouissement et succès à Mme KANDIA et ….Alcide DJEDHE.

    Bon mois de Ramadan 2021 à tous mes coreligionnaires qui entament ce mois béni de piété, d’humilité et de pardon.

    Allah fasse que ce pardon innonde tous les cœurs et que la Côte d’Ivoire se réconcilie avec elle même.

    Bon Ramadan à toi également mon cher Sylvain !

  2. > »Mariatou Koné annonce les états généraux de l’école ivoirienne »

    Je dis d’avance un grand BRAVO ! Il n’est de sujet plus « impliquant » comme le disent les marketeurs dans une société que celui de l’Education. En effet, c’est le socle du renouvellement, du tracé des futurs ; c’est dire combien cette question est importante pour TOUS. Pour tous et non pas pour quelques zélés, démiurges auto-proclammés parachutés à la tête d’un département sensible par le seul fait d’arme d’avoir été des militants dévoués ou fayots (un mot qui colle bien à la praxis scolaire). Non, personne de peut/doit prendre l’école en otage !

    Convoquer les états généraux permettra de faire non seulement le point, l’esprit ouvert, mais aussi nous rapprochera d’une solution envisagée des années durant, avant : les plans quinquennaux de l’éducation (voire plus loin pour une définition décennale) rassemblant esthètes et experts du milieu de l’éducation à l’effet de nous mener vers une définition d’orientation à laquelle tout le monde sera assujetti. C’est du choc des idées que naît la lumière et pour un sujet de cette importance, y’en a marre que chaque ministrion installé au poste hypothèque l’avenir de plusieurs promotions et générations, par sa seule vision étriquée qu’il/elle croit éclairée. Rappelons-nous des choix discutables opérés pour l’éducation télévisuelle (j’en suis un fier fruit, et sa remise en cause relève d’un autre débat), le bac probatoire, l’institution de l’évaluation semestrielle, le passage automatique en classe supérieure, la suppression de la dictée, etc.

    Non, ces mesures devraient relever de la concertation collégiale, et les décisions devraient s’imposer pendant une décennie à n’importe que titulaire du portefeuille ministériel. On ne peut ni naviguer à vue, ni orienter l’avenir des générations futures au gré des girouettes. Mariétou, remettez-nous donc l’école sur les rails après 10 ans de perdition ! Et merci d’avance pour cette initiative preuve d’ouverture d’esprit. Avec de telles dispositions intellectuelles, n’auriez-vous pas plutôt eu votre place à la tête des Affaires Etrangère ? Naaan, je déconne ! 🙂 Pour voir l’autre encore incrustée à la tête de notre École ???? Jamais !!!

  3. ATTENTION
    L’école ne doit pas avoir comme objectif principal l’élitisme.Un pays ne peut avoir uniquement comme citoyen des universitaires, des médecins des ingénieurs des banquiers ou des généraux de l’armée.
    Elle ( l’école) doit aussi créer des vocations pour toutes sortes de métiers utiles à la société.Au tant nous avons besoin des élites qu’il est nécessaire d’avoir aussi des boulangers des mécaniciens des agents d’hygiène de salle des coiffeurs peintres plombiers etc.
    Je me rappelle encore de ce grand frère du quartier qui après 10 ans d’études supérieures en sciences médicales, démissionna de la fonction publique cinq après pour se consacrer à sa passion qui est l’élevage ( certains diront comme moi quel gâchis).
    L’école doit donc permettre même à ceux qui sont moins bons ou inaptes à l’enseignement général à pouvoir s’intégrer dans la société en les aidant à leurs ouvrir des passerelles par la création des écoles professionnelles.
    À chacun sa lorgnette !!

Laisser un commentaire