Assassinat de Thomas Sankara: La France a remis le « 3e et dernier lot d’archives  » aux autorités du Burkina-Faso

Emmanuel DJE BI

Maxime Koné, ministre délégué en charge de l’intégration africaine et des Burkinabè de l’étranger, a reçu samedi, des mains de l’ambassadeur de la France au Burkina, Luc Hallade, le « troisième et dernier lot d’archives », demandé par le juge d’instruction du Tribunal militaire concernant le dossier de l’ancien président du Faso, Thomas Sankara, lors d’une rencontre.

« Les services de l’Etat français ont fait diligence pour que les archives françaises demandées dans le cadre de la commission internationale… Soient, quand cela le nécessitait, déclassifiées et mises à la disposition de la justice », a indiqué M. Hallade et de préciser que « toutes les demandes de transmission d’archives sur l’assassinat de Thomas Sankara ont été étudiées favorablement ».

Le président français, Emmanuel Macron, lors de son passage au Burkina en 2017, avait promis que son Etat allait progressivement procéder à la remise de documents pouvant aider à la manifestation de la vérité dans le dossier Thomas Sankara.


En octobre et décembre 2018, la France avait remis deux premiers lots de documents en lien avec l’assassinat de Thomas Sankara.

Le dossier Sankara a été renvoyé mardi devant le tribunal militaire de Ouagadougou, après la confirmation des charges contre les principaux accusés, en premier lieu l’ancien président Blaise Compaoré, de même que le général Gilbert Diendéré, présentement en prison pour le putsch manqué de 2015.

Les deux hommes sont accusés de « complicité d’assassinat » et « d’attentat à la sûreté de l’Etat ». D’autres soldats de l’ex-garde présidentielle figurent parmi la dizaine d’accusés, dont l’ancien adjudant-chef Hyacinthe Kafando, soupçonné d’avoir été le chef du commando et actuellement en fuite.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires facebook
blank

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire