La Côte d’Ivoire participe à la rencontre sur les cafés Robusta africains

La Côte d’Ivoire sera présente à ces manifestations à travers une forte délégation conduite par l’Ambassadeur Aly TOURE

Au regard de la crise sanitaire actuelle et de son impact sur l’économie du café en Afrique, l’Agence des Cafés Robusta d’Afrique et de Madagascar (ACRAM) et le Centre du Commerce International (ITC) organise une rencontre régionale sur les cafés Robusta africains avec pour thème « Post Covid 19, quelles perspectives pour la résilience de la filière café Robusta en Afrique ? », du 26 au 30 avril 2021 au Togo.

La Côte d’Ivoire sera présente à ces manifestations à travers une forte délégation conduite par l’Ambassadeur Aly TOURE et composée de responsables des ministères et structures techniques impliquées dans la production et spéculation de cette spéculation

Les acteurs de la filière Café examineront le Programme ACP / UE ((2020-2024) qui vise à contribuer à la promotion des cafés Robusta africains en améliorant la productivité, la compétitivité et les alliances commerciales.

Enfin, ces assises sont rehaussées par les interventions de la Banque Mondiale, de l’Organisation des Nation Unies pour le Développement Industriel et l’Union Européenne.

En marge de la réunion régionale sur les cafés Robusta africain, l’Agence des Cafés Robusta d’Afrique et de Madagascar (ACRAM) appuyée techniquement par le Centre du Commerce International (ITC) tiendra sa 9e Assemblée Générale. Celle – ci rassemblera les experts de la filière du café de tous les horizons pour discuter des pistes de redynamisation concrètes, du secteur caféier en Afrique afin d’atténuer l’impact socio-économique de la crise sanitaire sur les acteurs de la filière en Afrique en général et dans l’espace ACRAM en particulier. A cet effet, les comites statutaires de l’Organisations dont celui du genre et celui de la jeunesse, Promotion et Marketing seront en conclave en vue de dégager des pistes pour une durabilité du café Robusta en Afrique.

C’est le lieu d’indiquer que L’ACRAM est composée du secteur privé et public des pays suivants : Cote d’Ivoire, Cameroun, Gabon, Ghana, Liberia, Madagascar, RDC et du Togo.


Les questions d’inclusion et d’autonomisation des femmes sont au cœur des politiques et des actions de l’ACRAM.

En s’alignant avec les Objectifs de développement durable (ODD), l’ACRAM prend en compte les millions de productrices, torréfactrices, exportatrices, acheteurs et consommatrices dans leur approche de durabilité et d’inclusion socio-économique.

Toutefois, les efforts de formation en leadership, en gestion financière, l’accès aux ressources, aux services et d’autres thématiques demeurent un défi important pour la filière Robusta. Les discussions du comité Genre seront axées autour de « l’Autonomisation économique du genre dans la chaine de valeur Robusta en Afrique

Les sessions porteront essentiellement sur l’environnement dans lequel les femmes interviennent dans la filière et les problématiques auxquelles elles sont confrontées dans ce contexte sanitaire.

Le comité Jeunesse, Promotion et Marketing qui sera présidé par SEM Aly TOURE (Cote d’Ivoire) traitera de plusieurs thématiques qui tournent autour d’un focus sur le positionnement durable des Robusta africain. En effet, la crise sanitaire liée à la COVID19 marquée par de mesures barrières, notamment le confinement ainsi que la fermeture stricte des lieux de grande consommation a considérablement fait chuter le chiffre d’affaires des acteurs de la chaine de valeur, et particulièrement les exportateurs et les distributeurs locaux.

Les projections s’accordent à démontrer que la courbe de la demande est toujours haussière et selon les scientifiques, le Robusta est le café de l’avenir au regard de l’évolution du réchauffement climatique.

Deux projets majeurs sont en cours d’exécution : (i) le Projet régional de promotion de la consommation intérieure de café en Afrique et (ii) le Programme ACP/UE – ACRAM qui soutient la relance de la filière café dans l’espace ACRAM.

Enfin, il conviendra pour les participants de cette session, au sortir des communications des spécialistes et experts du secteur, de décliner des pistes concrètes de dénouement pour bâtir une filière café durable dans l’espace ACRAM en encourageant l’implication des jeunes.

A. N.
Abidjan.net

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire