Côte d’Ivoire / Décédé dimanche – Le président des Architectes fait Officier de l’ordre national à titre posthume

Du beau monde dans un décor architectural. Des visages tristes, étreints par la douleur. C’est dans ce tableau mortifère des jours non ordinaires que s’est faite ce vendredi matin, la levée de corps d’Abdoulaye Dieng, architecte émérite qui aura marqué de sa signature des édifices et espaces aménagés d’ici et d’ailleurs. Arrivée au siège du Conseil national de l’ordre des architectes de Côte d’Ivoire sous le coup de 9 heures, la dépouille de l’illustre disparu a reçu les hommages de la nation, des amis, des collègues et collaborateurs ainsi que des familles alliées.

Le secrétaire général de la présidence, le ministre Bruno Koné de la Construction et de l’Urbanisme, le vice-président de l’Assemblée nationale Adama Bictogo, le président de la Cour des comptes, Pr. Diomandé Kanvaly, le maire de Cocody Jean Marc Yacé, Allah Kouadio Rémy du Pdci mais surtout client parmi les clients de l’architecte, tous sont venus soutenir la famille Dieng et apporter par la même occasion, réconfort à l’épouse Elisabeth Etté et aux enfants Soraya et Yérim.


Quatre temps forts ont marqué la cérémonie.  L’oraison funèbre dite par Aladji Ibrahim Cissé au nom de l’ordre des architectes de Côte d’Ivoire. L’ancien candidat à la mairie de Treichville et ami intime du défunt n’a pas pu dissimuler sa douleur face au deuil. La voix quelquefois tremblotante, il dépeint un professionnel dont  »la signature a fait la fierté de nombreuses personnes ». On apprend avec lui, qu’en plus de ses nombreux projets à travers la Côte d’Ivoire et l’Afrique, c’est Abdoulaye Dieng qui a dessiné les plans de la future université de San Pedro.  »Au moment où les architectes sont tombés sous ton charme, tu nous quittes. Adieu cher frère », termine-t-il son oraison en faisant place à Soraya la fille aînée de Dieng.  »Je n’ai pas les mots pour exprimer la douleur que nous ressentons », commence-t-elle avant de décrire un père exemplaire, un père attentionné qui aura tout fait pour l’accomplissement de ses enfants.  »Tu as laissé une marque indélébile sur cette terre », magnifie-t-elle son géniteur.

Le ministre Koné Bruno qui intervint par la suite exalte le professionnalisme et le dévouement de Dieng à défendre sa corporation. Le ministre a promis être toujours avec l’ordre des architectes. Il décore par la suite, le désormais ex-président du Cnoa à titre posthume, en lui décernant la médaille d’Officier de l’ordre national qu’il remet à l’épouse Elisabeth Etté en confiant :  »Il mérite cette décoration. J’aurais voulu le faire de son vivant mais hélas… ».

Après une lecture de coran et des bénédictions par les imams de la mosquée sénégalaise de Treichville, Abdoulaye Dieng a rejoint ses ancêtres. Il repose depuis cette mi-journée au cimetière municipal de Grand-Bassam. La cérémonie du 7e jour aura lieu dimanche 2 avril au domicile familial à Marcory, puis le 6 mai, un autre hommage lui sera rendu par l’ordre des architectes en son siège.

SD à Abidjan

sdebailly@yahoo.fr

Commentaires facebook

Author: Sylvain Debailly

Laisser un commentaire