20 camions-citernes annoncés en Côte-d’Ivoire face aux difficultés d’accès à l’eau (ministre)

Djamal AKINBOLA

Le ministre ivoirien de l’Hydraulique, Laurent Tchagba a annoncé mercredi l’acquisition de « 20 camions-citernes d’ici le 15 juin 2021 » pour renforcer les citernes existantes en vue de pallier aux difficultés d’accès à l’eau potable, dans une note.

« Le ministre a rassuré l’ensemble des participants qui s’inquiétaient du nombre réduit de camion citernes de l’acquisition de 20 camions-citernes d’ici le 15 juin 2021 qui viendront renforcer les 03 citernes existantes », peut-on lire dans la note des services de communication du ministère de l’Hydraulique.

Cette annonce a été faite au cours d’une réunion du Comité de crise entre le ministre Laurent Tchagba et certains responsables du ministère, de l’Onep et de la Sodeci, au regard des difficultés d’accès à l’eau potable constatées « depuis quelques semaines » dans « certains quartiers d’Abidjan et certaines villes de l’intérieur du pays pour plusieurs raisons ».


À cet effet, le ministre de l’Hydraulique a donné des « instructions au comité afin que la desserte par camions-citernes dans les quartiers concernés soit renforcée ».

En outre, Laurent Tchagba a demandé « au comité de veiller d’une part à la sécurisation des sites stratégiques disposant de groupes électrogènes tant à Abidjan qu’à l’intérieur du pays de sorte que les coupures régulières d’électricité n’aient pas trop d’impacts sur leur fonctionnement et d’autre part de faire des propositions afin que les unités dépourvues de groupes soient pris en compte ».

Poursuivant, il a lancé un appel aux chefs de projets « à tout mettre en œuvre pour accélérer tous les projets en cours tant à Abidjan qu’à l’intérieur du pays afin d’assurer la continuité de la desserte en eau potable » et invité « les populations au calme, car tout est mis en œuvre pour garantir leur accès à l’eau potable ».

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

1 commentaire sur “20 camions-citernes annoncés en Côte-d’Ivoire face aux difficultés d’accès à l’eau (ministre)

  1. ============= VRAIMENT CA FAIT PITIE ! =============

    Le ministre fait de son mieux. Ce n’est pas de sa bonne volonté que nous parlerons. Avec les moyens de bord…il fait de son mieux !

    « 20 camions citernes d’ici le 15 juin 2021 » ! Des solutions d’urgence encore !

    Après que le Conseil national de sécurité ait autorisé, il y a quelques jours, l’acquisition « en urgence » de matériels et d’équipements pour les forces de défense.

    Tout est urgence.

    Tant et si bien que le délai du 15 juin 2021 me semble bien très long pour un secteur critique comme l’eau. A moins qu’avec ce délai on ait le temps d’avoir d’abord l’eau qu’il faudra transporter avec ces 20 camions.

    Même si chaque camion neuf coutait 30 millions, on peut en trouver de déjà fabriqués et livrables immédiatement. Avec les frais annexes de logistiques compris, un budget de 1 milliard serait suffisant… Si l’eau est disponible. Ce qui donne à penser qu’avec 5 milliards de F CFA on peut acquérir une centaine de camions. Où trouver ces 5 milliards de F FCFA en urgence ?

    La campagne électorale est finie ! « WARI BANA », pour parler comme Abdoulaye KONE l’aîné de notre Diva Aicha.

    Peut-être là d’où proviendront les 5 milliards € en téléchargement dans les réserves BCEAO…annoncés par la presse.

    En attendant de serrer les cols de tous ces bandits en cols blancs qui ont écumé les caisses de l’Etat. L’impunité est aussi une source de pauvreté dans nos pays.

    Que les Corps de Contrôle de l’Etat se mettent au travail. Que leurs rapports soient suivis et exploités…

    Mais hors de ce fonctionnement à l’urgence, on peut se poser des questions de fond ! A-t-on fait les bons choix ?

    ====== ET SI LES AUTRES AVAIENT RAISON ? ============

    La crise énergétique qui va provoquer des conséquences économiques et sociales importantes sur le tissu industriel qui emploie une grande partie de la main d’œuvre ne peut nous laisser indifférents.

    Mais bientôt les grandes pluies et cette crise sera derrière nous !

    Or nous ne devrons pas nous contenter de cette forme de traitement minimalistes et à la petite semaine.

    Avons-nous fait les bons choix industriels et de développement tout court ? Car l’efficacité de ces choix stratégiques est révélée à l’occasion des crises comme celle qui est vécue actuellement.

    Est-il raisonnable pour un Etat Emergent de confier toute sa politiqued’électricité et d’Eau à des partenaires qui sont à l’origine de leur parcours ni plus ni moins des gestionnaires financiers ?
    Est-ce prudent pour un Etat que son Gestionnaire de SERVICES PUBLICS soit un marchand ? Qui contrôle une des centrales de production d’électricité et/ou d’eau ?

    En latin (Caveat Emptor), en Italien (« tia in guardia il compratore !) ou en francais (que l’acheteur soit vigilant) la recommandation de prudence est toujours utile..

    Le Groupe industriel « panafricain » a son siège du groupe à Paris, avec celui de son actionnaire principal, ECP, (ECP Investments – Emerging Capital Partners), à Washington (États-Unis). Près des grandes places boursières… Si loin des marcheuses d’Abobo ou de Bouaké !

    FINAGESTION hier…. ERANOVE aujourd’hui ! Eranove comme « aera » pour ère et « novus » pour neuf !

    C’est du bon latin. Mais si nous ne nous donnons pas le courage de poser les bonnes questions, on y perdra tout notre latin et l’ère nouvelle risque pour nous d’être à l’image des désillusions d’hier !

    Délestage en 1984, délestage en 2021, délestage en 2033, délestage en 2039, délestage en 2045, délestage en 2050. Le rythme sera plus accéléré et pour cause…

    Car en 2050, les prévisions de la population ivoirienne selon l’ONU seront de 51 millions d’habitants. Et les besoins des populations démultipliés. En Côte d’Ivoire où l’avancée du désert n’est pas encore prise en charge véritablement malgré un ministère de l’environnement.

    2050, c’est dans 30 ans ! 30 ans c’est quoi dans la vie d’une nation ? Il y a juste 30 ans que le Sage de Marcory Amadou HAMAPATE BA nous quittait…

    Une certaine sagesse doit à présent nous habiter pour que l’ERE NOUVELLE soit véritablement aussi la nôtre en 2050. Il faut avancer vite vite, très vite ..comme le CAMELEON DE HAMPATE BA !

    Et pourtant… JE N’ACCUSE PERSONNE. Je ne suis pas Emile ZOLA. Mais j’ai visité en France Le canal de Provence et le barrage du père d’Emile, François ZOLA !

    ===== L’OR BLEU DU THOLONET ou LE GENIE CREATEUR DES HOMMES =======

    Certains investissements lourds et structurants sont des choix coûteux et à rentabilité lointaine. Donc incertaine. Jamais le privé ne pourra les supporter. Par ailleurs les grandes guerres en Europe ont instruit les sociétés et les hommes sur la nécessité de ces investissements.

    Jusqu’à la construction de son canal, la région de Provence souffrait dit-on d’un manque d’eau potable et de sécheresse. Aujourd’hui après certains projets majeurs, les récurrentes pénuries dans tous leurs départements sont une histoire ancienne ! Parmi ces investissements, Le Canal de Provence est véritablement l’aménagement régional qui a sauvé le territoire de la sécheresse que nous visons encore chez nous !

    J’ai été royalement reçu il y a exactement 26 ans , à la Société du Canal de Provence, au Tholonet. Dans ce beau château réhabilité avec des cascades aménagées çà et là. Et j’ai vu les ouvrages des bâtisseurs…

    Le Canal de Provence en chiffres :
    271 km de long pour les ouvrages principaux
    dont 140 km en souterrain
    660 millions de m3 annuels de débit
    82 barrages et réservoirs
    6 microcentrales électriques
    111 communes desservies
    dont 80 000 hectares en eau d’irrigation (soit 11 terrains de football)

    Les réserves constituées sur le Verdon permettent de garantir les débits sur une période de SÉCHERESSE DE DEUX ANS, le canal de Provence étant à sa capacité maximale…

    ======== FAIRE FACE A UNE SÉCHERESSE DE DEUX ANS =========

    Comment ont-ils pu réaliser ce grand aménagement régional hydraulique dans la région provençale ?

    Ont-ils fait appel au privé étranger ?

    Non ! La France le voulait simplement. EDF et le ministère de l’Agriculture pour leurs politiques énergétiques et agricoles intégrés ont trouvé les ressources pour le réaliser.
    Sans cette volonté POLITIQUE, donc au sommet de l’Etat, on sera encore soumis aux solutions archaïques de …CITERNES D’EAU au 21ème siècle.

    Les autres, ERE NOUVELLE et autres, ont vu la sécheresse arriver chez nous. Mais ce n’était pas leur Business. Dans ces grandes entités de Business-Roi, les Ingénieurs fussent ils des produits d’Ecoles d’Electricité (Ecole Supérieure Interafricaine de l’Electricité (ESIE) de Bingerville) ou l’ESIGELEC de Rouen) sont au second plan ! La crème qui prend les décisions ce sont les financiers qu’ils soient HEC ou ESCA.

    Ne rêvons pas ! L’argent c’est encore le nerf de la Guerre ! Et l’argent ça se place, ça ne se dépense pas n’importe comment !

    Or donc on peut reproduire ce qui a été fait à Provence et dans tout le bassin de Marseille.
    Il faut d’abord le vouloir et s’y préparer.

Laisser un commentaire