Côte-d’Ivoire: Le FPI dénonce « une machination » après l’interdiction du meeting à Port-Bouët

Edwige FIENDE

Adia Damana Pickass, vice-président de la frange pro Gbagbo du Front populaire ivoirien (Fpi, opposition) a dénoncé samedi « une machination savamment orchestrée », après l’interdiction d’un meeting de son parti qu’il devait animer à Port-Bouët, au sud d’Abidjan.

« A l’analyse des faits, tout ceci relève une machination savamment orchestrée à l’effet d’empêcher la tenue du meeting de la paix et de la réconciliation nationale », a décrié Damana Pickass, face à la presse.

Dans le cadre d’une campagne de mobilisation pour le retour de l’ex-président Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, un meeting était prévu samedi en début d’après-midi au stade de Gonzagueville.

Mais « alors que tout semblait bien se dérouler le préfet d’Abidjan a interdit » cette manifestation, a-t-il déploré.

Cette décision prise « dans l’urgence » selon l’arrêté visait à « éviter des risques d’affrontement et de trouble à l’ordre public ».

« Dans un souci de paix et de réconciliation qui nous a toujours habité, nous avons décidé de prendre acte de la décision d’interdiction du meeting et de nous y conformer », a déclaré Adia Damana Pickass.


Il a aussi décidé « pour démonter toute (sa) bonne foi d’inscrire le retour » de M. Gbagbo « dans un cadre de paix, de « suspendre » un autre meeting qui devait se tenir dimanche à Bonoua (Sud), appelant « les militants au calme ».

Des éléments de la police ivoirienne avaient été déployés samedi matin au terrain de Gonzagueville, où devait se tenir la manifestation.

La veille, « des individus se réclamant d’une association de victimes et prétextant détenir une autorisation d’occupation du site » à la même heure que le FPI, se sont présentés sur les lieux vendredi vers 20h00 (GMT et locale) », a rapporté Damana Pickass.

Mais ces individus ont finalement été « considérés comme des perturbateurs et évacués des lieux par les forces de l’ordre ».

Adia Damana Pickass est rentré le 30 avril en Côte d’Ivoire avec cinq autres proches de Laurent Gbagbo dont son porte-parole Katinan Koné après dix ans d’exil au Ghana à la suite de la crise postélectorale survenue dans le pays entre décembre 2010 et avril 2011.

Depuis l’acquittement définitif de M. Gbagbo et de son ancien ministre de la Jeunesse Charles Blé Goudé, le FPI a entamé les préparatifs pour son retour en Côte d’Ivoire.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire