En Côte-d’Ivoire les coupures d’électricité réveillent le marché des groupes électrogènes (REPORTAGE)

Jocelyne LIADE

« Chez nous, les groupes électrogènes, petits comme grands étaient les derniers articles à être vendus, leur vente était vraiment lente. Mais ces derniers temps, on a pu en vendre. On est allé jusqu’à passer d’autres commandes parce que la demande est forte », raconte avec enthousiasme Rayanatou Bah, gestionnaire de stock à SICOMEX Marcory (Abidjan-sud).

Si la demande des groupes électrogènes est « forte » comme le confie la trentenaire, c’est le résultat de la « crise énergétique » à laquelle fait face la Côte d’Ivoire depuis plus d’un mois.

Crise caractérisée par des coupures d’électricité pouvant aller jusqu’à 6 heures de temps. Pour cause selon la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE), la longue saison sèche qui a radicalement fait baisser le débit des barrages hydroélectriques en Côte d’Ivoire. A cela, s’est ajouté dans « la nuit du 20 avril 2021 », un incident à la Centrale thermique d’Azito.

Cette crise semble faire l’affaire des opérateurs économiques exerçant dans le domaine de la vente ou la location des groupes électrogènes. Ceux-ci n’ont plus besoin de trop de publicité pour faire vendre leurs marchandises autrefois enfouies dans les magasins.

« Les prix des appareils importent peu à nos clients. En ce qui nous concerne, ici, les prix vont de 100.000 à 5 millions FCFA en fonction de la puissance de l’appareil », explique mademoiselle Bah faisant l’inventaire de ces articles brusquement ressuscités par le rationnement de l’électricité.

Chez Traoré frères energies, une entreprise spécialisée dans la vente des groupes électrogènes depuis plus de cinq ans, pas besoin de traverser le magasin pour en apercevoir un.

Déjà à l’entrée du magasin sis au boulevard Valéry Giscard d’Estaing (VGE), à quelques encablures de Sicomex Marcory, on peut voir un imposant groupe électrogène d’une capacité de 10 kilovoltampères (kVa). Le seul ou le dernier du stock de Soufiane Simboro, gérant de Traoré frères energies.


« Nous avions commandé plus d’une dizaine de groupes lorsque les coupures ont débuté. C’est le seul qui nous reste en ce moment. Nous les avons vendus comme des petits pains », se réjouit Soufiane, selon qui le moins cher de ces appareils chez lui coûte 1.500.000 FCFA.

« D’ici la fin du mois de mai, nous recevrons encore des commandes du Canada, de la Hollande et de l’Angleterre », renchérit ce vingtenaire qui avoue que ses clients sont surtout des entreprises.

En plus d’avoir réveillé le marché de ces appareils autonomes d’électricité, les coupures d’électricité ont également impacté les prix des groupes électrogènes.

« Chez mon fournisseur à Adjamé (Abidjan-Nord), les prix ont presque doublé. De 400.000 FCFA on est passé facilement à 600.000 voire 700.000 FCFA », se désole Abdoul Guindo, commerçant au centre commercial de Koumassi.

« Avec ces prix, je ne peux pas en acheter plusieurs. je vais donc me contenter d’ajouter deux de 5 kVa sur ceux que j’ai déjà au magasin afin de les mettre en location », laisse entendre Abdoul.

La location des groupes électrogènes, une alternative existant il y a des lustres pour ceux qui ne peuvent pas s’en offrir, s’est elle aussi « developpée » depuis quelques temps en raison de la crise énergétique.

Abdoul Guindo comme ses collègues du centre commercial de Koumassi ont homologué la location d’un groupe de 5 kVa à 5.000 FCFA par jour.

Ce commerçant d’une quarantaine d’années dit faire louer deux à trois groupes électrogènes par jour.

Les difficultés d’approvisionnement en électricité en Côte d’Ivoire vont durer jusqu’à août 2021, selon le directeur général de l’Energie, Sabati Cissé.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire