Le chef de la rébellion qui a tué Idriss Déby accuse la France de soutenir « une dictature, un coup d’état » (EL PAÍS)

Traduit de l’Espagnol en Français par Le Tchadien Libre

« Nous nous battons pour la démocratie au Tchad, nous ne sommes pas des mercenaires »

Mahamat Mahdi Ali, le chef emblématique du groupe rebelle qui a tué le président Déby, accuse la France dans une interview accordée au journal espagnol EL PAÍS, d’avoir soutenu un prétendu coup d’État en faveur du fils du dictateur.

A mi-chemin entre la politique et les armes, réfugié en France depuis 25 ans, militant socialiste, diplômé en droit et en économie et éternel guérillero, Mahamat Mahdi Ali (N’Djamena, 1964), sera à jamais le chef du groupe rebelle qui s’est terminée par la vie du président tchadien Idris Déby il y a un mois. Caché et constamment en mouvement quelque part entre la Libye, le Tchad et le Niger par crainte d’une attaque aérienne, le président du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT, pour son acronyme en français), accuse Paris d’approuver un prétendu coup d’État en faveur de Déby fils, nie avoir été vaincu et justifie son rôle de libérateur dans une conversation téléphonique avec EL PAÍS. «Nous sommes comme Garibaldi», dit-il.

Sa voix est rauque et calme. Affable, mais énergique. «Nos troupes sont à l’intérieur du Tchad, contrôlées et survolées à tout moment par l’aviation française. C’est tout ce que je peux vous dire », dit-il lorsqu’on l’interroge sur son emplacement. Il y a une semaine, l’armée tchadienne a défilé triomphalement dans les rues de la capitale, N’Djamena, et le ministre de la Défense a affirmé que la rébellion était «en plein désarroi». Bien qu’il accepte d’avoir subi des pertes, Mahdi Ali nie le major et le décrit comme une propagande mensongère. «Nous avons déclaré un cessez-le-feu, mais nous sommes opérationnels. Le régime de N’Djaména, grâce au soutien français, est celui qui veut faire la guerre », souligne-t-il.

Le président Déby et sa famille ont dirigé le Tchad d’une main de fer pendant trois décennies, ne laissant à l’opposition aucun répit et écrasant toute tentative de les éclipser. Pour cette raison, sa mort inattendue des suites de blessures par balle sur le champ de bataille quelques heures après avoir été réélue pour un sixième mandat a déséquilibré ses prochains. Il n’y avait pas de secours planifié. «Il est allé au front parce qu’il considérait que personne ne pouvait le remplacer, une mentalité typique de tout dictateur. Il se croyait un surhomme. C’est pourquoi nous n’avons pas été surpris par sa mort, même si ce n’était pas non plus notre objectif. Nous avons vu un hélicoptère descendre chercher quelqu’un, mais nous ne savions pas que c’était lui avant le lendemain », raconte Mahdi Ali.


Avant d’annoncer sa mort et pour tenter d’éviter les conflits internes, la rébellion à seulement 300 kilomètres de la capitale, les généraux ont contourné la procédure constitutionnelle et accepté Mahamat Idris Déby, fils du président, comme le nouvel homme fort du régime. à la tête d’une junte militaire. Après avoir qualifié le défunt de «grand soldat» ou d ‘«ami courageux», l’Élysée a donné son accord rapide au nouveau régime au nom de la stabilité de son grand allié en Afrique centrale et au Sahel dans la lutte contre le djihadisme.

«Ce que fait la France, c’est défendre une dictature, un coup d’État», dit Mahdi Ali, «plutôt que de contribuer à l’émergence de la démocratie. Ce n’est pas normal. Il ne s’agit pas de clans, d’ethnies ou de seigneurs de guerre, notre objectif n’est autre que l’alternance [au pouvoir] et la démocratie, valeurs qui sont censées être dans les idéaux européens. Cependant, tout le monde se tait. L’Union européenne, l’Union africaine et l’ONU se plient aux intérêts français. L’argument selon lequel le régime tchadien est un champion dans la lutte contre le djihadisme n’est pas valable pour moi, nous l’avons également combattu en Libye. La différence est que Déby a rejoint cette lutte pour rester au pouvoir pendant que nous le faisons par une ferme conviction contre le radicalisme ».

Le chef rebelle, musulman modéré, évoque l’époque où le FACT, un groupe créé par lui-même en 2016, s’est entraîné en Libye sous le contrôle du maréchal Khalifa Hafter et, main dans la main, a combattu l’État islamique. D’où aussi les rumeurs qui pointent le lien entre ces rebelles tchadiens avec des mercenaires russes, alliés du leader libyen, et l’ombre longue de Moscou après le meurtre de Déby. «Tout est pour nous discréditer, dans la lutte contre les djihadistes nous sommes également d’accord avec les Français et personne ne nous le rappelle. Nous combattons pour la démocratie au Tchad, nous ne sommes pas des mercenaires ; nous sommes comme Garibaldi, pas comme Bob Denard [mercenaire français impliqué dans de nombreux coups d’État en Afrique] », explique Mahdi Ali.

Après la confusion initiale sur la mort de Déby, membre de l’ethnie minoritaire Zaghawa, la réaction de l’armée tchadienne a réussi à arrêter l’avancée des rebelles.

«Il y a une tentative de génocide en cours comme cela s’est produit au Rwanda. Nos combattants détenus, en particulier les hauts responsables de l’ethnie Gorane, sont en cours d’exécutions sommaires », dénonce le chef de la guérilla, qui met en garde contre l’existence de « discours tribaux », qui cherchent à semer la confusion dans la communauté internationale. «Dans le FACT, il y a tous les groupes ethniques du Tchad», conclut-il.

Pendant ce temps, à N’Djamena, le nouveau gouvernement de transition nommé par la junte militaire, qui intègre des opposants historiques pour tenter de réduire les tensions, a déjà annoncé l’ouverture d’un processus de négociation inclusif dont, pour l’instant, le FACT, accusé de terrorisme, il est exclu. «Idris Déby n’a jamais accepté le dialogue, mais le problème tchadien doit être réglé politiquement. L’exécutif de transition ne peut pas être une marionnette de l’armée, il devra négocier avec nous », conclut Mahdi Ali.

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction