Les avocats de Soro dénoncent « un simulacre de procès » contre leur client en Côte d’Ivoire

Edwige FIENDE

Les avocats de Guillaume Soro ont dénoncé mardi « un simulacre de procès » contre l’ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, poursuivi avec 19 proches « pour complot et atteinte à l’autorité de l’Etat » et annoncé avoir « saisi les juridictions internationales » afin de contester « ces atteintes aux droits » de leur client, à la veille d’un procès à Abidjan.

« Le collectif des Avocats tient à dénoncer par le présent communiqué le simulacre de procès résultant de l’ordonnance de renvoi en cause, et a saisi les juridictions internationales afin de contester ces atteintes graves aux droits fondamentaux de M. Soro et de ses proches », ont écrit Maîtres Affoussy Bamba et Robin Binsard, au nom du collectif des avocats.

Les avocats ont évoqué des « Incohérences » dans l’ordonnance de renvoi, estimant que le document a « méconnu les décisions de la Cour Africaine des droits de l’Homme et des peuples qui a ordonné le gel des procédures » contre Guillaume Soro et ses proches.


Le 30 avril, la justice ivoirienne a prononcé “la mise en accusation’’ de l’ancien président de l’Assemblée nationale et 19 de ses proches, et ordonné “leur renvoi devant le tribunal criminel’’ afin d’être jugé “pour complot et atteinte à l’autorité de l’Etat’’.

L’audience devant le tribunal criminel est prévue mercredi.

« Le renvoi de Guillaume Soro du chef de complot est une aberration juridique », car « à la lecture de l’ordonnance de renvoi, il n’apparaît aucun élément probant permettant d’établir(qu’il) aurait commis ou tenté de commettre cette infraction », ont justifié ses avocats.

Ils ont reproché à « la justice ivoirienne » de s’être « rendue complice d’un règlement de compte politique, visant à écarter M. SORO et les cadres de son mouvement des affaires publiques du Pays »

Pour eux, le « seul objectif de cette procédure judiciaire qui sert de vernis juridique au pouvoir politique est d’écarter le GPS (Générations et peuples solidaires), ses hauts cadres et ses membres de toute responsabilité politique ».

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

1 commentaire sur “Les avocats de Soro dénoncent « un simulacre de procès » contre leur client en Côte d’Ivoire

  1. ======= LE JUGEMENT (DERNIER ?) DES ROIS MAUDITS DE LA COMMUNICATION ====

    En 1997, Ivoir’Soir lance son sondage de l’ivoirien de l’année. Qui est plébiscité alors ? L’enfant terrible de la FESCI, qui faisait voir mille couleurs à la police de feu Dibonan KONE et au régime du Président BEDIE : Soro K. Guillaume.

    En 2007, soit dix plus tard, à l’occasion de l’édition annuelle de l’EBONY, est couronné SUPER EBONY 2007, un certain TOURE Moussa…

    En 2017, encore après dix autres années, le cercle se referme avec la sortie du Gouvernement de Affoussiata Bamba-Lamine, alors Ministre de la Communication, Porte-Parole Adjoint du Gouvernement.

     Hadja Affousiata a eu un mérite : celui d’avoir institué l’Ordre du Mérite de la Communication qui récompense les années de labeur dans la Corporation. Et on ordonne aux récipiendaires le saint Sacrement :
    « Demeurez dignes, tout au long de vos vies, de cet honneur de l’État et de toute la Nation »…

    Voici donc réunis les 3 acteurs d’une drôle de pièce théâtrale :
    – L’inspiratrice de L’ordre du mérite de la Communication,
    – Un récipiendaire d’un ordre plus élevé, celui du mérite ivoirien dont il est officier,
    – Et le plébiscité à l’occasion d’une très populaire consultation réalisée par le plus grand succès de la presse ivoirienne que fut IVOIR’SOIR !

    Si vous êtes un fervent lecteur de Shakespeare, vous seriez tenté de donner ce titre à cette pièce :

    Le Banquet des Rois déchus
    Ou
    Les Invités de la Reine maudite.

    Curieuse destinée quand même pour ces gens glorifiés par et dans l’univers de la Communication !

    Ne soyons pas méchant ! Tous les Ebony ne sombrent pas avec un renvoi de son poste comme la lauréate 2012 de Fraternité Matin (Marceline Gneproust après 28 ans de boîte), la destruction de la maison familiale offerte par le Prix (Jean Roche Kouamé, super Ebony 2009), ou un exil forcé suite à une grave accusation (Toure Moussa le Super Ebony 2007) ! Il y a d’autres cas que je tairai !

    Mais en vérité, si une amie, qui garde toujours sa légendaire beauté des 16 ans, et qui est passée à un autre niveau professionnel, n’avait pas été couronnée EBONY, dans ma lancée, j’aurais sérieusement pensé à un …Prix « MAUDIT » ! Ou à une profession qu’on pratique « EN ATTENDANT.. » (la jolie formule de Diegou Bailly).

    En attendant c’est demain LE JUGEMENT ! Doit on souhaiter que ce soit le DERNIER pour qu’on en finisse définitivement avec cette affaire qui emmerde tout le monde ? Ou devrions nous avoir l’humilité de laisser à Dieu ke devoir du DERNIER des Jugements ?

    Wait and See.

Laisser un commentaire