À Abidjan en Côte-d’Ivoire « il faut sauver la filière lapin » suite à la découverte d’une fièvre hémorragique

Djamal AKINBOLA
« J’avais un cheptel de 55 reproductrices, aujourd’hui, il me reste six femelles et un mâle. » Dans la bouche d’Ydrissa Coulibaly, les mots sonnent durs. L’éleveur de lapin à Bingerville, dans la banlieue d’Abidjan est gagné par le désespoir suite à l’apparition d’une épizootie de fièvre hémorragique du lapin dans la capitale économique ivoirienne. Une maladie virale qui a déjà fait 6.315 morts.

Lors d’un Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement ivoirien, Amadou Coulibaly a annoncé l’apparition d’une fièvre hémorragique du lapin dans le Grand Abidjan.

« Depuis l’année 2016, notre pays connaît des menaces sanitaires récurrentes dues à des épizooties de fièvre hémorragique virale du lapin. Ces menaces ont été confirmées par le Laboratoire national d’appui au développement agricole (LANADA), suite à des mortalités massives de lapins constatées, depuis le mois de janvier 2021, dans des élevages dans les communes de Port-Bouët, d’Anyama, de Bingerville, de Songon, d’Adzopé et de Yopougon », a fait savoir M. Coulibaly face à la presse.

Selon les données du gouvernement, « sur une population nationale estimée à 20.000 lapins, 6.315 morts ont été rapportés par les éleveurs, pour un taux de mortalité de 72,95% ». « Cette année, la maladie a pris du terrain. Ça détruit plusieurs fermes à Bingerville », affirme Ydrissa Coulibaly.

L’épizootie de fièvre hémorragique du lapin, est une maladie virale hémorragique (VHD). Elle est apparue sous forme épizootique, la première fois dans le monde en Chine en 1984, puis en Europe et en Amérique en 1988.

La maladie atteint les reproducteurs et les jeunes adultes. Dans la forme classique, la plus répandue, les lapins de moins de 6 semaines ne sont pas atteints. Lorsque le virus de la VHD atteint un élevage, après une courte incubation de 1 à 3 jours, la maladie se déclenche à une grande vitesse.

Elle est due à un calicivirus. Selon les donnes épidémiologiques, ce virus est très résistant à la congélation, à l’éther, au chloroforme. Mais il peut être détruit avec de l’eau de javel, la soude. La transmission du virus se fait par contact entre lapins ou avec des objets ou personnes ayant été en contact avec des lapins atteints de VHD. La maladie se transmet aussi par le vent.

Le lapin malade cesse de manger et de boire. Il est prostré, fiévreux avec une respiration rapide, puis présente d’intenses difficultés respiratoires aboutissant à la mort par asphyxie et avec des douleurs intenses. « L’animal peut faire des cris et succombé par la suite, parfois, il peut faire des saignements dans les narines. Parfois, tu peux trouver l’animal bien portant, tu reviens, il meurt », raconte Ydrissa Coulibaly.


D’après lui, cette situation a plongé bon nombre d’éleveurs de lapin dans le désespoir. « Je n’ai pas la tête posée pour évaluer le préjudice. Pour le moment, je n’ai pas d’espoir. C’est la seule activité que je fais, je vis dans ça. En ce moment, c’est ma femme qui subvient à mes besoins », dit-il avec amertume. Pour le moment, aucun traitement n’est possible en dehors de la vaccination.

« Il faut sauver la filière lapin »

Face à cette menace sanitaire, le gouvernement a mis en place une stratégie de lutte contre la fièvre hémorragique virale du lapin d’un coût global de 170 millions de francs CFA en vue d’éradiquer « la maladie essentiellement par l’abattage sanitaire d’urgence de tous les animaux sensibles dans les zones de foyers et de protection et le renforcement de la surveillance épidémiologique sur toute l’étendue de territoire national et la vaccination des reproducteurs ».

Pour le secrétaire général des coopératives des éleveurs cunicoles de Côte d’Ivoire (CECUCI), César Balliet, il faut aller plus loin. Il faut accompagner les acteurs de la filière en les sensibilisant, en prenant des dispositions au niveau des magasins de stockage et de transport des aliments des lapins, en adoptant des mesures sanitaires efficaces pour éradiquer la maladie au sein des fermes.

Un avis partagé par Ydrissa Coulibaly. L’éleveur appelle l’Etat à une prise en considération des acteurs. « Qu’ils nous prennent en considération, vérifier la qualité de l’aliment que les éleveurs payent pour donner aux lapins, vérifier les conditions sanitaires, sinon on va se retrouver dans la rue comme les autres ».

Outre des mesures sanitaires et une prise en considération, César Balliet plaide pour une prise en charge de la filière par le gouvernement comme la filière volaille et porcine.

Pour lui, « il faut sauver la filière lapin ». « Vous allez partager des millions aux éleveurs, mais s’il n’y a plus de lapins, ça veut dire que la filière a disparu. C’est une filière qui nourrit son homme, et beaucoup d’Ivoiriens ont dû s’engager dans cette activité et abandonner rapidement parce qu’il y a beaucoup de difficultés « , fait-il remarqué.

« On se tourne vers les autorités », a intercédé, César Balliet.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire