Kandia Camara échange avec une délégation ministérielle du Niger arrivée en Côte-d’Ivoire

Par Franck YEO

La rencontre s’est déroulée le dimanche 23 mai, dans la salle des mariages de la mairie d’Abobo.

Le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, de l’intégration africaine et de la diaspora, Kandia Camara, a échangé avec une délégation nigérienne conduite le ministre de l’intérieur et de la décentralisation, Alkache Alhada. Cette rencontre fait suite aux violences survenues le mercredi dernier dans certaines communes d’Abidjan dont Abobo.

Kandia Camara s’est félicité de la venue des émissaires du Président nigérien, Mohamed Bazoum, à Abidjan. « Nous regrettons sincèrement ce qui s’est passé du fait des réseaux sociaux avec les fake news », s’est-elle indignée, soulignant que la communauté nigérienne est un peuple sans histoire. « Peuple travailleur, les Nigériens respectent les lois et les coutumes de la Côte d’Ivoire et nous avons toujours vécu en parfaite harmonie », a déclaré Kandia Camara.

C’est pourquoi, a poursuivi le ministre d’Etat, quand ce malheureux incident s’est produit, le Président de la République, Alassane Ouattara, bien qu’étant hors du pays, a donné des instructions pour que les auteurs soient appréhendés et traduits devant les tribunaux. « Fort heureusement, la personne à la base de cet évènement a été appréhende, condamnée à 5 ans de prison ferme avec une amende de 2 millions de Fcfa », s’est réjouie, la premier responsable de la diplomatie ivoirienne. « Vous pouvez compter sur Chef de l’Etat, Alassane Ouattara et le Premier ministre Patrick Achi pour faire en sorte que ce qui s’est passé ne se reproduise plus ni à Abobo ni partout en Côte d’Ivoire.


Elle a surtout félicité le Président nigérien et son gouvernement qui ont mis en œuvre pour éviter aux Ivoiriens vivant au Niger, des représailles.

Pour sa part, le chef de la délégation nigérienne, Alkache Alhada, a remercié Kandia Camara pour ses paroles fortes et réconfortantes. « Notre réconfort est d’autant plus grand qu’à la suite des évènements qui se sont déroulés, la réaction des autorités ivoiriennes a été très forte », dit-il. Avant de souligner que c’est cette promptitude qui amener le Président nigérien à dépêcher une délégation en terre ivoirienne, afin d’exprimer sa reconnaissance au Président de la République, au gouvernement et au peuple ivoirien.

Il a également exprimé sa reconnaissance aux autorités préfectorales et policières pour les dispositions prises pour sécuriser le peuple nigérien. Alkache Alhada a exhorté ses compatriotes à respecter les lois ivoiriennes pour la paix et la cohésion sociale.

A la fin de la rencontre Kandia Camara, en compagnie de la délégation nigérienne s’est rendue à Abobo-Té, Cocoservice dans la commune d’Abobo, à la grande mosquée de haoussabougou (Macaci) et à Bromakoté, dans la commune d’Adjamé pour exprimer la compassion du gouvernement et apporter assistance aux victimes de cet incident.
Framat.info

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

1 commentaire sur “Kandia Camara échange avec une délégation ministérielle du Niger arrivée en Côte-d’Ivoire

  1. ===== SOUS LE SIGNE SACRÉ DE LA PENTECÔTE ========

    Que les peuples Ivoiriens et Nigeriens, que les peuples africains entendent donc le message de PAIX. Une bénédiction Urbi et Orbi sous le signe de la PENTECÔTE.

    La tradition chrétienne nous enseigne que c’est bien cinquante jours après la Résurrection de Jésus Christ, que ses disciples réunis pour la fête Juive de la Chavouot, ont reçu la Puissance incarnée du Saint-Esprit. Cette datation du cinquantième jour est donc LA PENTECÔTE…en appliquant le comput ecclésiastique qui est adossée en vérité utilise à une lune fictive, dite Lune du Comput ou Lune ecclésiastique voire Lune de Méton.

    Les musulmans du monde, eux ont prié ardemment il y a peu, le mois sacré du Ramadan dans lequel est célébré la Nuit du Destin et de révélation du Livre Saint qu’est le Coran.

    Pâques puis la Pentecôte, instant fondateur qui scelle le début de l’Eglise historique pour les uns, Ramadan qui marque à plus d’un titre la reconquête du chemin du Paradis pour les autres, on peut donc dire que les symboles forts n’ont pas manqué à ce rendez vous.

    Qu’ils soient chrétiens ou musulmans, les Ivoiriens et les Nigeriens, tous autant qu’ils sont, chrétiens et musulmans, peuvent se féliciter du dynamisme de leur diplomaties respectives qui au travers de cette forte réactivité, démontrent à la face du monde qui rien ne pourra désormais entraver la coopération des États mais aussi et surtout l’unité de leurs peuples. En Afrique et dans monde la conquête de demain c’est bel et bien LES PEUPLES AVANT LES ETATS !

    La Côte d’Ivoire en impliquant à cet haut niveau, tout à la fois les deux entités Ministères des Affaires Étrangères et de la Coopération interafricaine, mais également le Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, démontre à la face du monde que notre adversaire commun qui doit convoquer toutes nos forces convergées, c’est LA PAUVRETÉ. Laquelle plaie est une pandémie en soi ! Une pandémie qui pousse les concernés mais hélas parfois les États aux pires extrémités ! Cette SOLIDAIRITE envers les Nigeriens victimes des exactions est tout à l’honneur de notre pays.

    Chapeau au Gouvernement ACHI 1.

    ======= OUATTARA DANS LES PAS D’HOUPHOUET BOIGNY =====

    ADO vient de frapper un grand coup ! Les Nigeriens que j’ai pu contacter m’assurent tous de leur gratitude envers le gouvernement Ivoirien qui a vite endigué cette violence urbaine.

    Ils ont souvenance de la main tendue du Président Houphouët-Boigny dans les pires moments traversés par leur pays. Notamment après la Conférence Nationale. Une amie très proche de la Transition d’alors au Niger, garde en mémoire, de manière impérissable, la grande main généreuse de Boigny… Si le vieux lui même dans sa grande mansuétude, n’en a rien dit, pourquoi je vais dévoiler le secret ?

    ====== EVITEZ LES « GHANA MUST GO » =====

    Si je dis dans certains milieux  » I Need a Ghana Must Go » on me comprendra aisément et on m’amenera des sacs en nylon qu’on trouve dans toutes nos gares routières !

    Ce sac à lui seul symbolise hélas un drame survenu en Janvier 1983, quand le President d’alors du Nigeria, Shehu Shagari lança un vaste mouvement de rapatriement manu militari des étrangers non en règle des documents officiels d’immigration ! Les Ghaneens en furent largement victimes (1 million sur les plus de 2 millions d’expulsés) et dans leur déportation vers la frontière, le fameux sac en toile, baptisé  » Ghana Must Go », resta pour beaucoup l’unique porte bagage. Mais aussi le triste symbole de l’irresponsabilité d’un gouvernement ne pouvant gérer les problèmes internes !

    ======= EUX AUJOURD’HUI, NOUS DEMAIN ? ======

    Les Ivoiriens en large majorité, au-delà du Fake News, dans un élan exceptionnel de solidarité, dénoncent ces actes irresponsables contre une communauté étrangere ! La mobilité migratoire concerne tous les hommes qu’ils soient Nigeriens ou Ivoiriens. Au demeurant ceux qui, évoquent une maltraitance récurrente dans le désert, doivent garder en mémoire qu’ils étaient sur le même chemin de la migration ! Et que la pire des représailles serait la fermeture du fameux passage du Niger vers la Lybie.

    Je ne parle même pas de nos nombreux étudiants arabisants Ivoiriens qui arrivent à suivre des études supérieures dans une université de renom à Niamey ! Que seraient ces jeunes sans l’heureuse proximité du Niger et cette ouverture pour notre diaspora intellectuelle ?

    En tout état de cause et par ironie, le célèbre photographe américain d’origine Nigeriane (Igbo) Obinna Obioma, a bien exploité lui la symbolique de ce sac à l’occasion d’une exposition baptisée Anyi N’Aga (« We Are Going » ou « Nous arrivons » en langue Igbo).

    Oui « NOUS ARRIVERONS » partout. En Côte-d’Ivoire, en Afrique du Sud, en Italie, en Espagne, aux États-Unis. Nous y arriverons parce que NOUS SOMMES TOUS AUTANT QUE NOUS SOMMES DES HOMMES et non des arbres !

    ===== LES ÉLÉPHANTS AU PAYS DU KILICHI ! =====

    Terminons cette chronique par une note de gaieté. C’est la marque de fabrique de Wara.

    En 1992, il vous souvient tous que nous étions champions d’Afrique du Football. Ainsi nous avons été invités la même année au Championnat intercontinental dont 1992 était la première édition. Les Éléphants ont pris 9 buts en deux matchs face à l’Argentine et aux États Unis… La décompression après les exploits !

    La première sortie des Éléphants après cette raclée, sera ensuite au Niger.

    Nous nous sommes retrouvés à l’hôtel TENERE ! Avec les stars de l’époque Gouaméné,  Aka Kouamé, Sekana Diaby, Sam Abouo, Dao, Gadji, Lucien Kassi Kouadio, Maguy Serges,  Sié Donald (le petit Adjoukrou, j’ai retenu la leçon ! ), Oumar Ben Salah, Abdoulaye Traoré, Lué Ruffin, Beugré Yago, Koné Ibrahim etc.

    A NIAMEY, si vous ne connaissez pas chez Lazaret le fameux boucher, c’est que vous n’avez pas visité la ville. Mais ce jour là c’est bien Lazaret qui nous a trouvés au TENERE ! Tant les Éléphants champions d’Afrique ont eu des tonnes de Kilichi, cette belle viande grillée et séchée.

    Malgré les mises en garde de YEO et de Gbonké Tia, les coaches, rien ne pouvait arrêter les garçons face aux beaux morceaux de grillades dans les jardins de l’hôtel avant le match !

    A 16h00, avec l’énorme chaleur et le ventre rempli de Kilichi, le match était plié à l’avance. Score nul 0-0 !

    Le soir à l’embarquement les cargaisons de viande étaient plus nombreuses que les sacs des sportifs !

    Ainsi va la vie au beau pays du Pr Abdou Moumouni, ce brillant physicien, véritable père de l’énergie solaire en Afrique ! Astafourlahi, on est en période de rationnement électrique ! On ne doit plus évoquer affaire de courant ici….

    Quand vous déposerez notre dossier à l’organisation de la propriété intellectuelle pour l’attiéké de Côte-d’Ivoire, si ce n’est déjà fait, confectionnez un SEUL dossier avec le KILICHI du Niger !

    Belle fraternité culinaire ! Belle diplomatie du palais !

    La diplomatie a aussi des voies insondables.

Laisser un commentaire