Trafic d’enfants/Côte-d’Ivoire: 31 enfants retrouvés et 30 personnes arrêtées à Bouna

Ne laisser aucun répit aux trafiquants et exploitants d’enfants. Tel peut être désormais résumé la volonté des autorités ivoiriennes de résoudre l’épineuse problématique de la traite, de l’exploitation et le travail des enfants dans les plantations de cacao. En effet, après le succès de l’opération mixte de police «Nawa 2» dans la région de Soubré qui a permis d’arrêter vingt-quatre (24) personnes et de sauver soixante-trois (63) enfants victimes de traite et d’exploitation, les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) continuent la traque des indélicats trafiquants et autres scélérats de mauvais acabits. Dans ce cadre, la traque et les opérations contre les trafiquants d’enfants s’intensifient à quelques semaines de l’ouverture de la grande traite du cacao. Pendant que les structures impliquées dans l’exploitation du cacao s’activent dans les zones de production dans le pays, les trafiquants cherchent à profiter de cette situation pour passer outre les mesures de sécurité et de lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants dans les plantations de cacao.

Les faits

Ces évènements se sont déroulés à Bouna le 27 avril et 26 mai. Selon M. Yao Noël Djé, Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance d’Abengourou, une patrouille mixte des éléments de la Gendarmerie et de la Police Nationale a intercepté deux (02) véhicules convoyant trente et un (31) enfants burkinabé vers la zone forestière. Ces enfants dont l’âge varie entre 14 et 17 ans, étaient convoyés dans des plantations à Adzopé. Ces véhicules ont été interceptés au poste de contrôle mixte de Doropo II, à l’entrée de la ville de Bouna, et ce, après avoir réussi à traverser le poste de contrôle de Koguiénou situé à la frontière avec le Burkina Faso. Les enfants interceptés ont été reconduits dans leur pays d’origine quant trente (30) personnes suspectes ont été mises aux arrêts.


Dans les mailles de la Justice

De manière concrète, selon M. Yao Noël Djé, Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance d’Abengourou, la première opération qui date du 27 avril 2021 a permis de mettre aux arrêts seize (16) personnes dont 05 pour traite de personne et les 11 autres pour mise en danger de la vie d’autrui et violation des mesures barrières. Quant à la seconde opération, elle a permis de mettre aux arrêts quatorze (14) personnes au total dont 03 pour traite et exploitation d’enfants et le reste pour mise en danger de la vie d’autrui et violation des mesures barrières. Ce sont donc au total trente (30) personnes dont huit (08) qui seront poursuivies pour les faits de traite et d’exploitation d’enfants.

Concernant les enfants interceptés. Lors de la première opération, il y a dix-sept (17) enfants en plus de trois (03) femmes. La seconde opération a permis de sauver quatorze (14) enfants en plus d’une femme avec trois (03) enfants de bas âge.
Selon M. Yao Noël Djé, Procureur d’Abengourou, ces personnes seront présentées le 23 juin prochain à un Juge pour répondre des charges retenues contre eux. D’ici là, ces indélicates personnes auront tout le temps nécessaire pour réfléchir sur leurs actes.

DS

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction