Côte-d’Ivoire: « Je ne suis pas à (la) solde » des politiciens, se défend Pulchérie Gbalet, INTERVIEW

Edwige FIENDE
La présidente d’Alternative citoyenne ivoirienne (ACI), Pulchérie Gbalet, figure du mouvement de la contestation contre la candidature d’Alassane Ouattara à un troisième mandat en octobre 2020, a affirmé avoir reçu le soutien des « politiciens de tous les bords » lors de son incarcération, assurant ne pas être à leur « solde », dans une interview à ALERTE INFO.

Comment vous vivez après votre sortie de prison et votre licenciement, qu’est-ce vous comptez faire ?

Avec les derniers événements, le côté militant de la société civile a pris le dessus sur le côté professionnel puisque je n’ai plus de travail donc les projets immédiats sont axés sur mes activités avec la société civile, on a encore des camardes qui sont détenus toujours par rapport au non au 3e mandat et aussi par rapport à la désobéissance civile, ce qui n’est pas normal puisque tous les leaders ont été libérés. On ne peut pas comprendre que ceux qui ont obéi à ces leaders soient encore en prison. Donc il y a la lutte pour que nos camarades, qui sont encore là-bas, soient libérés.

La 2e chose, c’est le renouvellement des instances à « ACI » là, mon mandat est terminé puisque c’était d’avril 2019 à avril 2021. Il y a la réconciliation, on parle du retour du président Laurent Gbagbo. Pour nous, elle ne peut se faire sans passer par un dialogue inclusif. Il faut que faut tous les leaders, puissent se retrouver, il faut évidemment que tous soient rentrés d’exil. Il faut aussi que les prisonniers soient libérés pour que véritablement tout le monde soit disposé à participer à ce dialogue.

La réconciliation ne s’arrête pas là, il faut inclure dans ce dialogue, toutes les questions sensibles qui divisent les Ivoiriens comme les expropriations foncières qui constituent vraiment un pont hémorragique en termes de cohésion sociale. Et nous avons l’intention de nous investir dans ce qu’il faut pour que les Ivoiriens soient réconciliés. C’est d’ailleurs pour cela qu’à notre sortie, nous sommes allées remercier les gens de tous les bords parce qu’ils ont soutenu notre combat et c’est avec les gens de tous les bords qu’il faut arriver à faire cette réconciliation, mais si on ne se parle pas entre nous comment on peut y arriver ? Il faut tenir compte du fait que dans le milieu politique, il y en a qui ne se parle pas, ça ce n’est pas bon. On a besoin de tout le monde pour la réconciliation.

Vous parliez du retour de Laurent Gbagbo, de la réconciliation, est-ce que vous comptez vous engager en politique ?

On est déjà engagé en politique, qu’est-ce qui n’est pas politique ? Quand on parle de social, on parle d’économie pourquoi on parle de volonté de politique, c’est parce que c’est le politique qui détermine tout. Seulement, nous, on fait une politique citoyenne parce que la politique politicienne que les politiciens font, c’est pour briguer le pouvoir à tout prix. Nous en tant que société civile, notre rôle, c’est de veiller à la bonne gouvernance, dénoncer ce qui ne va pas et faire des propositions pour qu’on avance. Notre objectif ce n’est pas de séduire les populations, mais c’est de faire ce qui est bon pour les populations. Voilà la différence, il faut délivrer les Ivoiriens de cette conception selon laquelle la société civile devrait se mettre en marge de la politique, c’est très grave. Il faut que le peuple s’engage en politique pour que les politiciens respectent le peuple. Désormais, on va plus se taire, on va parler et de tous les sujets parce que l’opinion publique pense qu’être société civile, c’est chercher des financements pour des projets de développement. Quand il n’y a pas la paix, on peut faire quel genre de développement ? Donc travaillons déjà à réunir les conditions de la paix pour qu’ensuite, on puisse parler de développement.

Avez-vous bénéficié de soutien d’hommes politiques en prison ?

Oui, absolument et c’est pour cela que j’ai fait aussi cette tournée de remerciements. Et j’ai coutume de le dire et c’est la vérité, tous les politiciens de tous les bords m’ont soutenue que ce soit moralement, matériellement et financièrement. Je n’ai pas refusé cette aide. Je suis partie en prison, j’ai lutté pour défendre la Constitution de mon pays et donc de tous les Ivoiriens. Et, dans la foulée, on m’a licenciée, comment ma famille fait pour vivre ? J’ai considéré cela beaucoup plus comme des actes de solidarité qu’autre chose parce que tous savent qu’on ne peut pas m’acheter, chacun sait que je ne suis pas à sa solde, chacun sait que je suis très indépendante.


On vous a vu au procès des pro Soro. Est-ce que cela ne traduit pas vos accointances avec certains hommes politiques ?

Pas du tout, on était en prison ensemble. Ce sont des hommes avant d’être des politiciens, on a été des amis là-bas. Ce jour-là, je n’étais pas partie spécialement pour aller au procès. J’ai été convoquée par mon juge pour me signifier que j’allais aller en jugement. J’étais là-bas donc j’ai profité pour les saluer.

Vous disiez plus haut que vous avez bénéficié d’un soutien financier de tous les politiciens, en prison. Comment vivez-vous aujourd’hui ?

J’ai des amis qui me font des dons. Pour le moment, je n’ai pas de revenus particuliers. On m’a fait une proposition de contrat qui n’est pas encore effectif. Pour le moment, ce sont mes amis et parents qui m’aident.

Qu’en est-il du soutien financier de Guillaume Soro?

C’était un appui par solidarité et je n’ai pas refusé. Blé Goudé m’a aussi apporté de l’argent plusieurs fois avec des vivres. Et le député Gnangbo Kacou. Et il y a plein de gens qui m’ont aidée, avec des sommes plus importantes parfois. Le président Bédié, le président Affi. Même Maurice Kacou Guikahué en tant que prisonnier m’a aidée. Et il y a des cadres RHDP qui m’ont aidée. On ne peut pas citer leurs noms.

Ils vont ont soutenu en tant que qui?

Il y a certains qui m’ont soutenue parce que nous sommes de la même région, par solidarité. Il y a certains qui m’ont soutenue parce qu’ils estiment que mon combat est juste. La plupart des personnes qui m’ont soutenue, c’était surtout ça. Pour m’encourager, pour me dire qu’ils sont avec moi, qu’ils compatissent à l’injustice que j’ai subie. Certains ont dit oui au troisième mandat, pourquoi d’autres ne diraient pas non. Cela ne les a pas empêchés de faire leur troisième mandat donc, quel est le problème ?

Un appel à lancer à l’endroit de la jeunesse, des femmes, de la société civile ?

A la société civile, j’aimerais dire que c’est dommage que nous ne soyons pas solidaires. Parce que quand j’étais emprisonnée, ceux qui m’ont le plus soutenue, ce n’est pas la société civile. Au contraire même ça été l’occasion pour certains de me calomnier. Heureusement que les Ivoiriens sont assez mûrs. Beaucoup ont compris mon combat et m’ont soutenue. Plusieurs personnes que je ne connaissais pas m’ont soutenue. C’est pour ça que quand les gens parlent de l’appui de Guillaume Soro, ça me fait rire. C’était important parce que c’était régulier. Mais comme je dis, il y a des gens qui ont donné plus que ça. Il y a beaucoup d’Ivoiriens qui se sont mobilisés pour me soutenir. Par la grâce de Dieu, je tiens vraiment à leur dire merci. Tous ceux qui ont eu une pensée pour moi, tous ceux qui ont fait quoi que ce soit, je leur dis merci.
Et l’appel que j’aimerais lancer aux jeunes, c’est de leur dire d’arrêter de se laisser instrumentaliser. Il faut que les gens soient plus responsables, plus courageux, plus objectifs, que les femmes se lèvent pour leur pays. La politique n’appartient pas qu’aux hommes. Nous aussi qui sommes mères, on a le droit de travailler pour l’avenir de nos enfants.
Et aux autorités d’aller franchement à la réconciliation. Deux mandats sans réconciliation, on est au troisième mandat. Il faut poser des actes concrets, clairs et nets qui favorisent effectivement la réconciliation. J’insiste sur la libération de tous les prisonniers, sur le retour des exilés, sur ce dialogue inclusif autour duquel on va tous définir le cadre pour que véritablement la Côte d’Ivoire reparte sur de nouvelles bases. Sinon, on n’en finira pas avec les conflits. »

Est-ce que ce début de libération des prisonniers politiques n’est pas pour vous un signe de bonne foi du président Ouattara?

C’est une bonne foi trop tardive. Et puis ce n’est pas complet. Est-ce que c’est logique qu’on libère les leaders qui ont donné les mots d’ordre et qu’on garde en prison ceux qui leur ont obéi ? Qui est plus coupable? Je ne vois pas de bonne foi dans tout ce qu’ils font. Ce sont des calculs politiques. La bonne foi voudrait qu’on accélère les libérations, qu’on accélère le retour des exilés et qu’on organise le dialogue. C’est quand ce dialogue sera organisé que je parlerai de bonne foi. Pour l’instant, je pense que ce sont des calculs politiciens.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire