Retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire: Le ministre Joël N’Guessan (RHDP) «Mettons tous balle à terre»


La Cour Pénale Internationale (CPI) a définitivement acquitté l’ex-Président
ivoirien, le Président Laurent GBAGBO et son co-accusé, Monsieur Charles
BLE-GOUDE.
Si pour le Président du COJEP de Charles Blé GOUDE, la date de son retour
n’est pas officiellement connue, les partisans du Président GBAGBO ont
annoncé son retour au pays pour le 17 juin prochain. En prévision du retour du
Président Laurent GBAGBO, des voix discordantes se sont exprimées depuis
quelques semaines. Mais, avant son retour tant attendu par ses militants, les plus
farouches supporters du Président Laurent GBAGBO sont rentrés de leurs exils.
Ils ont été accueillis en toute sérénité par leurs partisans et en toute sécurité. Ils
organisent des meetings et des rencontres et tiennent des discours mi-figue mi-
raisin sur la réconciliation.
Dans le même temps la coordination des victimes de la crise post-électorale de
2011, réclame que le Président Laurent GBAGBO ne bénéficie pas d’impunité
surtout que ce dernier est sur le coup d’une condamnation à 20 ans dans son
pays.
Au moment où notre pays, la Côte d’Ivoire, tente de contrer la menace djihadiste
qui frappe à nos portes, les Pro-Gbagbo ou les anti-Gbagbo sont en train de
prendre le peuple de Côte d’Ivoire en otage. Certains veulent un retour en
triomphe, d’autres souhaitent un retour en catimini. Ils veulent nous éloigner de
l’essentiel.
Mon souhait est qu’on arrête tous de focaliser nos propos et nos projets
immédiats sur le retour en catimini ou non de Monsieur Laurent GBAGBO. Je
pense que 90% des ivoiriens qui sont fatigués de nos turpitudes politiques des 20
dernières années qui ont occasionné des milliers de morts inutiles sont du même
avis que moi.
Pour avoir été moi-même une des victimes de la crise post-électorale, (4 de mes
collaborateurs ont été abattus sous mes yeux) je demande que les parents des
3000 victimes de la bêtise de la politique ivoirienne acceptent de calmer le jeu.
Il n’est plus nécessaire d’avoir des discours guerriers.
Laissons le Président Alassane OUATTARA et son Gouvernement gérer cette
nouvelle étape de la vie de notre nation.
Dans le même temps, il faut que les partisans de l’ex-Président ivoirien
comprennent que leur désir de triomphalisme peut conduire à réveiller des
sentiments de haine et effaroucher profondément les familles des milliers de


victimes. Notre pays n’a plus besoin de vivre les inutiles évènements qui nous
ont conduits dans l’abîme depuis la rébellion de 2002 à la crise post-électorale
de 2011. Mettons tous balle à terre si nous sommes tous vraiment disposés à
aller à la réconciliation et à la paix. REPENTANCE-PARDON-
RECONCILIATION, sont trois mots que nous devons tous avoir à notre esprit
et dans nos bouches.

Le Ministre Joël N’GUESSAN
Membre du Conseil Politique du RHDP

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire