Au Tchad « la guerre sera longue », affirme Mahamat Mahdi Ali, leader du FACT

Peu après l’annonce, le 20 avril, de la victoire électorale « écrasante » du président tchadien Idriss Déby, au pouvoir depuis 1990, sa mort au combat contre le Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT), une force rebelle qui s’était développée dans le chaos libyen.

Aussitôt le fils d’Idriss Déby, Mahamat Déby, est placé à la tête du Comité militaire de transition (CMT) qui prend les rênes du pouvoir au Tchad. Parallèlement, principal partenaire international du pays, la France reconnaît l’autorité de Mahamat Déby et réaffirme qu’elle fera tout pour « maintenir la stabilité du Tchad ».

Le FACT, qui avait combattu Idriss Déby et lancé une offensive sur la capitale N’Djamena, ne reconnaît pas la « nouvelle » autorité de Mahamat Déby et promet de poursuivre les offensives. Mais les forces armées tchadiennes assurent que la situation est sous contrôle, après plusieurs opérations militaires contre les bastions de la rébellion dans la région du Kanem, et que le FACT est neutralisé. Une situation que le leader de FACT Mahamat Mahdi Ali ne reconnaît pas.

« Actuellement la situation qui prévaut dans notre pays est calme, considérant que nous avons accepté la demande insistante de la société civile tchadienne et du mouvement citoyen qui nous a proposé d’opter pour d’autres voies que l’alternative militaire », a déclaré le leader dans une interview à e- Global de FACT, Mahamat Mahdi Ali, « pour cette raison, nous avons privilégié une solution pacifique », a-t-il déclaré.

« Malheureusement, le pouvoir actuel continue dans une logique guerrière et n’écoute pas cet appel en raison de sa posture arrogante, résultat du soutien aveugle que lui apporte la France », a souligné Mahamat Mahdi Ali, qui a confirmé qu’il continue pourtant avec l’action politique comme moyen d’établir des négociations.

Le FACT « a été touché par cette guerre qui sera longue »

Mahamat Mahdi Ali a nié que le FACT ait été vaincu ou qu’il se soit replié sur ses positions initiales, avant de lancer l’offensive sur N’Djamena, alors que plusieurs médias proches du pouvoir l’annonçaient, mais il a reconnu que le FACT « a été affecté par cette guerre qu’elle sera longue » , et a souligné que « le régime actuel n’est pas non plus indemne et a été la cible de plusieurs pertes » infligées par FACT.

Selon Mahamat Mahdi Ali, le FACT « a gagné cette bataille », mais le Tchad « est toujours en train de perdre », donc son mouvement se poursuivra jusqu’à ce que ses objectifs soient atteints avec « l’insertion d’un régime démocratique dans lequel tous les citoyens peuvent reprendre possession de leur dignité ».

Sur les rumeurs circulant au Tchad d’une implication présumée de la France dans la disparition d’Idriss Déby, Mahamat Mahdi Ali a choisi d’esquiver la réponse et a souligné que « quand quelqu’un part en guerre, il tue ou est tué. Le président Idriss Déby nous a fait la guerre et a été tué. Il est mort comme tous les autres Tchadiens qui ont laissé leur vie sur le champ de bataille ».

Le leader du FACT a reconnu avoir reçu des menaces de la France, qui tentait de le dissuader d’exercer des pressions militaires sur le régime de N’Djamena. « En fait, ces menaces existent et ont commencé à être proférées par la France avant même notre entrée sur le territoire de notre pays », a confirmé Mahamat Mahdi Ali, qui a souligné qu’il avait demandé à la France « de cesser de soutenir Idriss Déby et de permettre aux Tchadiens d’avoir leur propre souveraineté dans la politique et la gestion des affaires de votre pays ».

« Malheureusement la réponse française est allée à l’encontre de nos attentes », les Français « nous ont dit que nous allions entrer au Tchad pour déstabiliser le régime et que toute tentative de notre part sera sévèrement réprimée », a déclaré Mahamat Mahdi Ali. « Notre réaction a été immédiate, nous avons dit que nous ne demandions pas d’autorisation pour entrer dans notre pays, que ce n’est pas les Champs Elysées, et que nous allions entrer dans notre propre sol », a-t-il déclaré.

Selon Mahamat Mahdi Ali, compte tenu de la situation, la France « a mobilisé ses forces armées pour aider Idriss Déby dans sa guerre contre nous, et nous sommes entrés au Tchad pour lancer une offensive sur N’Djamena et la France a fini par perdre cet allié qu’elle considérait comme le l’épine dorsale de la lutte contre le terrorisme ».


« Paradoxalement », a assuré Mahamat Mahdi Ali, Idriss Déby « n’a pas combattu le terrorisme, mais l’a utilisé comme alibi pour se maintenir au pouvoir ». Selon le leader du FACT, en 2012, lorsque le président nigérian, Jonathan Goodluck, a demandé l’intervention d’Idriss Déby afin d’entamer des négociations avec Boko Haram, « le président tchadien a hué Goodluck, alors qu’il logeait les chefs de ce mouvement dans des hôtels de luxe dans votre pays. Ce prétendu combat contre le terrorisme de Déby est un vrai bluff ».

Réagissant aux informations indiquant que FACT est une organisation ethnique composée principalement d’éléments de l’ethnie Goranne, mais aussi qu’elle a accueilli dans ses rangs plusieurs dissidents du régime Déby ainsi que des éléments d’autres organisations de l’opposition tchadienne, Mahamat Mahdi Ali a rappelé que FACT est « un mouvement fédérateur et républicain qui rassemble toutes les composantes ethniques de la société tchadienne ».

Pour le leader du FACT, la France « a tenté » de caractériser son mouvement par une ethnicité « mettant en avant une majorité goranne. Cependant, nos combattants sont des Tchadiens dont l’origine ethnique ou la couleur politique n’ont aucune importance. Nous sommes déjà à un niveau de responsabilité que nous n’attachons pas d’importance à ce type de discours et notre mission est de continuer le combat jusqu’à ce que nos revendications soient satisfaites ».

Ayant révélé que FACT est resté et s’est développé en Libye avant de lancer les offensives au Tchad, Mahamat Mahdi Ali a confirmé cette voie et a expliqué que FACT « est en Libye depuis un certain temps, mais avec le changement qui s’est opéré dans ce pays marqué. pour la formation d’un gouvernement d’union nationale, nous avons décidé de rentrer chez nous et de continuer notre combat », a déclaré le leader du FACT.

Pourtant, Mahamat Mahdi Ali a insisté sur le fait que « les Tchadiens, en particulier ceux qui vivent dans le nord, ne se sentent pas étrangers dans le sud de la Libye et un Libyen du sud ne se sent en aucun cas étranger dans le nord du Tchad. Les deux peuples sont liés par le sang et les liens fraternels », résultat, a rappelé Mahamat Mahdi Ali, des mouvements de populations lors des occupations ottomane et italienne qui « ont déplacé des familles entières d’un côté à l’autre ».

« Nous n’avons aucune relation avec les puissances étrangères »
Mahamat Mahdi Ali a également expliqué que depuis sa création, FACT a adopté « une politique similaire à celle de Khalifa Haftar dans sa lutte contre le terrorisme. Comme nous sommes un mouvement de rebelles républicains et laïcs, nous étions dans la ligne de mire des groupes terroristes armés, qui nous ont attaqués à plusieurs reprises, et nous avons riposté avec détermination. Nous n’avons pas de relations directes avec Haftar, qui a appris notre départ de Libye après notre départ, et nous n’entretenons aucune relation avec des puissances étrangères, des personnalités ou tout type d’entité politique », a souligné Mahamat Mahdi Ali.

Face à la timide réaction de l’Union africaine (UA) après que Mahamat Idriss Déby a pris la direction du Tchad, avec le soutien de la CMT, ignorant les règles de la chaîne de succession, en cas de disparition du président, prévues dans le Constitution tchadienne approuvée par Idriss Déby, le leader du FACT a reconnu que le manque de réactivité de l’UA est « quelque chose d’étrange » et l’a renforcé en rappelant que la CMT « a violé la loi et la Constitution du Tchad ».

Compte tenu du soutien de la France à la CMT et des moyens humains et militaires dont dispose FACT sur le théâtre des conflits, Mahamat Mahdi Ali a assuré que ses « ressources humaines sont un fait et suffisant », mais a également reconnu que, dans le domaine militaire, FACT est « un géant ». Cependant, « cela n’affaiblit pas notre détermination et notre abnégation d’aller jusqu’au bout de notre politique d’instauration d’un régime démocratique dans notre pays au détriment de la tyrannie institutionnalisée par Déby et son peuple. Cependant, nous continuons à privilégier les solutions politiques au détriment de la guerre, qui reste toujours le dernier recours », a déclaré à e-Global le leader de FACT, Mahamat Mahdi Ali

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire