Laurent Gbagbo et ses GORs sont-ils à la croisée des chemins ?

Plutôt que de vous acharner sur la pauvre Simone Ehivet, puisque vous affectionnez tant les dossiers judiciaires, je vais vous en proposer un. Vous étiez au pouvoir et M. Nicolas Sarkozy vous a bombardés sous prétexte que M. Gbagbo ne voulait pas quitter le pouvoir. Ok. Question. Où est ce qu’il est écrit et signé à l’ONU et sans la constitution française que lorsqu’on refuse de quitter le pouvoir on doit être bombardé? N’y avait t-il pas d’autres solutions pour épargner les vies humaines?

Gbagbo lui-même avait proposé un recomptage des voies, pendant que nous autres suggeraient la reprise complète des élections sur tout le territoire précédée d’un désarmement effectif des hommes de Soro. En quoi le président de la France était- il concerné par les élections d’un autre pays, fusse-t-il une ancienne colonie? Gbagbo, ses conseillers juridiques, et toute la clique GOR devraient s’en prendre à présent à Nicolas Sarkozy et à Soro Guillaume, le petit traître.

Le Conseil Constitutionnel avait déclaré Gbagbo vainqueur et ce même conseil constitutionnel ne se dédit pas. Alors quelque soit les tonnes de bombardements de Sarkozy, Gbagbo demeure jusqu’à preuve du contraire le Président légal de la Côte d’Ivoire en fait mais bon ce débat est clos par la force des choses. Néanmoins, simple question de bon sens, non? Tout le monde semble l’ignorer même les soient disant juristes et journalistes. Sarkozy n’est plus président de la France, il se pavane partout.

Vous ne devriez plus avoir peur de le convoquer au tribunal international. C’est là que nous autres on vous attendait et non pas à chercher des bêtes noires sur Simone et Affi. Vous accusez Simone de vous avoir induit en erreur en ne cédant pas le pouvoir. Vous vous dédouanez et blâmer la pauvre. Simone n’était pas au pouvoir même si elle avait une certaine influence sur quelques militaires.

C’est Gbagbo qui était le responsable, le décideur. Ayons tous le courage de le lui rappeler. Quand il signait n’importe comment sans l’avis de ses camarades de lutte, sans désarmement des rebelles, quand il dansait à la rue princesse avec le rebelles, est-ce Simone et Affi qui le poussaient à se comporter ainsi? Soyons sérieux. Quand on a échoué on doit avoir le courage de le reconnaître et d’apprendre de ses erreurs, drôles de réconciliateurs.

Autre sujet, Affi est le président légal de votre parti le FPI. Gbagbo en est cofondateur d’après ce que nous avons appris. Par respect Affi a toujours dit qu’il peut céder la présidence du parti à Gbagbo mais à condition d’y mettre la manière légale. Sortez nous un article de votre parti qui dit que M. Gbagbo peut à tout moment et comme il le veut être le président du parti. Sur quelle base légale le prenez lui pour président du FPI? Pourquoi aux dernières législatives vous vous êtes présenté sous la bannière de EDS pendant que Affi se présentait sous la bannière du FPI?

C’est ce désordre, ce cafouillage que vous affectionnez tant qui vous a fait perdre le pouvoir. Vous confondez sentiments personnels, business, et les intérêts du pays. Ayez le courage de quitter dans les émotions et sensations et faites face aux réalités de manière lucide. Restons dans l’objectivité. Pourquoi vous ne saisissez pas la CPI pour que vos bourreaux Soro Guillaume et Sarkozy s’expliquent? Plutôt que de vous déverser sur Simone et Affi Nguessan pour avoir remercier et collaborer un temps soit peu avec le Président Ouattara?

Vous oubliez que Ouattara est le Président de la République de Côte d’Ivoire depuis bientôt quinze années, peu importe la manière mais c’est cela la réalité du terrain. Il faut respecter cela et il faut respecter et craindre le pouvoir. A cet effet, j’aime bien la posture du Président Ouattara. En son temps on l’a accusé à tort ou à raison d’être le financier et l’instigateur de la rébellion qui a endeuillé le pays. Jamais la moindre preuve juridique n’a été apportée même quand vous étiez au pouvoir.

Aussi à supposer que Gbagbo, ses conseillers juridiques, et les GORs décident de convoquer Sarkozy au tribunal. Supposons que Sarkozy cite Ouattara et le juge demande à celui-ci de comparaître, de venir témoigner. Ouattara peut très bien regarder Sarkozy dans les yeux et lui dire qu’il ne sait pas de quoi Sarkozy parle. Lui Ouattara a été porté à la tête de la Côte d’Ivoire par le collège électoral et il a prêté serment légalement et selon la constitution.


Même s’il est bénéficiaire de deux événements, je veux dire la rébellion et les bombardements Sarkoziens, Ouattara est bien acquitté aujourd’hui et demain s’il y a un procès. Les auteurs directs devront apprendre que quand on envoie il faut savoir faire la commission.Alors je répète que plutôt que de verser votre échec sur Simone et Affi, vous feriez mieux de chercher l’auteur de vos malheurs qui n’est autre que Nicolas Sarkozy et votre mauvaise manière d’avoir géré la crise électorale.

Réfléchissez à l’équation Nady Bamba que vos adversaires vous ont posée. Arrêtons vos danses de sorciers et de sorcières de mauvais goûts sur la pauvre Simone et Affi Nguessan. Je parie que 99% d’entre vous ne connaissent pas les textes du FPI et n’avez pas de carte de membre du parti. Vous ne participez pas au financement du parti. Vous êtes juste des sympathisants de Gbagbo et vous préférez pour certains aller créer vos partis politiques alors que le FPI est là, etc.

La politique ce n’est pas palabre, encore moins une affaire de gros cœur ou d’appartenance ethnique. La politique tout comme la vie tout court est un jeu d’intelligence où on anime des débats contradictoires, enrichissants et portant sur des projets de développement et du bien être des populations. Ce que vous avez dénoncé hier sous Houphouët et le PDCI, arrêtez de faire la même chose. Je parle ici du culte de la personnalité, du manque de débats contradictoires et d’ouverture. Vous êtes actuellement à la recherche d’un allié qui lui aussi se cherche après des égarements au RHDP.

Ou mieux encore, je vous suggère de quitter ce chemin plein de contradictions judiciaires et de vous atteler à faire la paix entre vous membres de parti. Travaillez à l’unification de votre parti, arrêtez de transposer vos palabres privés sur la place publique. Renforcez les structures de votre parti en y intégrant beaucoup de jeunes qualifiés et compétents.

Organisez un congrès pour aplanir en interne toutes vos contradictions et frustrations à répétitions en mettant à jour vos textes. Travaillez sur des programmes de développement du pays qui vont vous faire attirer plus de membres actifs. Acceptez qu’on touche à votre fetiche pour qu’il s’améliore dans le bon sens car c’est un être humain avec ses défauts et qualités comme vous et moi. Lui-même doit accepter les critiques constructives également.

Enfin, je profite pour lancer à l’ensemble de tous les politiciens ivoiriens que ce que le peuple de Côte d’Ivoire, la société civile dans son ensemble attendent de vous, ce sont des programmes de développement, une proposition d’une constitution impersonnelle dans laquelle le président élu est reconnu par ses adversaires, le président a un salaire voté et approuvé par le congrès, une présidence aux pouvoirs équilibrés avec les autres institutions du pays, que le président ne soit plus l’alpha et l’oméga du pays, qu’il ait des pouvoirs limités, approuvés et connus de tous.

C’est également une solution pour mettre fin aux palabres et guerres liées aux élections. Il faut banaliser quelque peu la fonction de chef de l’Etat en Afrique comme les occidentaux l’ont si bien compris. Un président qu’on peut démettre de ses fonctions pour manquement grave sans attendre les prochaines élections.

Nous voulons de vous les politiciens au pouvoir ou qui veulent revenir au pouvoir ou qui veulent y accéder pour la première fois, des projets de développement complet du pays, un pays democratique , un pays de droit, un pays où tous les citoyens sont égaux devant la loi y compris le président de la république, un pays où les populations se soignent correctement, mangent à leur faim, travaillent, font leurs business, un pays où les habitants quels que soient leur opinion politique leur ethnie leur religion se sentent en sécurité, un pays où les lois sont appliquées avec rigueur équitablement pour tous. etc.

Merci

Dr. Charles Koudou, Administrateur de la Santé, Consultant en Santé et Développement, USA. koudoucharles@gmail.com Fondateur de la société civile Conscience Nationale pour le Développement (CND).

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

1 commentaire sur “Laurent Gbagbo et ses GORs sont-ils à la croisée des chemins ?

  1. monsieur Charles Koudou,pardon faut pas toucher au fetiche
    de nos amis frontistes. ce n’est pas un homme, il ne se trompe jamais.
    c’est comme a labas.
    faut faire avec !

Laisser un commentaire