ADO-Bédié-Gbagbo: Mes propositions à vous

Je voudrais encore me répéter que nous, société civile, simples citoyens de Côte d’ivoire, demandons à ADO, Bédié et à Gbagbo que ce n’est pas tant qui doit être candidat ou pas qui est notre problème. Notre problème c’est votre guerre de leadership aux conséquences désastreuses. Dites à vos partisans respectifs de nous épargner des discours guerriers. 2025 est bien loin mais ils ont déjà annoncé les couleurs. Le pays est très en retard à cause de vos palabres politiques. Je vous en prie, asseyez vous et mettez vous d’accord sur les règles du jeu democratique d’abord. Vous trois vous serez candidats, nous on a pas de problème avec ça. Mais de grâce définissez les règles du jeu democratique approuvées de tous avant d’aller aux élections cette fois ci.

Si tant bien que vous aimez le pays plus que les autres citoyens, alors pourquoi vous n’acceptez pas ce que nous, société civile et les populations estiment ce qui est bien pour le pays? Les palabres politiques nous en avons assez. Nous avons perdu tant de vies humaines et matérielles. Vous êtes à présent les seuls doyens majeurs qui nous restent. Alors, laissez vos alters de côté. Voyez l’intérêt supérieur du pays. Le pays a des problèmes à chaque élection à cause de votre égoïsme, de votre esprit de tricherie pour gagner coûte que coûte qui vous anime.

Soyez plus sages que ça. Choisissez des proches collaborateurs capables de vous parler avec politesse certes mais avec courage, objectivité et honnêteté. Nous ne voulons plus de vos constitutions écrites à la légère et de façon fantaisiste taillées sur mesure pour recaler un tel ou un tel. Vous trois vous avez fait l’occident. Vous savez bien qu’une constitution doit être impersonnelle c’est-à- dire qu’elle ne doit viser personne mais écrite dans l’intérêt supérieur du pays. Alors laisser comme héritage une véritable constitution acceptée par au moins 95% de la population.

Pour ma part, en tant que leader de la société civile dénommée Conscience Nationale pour le Développement (CND), je persiste et je dis que cette constitution doit comprendre des articles très clairs sur ce qui divisent tant les politiciens dans nos pays en Afrique. Par exemple: Soustraire la commission électorale de la manipulation de l’exécutif, équilibrer les pouvoirs de l’exécutif avec les autres institutions de l’Etat, définir le salaire du chef de l’exécutif, les ministres, les présidents des institutions. Limiter clairement le nombre de mandats auxquels le président a droit. Supprimer carrément le budget de souveraineté. Libéraliser la RTI, Frat Mat et la Radio, structures d’Etat vivant du contribuable ivoirien de la manipulation des partis au pouvoir. Que chacun de vos partis politiques ait sa propre chaîne de télévision pour y faire sa propre propagande politique.


Toutes les nominations aux hautes fonctions de l’Etat doivent passer devant le Sénat pour interrogation sur les qualifications, les compétences, les casiers judiciaires, le passé, la moralité avant que ses nominations ne soient définitives au niveau de l’exécutif. Le président de la République peut être démis de ses fonctions à tout moment sans attendre la fin de son mandat pour manquement grave. Exemples: violation de la constitution, favoriser une ethnie au détriment d’autres, la corruption, l’abus de pouvoir, l’usage abusif des forces de l’ordre, les détournements des deniers publics, etc.

La procédure pour démettre le chef de l’État doit être précise et approuvée de tous. Le Chef de l’Etat n’a pas accès et n’a pas la possibilité de manipuler la constitution. Il y a une procédure approuvée par tous pour proposer un ou des changements dans la constitution. Chaque institution du pays travaille chacune selon ses prérogatives mentionnées dans la constitution. Ces institutions travaillent également en étroite collaboration les unes avec les autres dans le respect de la constitution et les limites imposées à chacune de ces institutions. Celles-ci doivent être indépendantes les unes des autres, plus de primauté de l’exécutif.

Tranquillement, on ira aux élections d‘Octobre 2025. Celui que les électeurs pensent qu’il a le meilleur profil, le meilleur programme pour développer le pays gagnera, qu’il s’appelle ADO, Bédié ou Gbagbo. Ceux qui ont perdu l’élection resteront opposants jusqu’aux prochaines élections ainsi de suite. Alors l’histoire retiendra qu’après Houphouet la Côte d’Ivoire a eu trois grands leaders politiques qui ont fait de l’Etat d’Eburnie un pays où il fait bon de vivre, un pays dépourvu de corruption, un pays résolument tourné vers les programmes de développement (routes modernes, gares routières ultra modernes, agriculture mécanisée, éducation actualisée, technologie de pointe, santé pour tous, hôpitaux ultra-modernes et équipés, habitation propre et accessible, sécurité pour tous, justice et égalité pour tous, des emplois, etc) au profit de tous. Le sous développement n’est pas une fatalité mais une mentalité avant tout.

Merci

Dr. Charles Koudou, Administrateur de la Santé, Consultant en Santé et Développement, USA. koudoucharles@gmail.com Fondateur de la société civile Conscience Nationale pour le Développement (CND) www.cnd1.org

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire