Côte-d’Ivoire: Sentant le souffle chaud de Gbagbo, Affi fait les yeux doux à Ouattara

Le président légalement reconnu du Front populaire ivoirien (FPI) Pascal Affi N’Guessan, a souhaité samedi au cours de son adresse aux Ivoiriens et Ivoiriennes à l’occasion de la fête de l’Indépendance depuis Yopougon, que l’opposition se fasse violence pour « accompagner la démarche de décrispation entamée voilà plusieurs mois » par le chef de l’État Alassane Ouattara.

L’ancien Premier ministre qui conteste la présidence du Front Populaire Ivoirien à Laurent Gbagbo, a précisé que son appel à soutenir le chef de l’État a pour but « d’apaiser le climat politique » en Côte-d’Ivoire.

Selon plusieurs observateurs monsieur Affi est sur le point de perdre la bataille pour le contrôle légal du FPI, le pouvoir d’Abidjan, ayant décidé de reconnaître la tendance Laurent Gbagbo, comme branche légale.

Monsieur Affi a définitivement perdu la confiance du Président Alassane Ouattara, suite à son appel à l’insurrection en tant que porte-parole du défunt Conseil national de transition (CNT) pendant la présidentielle d’octobre 2020.

L’ancien PM qui préside le FPI depuis 2001, ne s’était pas en effet, dissocié de Soro Guillaume lorsque l’ancien chef rebelle en cavale depuis plusieurs mois hors de la Côte-d’Ivoire, avait appelé dans un message vidéo les forces de défense au soulèvement.

Sylvie Kouamé


Fête de l’indépendance, le message du président du FPI, Pascal Affi N’Guessan:

En cette journée du 7 août, j’adresse à tous nos compatriotes de Côte d’Ivoire tous mes vœux d’une très heureuse fête de l’indépendance.

Cette journée est pour tous les enfants de ce pays un jour de fierté, de célébration et de joie. Ce doit devenir un moment fort d’unité autour de valeurs partagées, celles de notre jeune République.

Je me réjouis des mesures de clémence prises à l’occasion de cette journée envers 78 personnes arrêtées lors de la crise électorale de l’année dernière. Faisons ensemble en sorte que cette crise soit la dernière.

Je salue les actes de décrispation que le président de la République pose depuis plusieurs mois afin d’apaiser le climat politique dans notre pays. Il appartient à chacun d’entre nous, dans l’opposition, de savoir accompagner cette démarche. Cela exige de privilégier dans chacun de nos actes, chacun de nos mots, l’esprit de responsabilité et la volonté de paix. Pour ma part, je m’y emploierai. La paix est la condition de notre développement.

Je souhaite qu’ensemble dans l’avenir, nous soyons capables de bâtir une Côte d’Ivoire encore plus confiante en elle-même, parce-que vraiment unie et réconciliée.

Affi N’Guessan
Président du FPI

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire