La Côtière, 333 km de tous les dangers en Côte-d’Ivoire

Dans le sud de la Côte d’Ivoire, « tant que la route sera mauvaise, l’insécurité continuera »

La Côtière, route de tous les dangers (1/5). La nationale qui relie Abidjan et San Pedro vit au rythme des accidents, des pannes et des attaques. Alors que sa lente réfection débute, « Le Monde Afrique » l’a empruntée.

Par Youenn Gourlay (Abidjan, correspondance) Source: LeMondeAfrique

« Dieu merci, j’ai eu la chance d’être amputé ! », s’exclame Inza Ouattara six ans après « l’embuscade » qui a failli lui coûter la vie. Secrétaire général d’une coopérative de la région de Fresco, dans le sud de la Côte d’Ivoire, il roulait sur la voie qui longe le littoral lorsqu’il s’est fait surprendre par des coupeurs de route. « Ils pensaient que je me promenais avec de l’argent et ont rafalé ma voiture. Mais j’ai pu rejoindre l’hôpital et m’en sortir », raconte-t-il, perché sur sa jambe en métal.

Malgré sa mésaventure, Inza Ouattara, qui est également représentant des acheteurs de matières premières de la région, continue d’emprunter cette « Côtière » jonchée de nids-de-poule, dont son activité dépend. « Quand tu fais du commerce, les gens pensent que tu te fais beaucoup d’argent. Mais si on gagnait bien notre vie, on construirait des usines. Ce que je fais, c’est juste le “débrouillement”, je me bats pour nourrir la famille », confie-t-il près d’un 35 tonnes rempli de graines de palme, en partance pour l’est du pays.

Reliant Abidjan, la capitale économique, à San Pedro, le premier port cacaoyer au monde, la route du littoral est l’un des axes les plus dangereux et les moins bien entretenus du pays. S’y croisent quelques poids lourds de marchandises, des minicars de voyageurs et des routiers téméraires. Mais l’interminable nationale, longue de plus de 300 km, vit surtout au rythme des accidents, des pannes et des attaques.

Un potentiel touristique énorme
Construite sous la présidence de Henri Konan Bédié (1993-1999), elle sillonne une côte riche en matières premières et au potentiel touristique énorme. Des hôtels poussent doucement près des baies paradisiaques et de riches investisseurs, comme le footballeur Didier Drogba, ont récemment acheté des terres dans l’espoir d’y construire un lieu de plaisance. Mais la voie, loin d’enrichir ses riverains, est toujours une entrave au développement des villes et villages du Sud.


La faute aux concepteurs, estime Laurent Abé Abé, historien spécialiste des réseaux routiers ivoiriens. « Ils ont commencé par la bitumer alors qu’il était conseillé d’en faire d’abord une voie graveleuse en latérite. Sur cette zone marécageuse, le bitume n’a pas résisté aux charges des camions combinées aux violentes pluies du milieu d’année. » Il aurait aussi fallu davantage d’entretien, or « c’est ce qui coûte le plus cher », rappelle le chercheur.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La menace djihadiste s’enracine en Côte d’Ivoire
La Côtière peut-elle renaître ? En campagne pour un deuxième mandat, le président Alassane Ouattara s’était engagé en 2015 à ce qu’une « autoroute » relie les deux poumons économiques de la Côte d’Ivoire. C’est finalement la vieille nationale qui sera rénovée et élargie. Longtemps jugée trop chère et peu rentable par les bailleurs de fonds, la réfection a finalement été confiée en avril à l’entreprise ivoirienne PFO Africa. Le gouvernement espère terminer le chantier avant juin 2023 et le début de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), qui doit se tenir en Côte d’Ivoire, notamment à Abidjan et San Pedro.

« Les travaux préparatoires qui visent à consulter les populations situées dans l’emprise de la route ont commencé », assure Germain Kouakou N’guessan, le préfet de Grand-Lahou. Mais « on nous a déjà fait des promesses en 2010, en 2015… », constatent, dépités, les riverains : « Tant qu’on n’a rien vu, on n’y croira pas. » Alors que le pays connaît une forte croissance depuis 2012 et que le gouvernement ne cesse de répéter que « la route précède le développement », beaucoup d’Ivoiriens estiment que la priorité a été accordée aux axes du nord du pays, dont sont originaires le président et la majorité des ministres.

Un patchwork d’asphalte et de terre
Dans le sud, après une centaine de kilomètres d’un bitume accidenté et vieillissant jusqu’à Grand-Lahou, la Côtière se désagrège. Elle devient un patchwork d’asphalte et de portions terreuses. Lors de la saison des pluies, certains tronçons sont impraticables et « les habitants sont parfois obligés de circuler à l’aide de radeaux de fortune » pour relier les villes, déplore le Français Henry-Paul Bainey, directeur du Pollet, hôtel de référence de Sassandra.

Un 4×4 habile mettra dix heures pour faire le trajet entre Abidjan et San Pedro, un camion surchargé deux fois plus. Il est fréquent que les poids lourds de marchandises finissent retournés sur le bas-côté ou à l’arrêt en raison des chocs qu’ils subissent. Pour ceux qui les affrètent, les pertes économiques sont énormes.

(…)

La suite sur LeMondeAfrique

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

1 commentaire sur “La Côtière, 333 km de tous les dangers en Côte-d’Ivoire

  1. Un belle réalisation de nos « amis » chinois réalisée à la va vite en ayant bien arrosé tous ceux concernés à l’époque par le projet, c’est vrai c’était moins cher que certaines entreprises européennes mais ils nous ont fait une belle chinoiserie…
    Pourvu que ça dure

Laisser un commentaire