Côte-d’Ivoire: « Les critiqueurs » les petites confidences de Gbagbo sur Ben Soumahoro « un instituteur devenu présentateur tv »

Gbagbo fait quelques petites confidences sur ses relations avec feu Ben Soumahoro, membre comme lui du Thank Think clandestin appelé les « Critiqueurs ». Dégustez !

Selon l’ex-président Laurent Gbagbo la relation avec le journaliste et politicien Ben Soumahoro était basée sur de la simple information qu’il lui donnait sur le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et le Rassemblement des républicains (RDR) dont il en était membre.

« Ben Soumahoro le «critiqueur» était membre du Comité directeur du PDCI. Donc nous avions les informations. Et quand Georges Coffi nous a quittés, C’est Odette Sauyet qui a pris le relais pour m’accompagner chez «les critiqueurs». Puisqu’il fallait quelqu’un de la télévision pour que ça fasse plus tranquille. Et quand le RDR a été créé, Ben Soumahoro est parti au RDR. Mais il m’a écrit une lettre, une longue lettre. Les bombardements ont fait que j’ai perdu la lettre. », informe l’ex-président Laurent Gbagbo.

Et à l’ex-président Laurent Gbagbo d’expliquer comment a t-il fait la rencontre de l’homme.

« Je n’avais aucun rapport particulier avec lui. Et puis un jour, notre regretté, Georges Coffi vient me voir et il me dit : « Il y a le directeur Ben Soumahoro qui voudrait que je t’accompagne chez lui, ce soir vers 22 heures. » J’y vais et j’y trouve Zady Georges, le couturier, le tailleur. Zady Georges dit « petit assois-toi ». Je m’assois.


Zady Georges venait de créer une cellule dite « Les critiqueurs ». Me voilà membre de la cellule des « critiqueurs ». On a travaillé, on a travaillé profondément, longtemps. », révèle-t-il, avant d’annoncer les motivations réelles de son départ au sein du Rassemblement des républicains (RDR). « Dans cette lettre, il m’expliquait qu’il s’en va là-bas, non pas par choix idéologique, mais parce qu’il voulait être député. Car dans le département d’Odienné dont il est originaire, on ne pouvait pas être élu si on était Front populaire ivoirien (FPl) ou Parti democratique de Côte d’Ivoire (PDCI).

Mais il continuait d’être « critiqueur » et nous avons continué d’être « critiqueurs ». C’est dans cette cellule que j’ai rencontré Aka Emmanuel. Il est venu nous soutenir un peu et puis il est parti. », avoue l’ancien président Laurent Gbagbo. Et à l’ancien chef d’État Laurent Gbagbo de reconnaître la relation qui a existé entre le politicien.

« J’ai voulu aussi dire quelques mots sur Ben Soumahoro. Voilà un monsieur qui était instituteur, qui est devenu présentateur télé. Mais dans cette lutte pour la démocratie, personne ne l’attendait là où nous l’avons trouvé. Moi, je l’aimais bien en tant que présentateur de télé, mais pas plus. », reconnaît l’ex-président.

Ivoir’Soir.net

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire