De la fracture intellectuelle entre l’Afrique et le reste du monde…

Il y a une fracture intellectuelle entre l’Afrique et le reste du monde qui est indéniable au regard des productions et résultats mondiaux: médicaments, vaccins, avions, trains, bateaux, automobiles, plates-formes pétrolières, systèmes de navigation, systèmes de paiement, produits financiers, théories, concepts, méthodologies, médailles olympiques, trophées sportifs, etc.

Le chemin peut être long pour réduire cette fracture intellectuelle mais il n’est pas impossible.

Le système éducatif est l’épine dorsale de la réduction de cette fracture intellectuelle mais il est dans un écosystème qui favorise cette fracture intellectuelle. Il est en lien avec un système social, un système culturel, un système politique, un système économique qui n’est pas neutre dans cette fracture intellectuelle.


Certes, il faudrait changer profondément le système éducatif. Et en Côte d’Ivoire, il y a environ 6 mois de réflexion avec des États généraux. Mais les autres systèmes ne sont pas en reste.

Nous qui sommes passés par des structures élitistes du système éducatif avons une grande part de responsabilité. Avec tous, nous avons un rôle majeur dans la création d’un écosystème favorable à la réduction de cette fracture intellectuelle.

Nous avons un certain devoir à tirer nos systèmes vers le haut, à élever intellectuellement nos systèmes au rang des systèmes des sociétés de référence en matière de progrès social, économique et technologique. Nous avons un certain devoir à nous élever intellectuement au niveau des populations des sociétés de référence en matière de progrès social, économique et technologique.

La fracture intellectuelle nous exclut socialement et nous marginalise par rapport au reste du monde.

Franck Assi
Consultant

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire