Cacao: Pourquoi les pays africains Côte-d’Ivoire, Ghana…ne devraient pas craindre la Chine

La a province insulaire chinoise de Hainan a exporté cette année ses premiers 500 kilogrammes de fèves de cacao vers la Belgique. C’est la première fois que la Chine exporte du cacao. La vente évaluée à 3044 euros, provenait du canton tropical de Xinlong à Hainan.

(…)

Mais quelles sont les perspectives de la Chine avec son entrée sur le marché de la production de cacao ?

Les plants de cacao ont besoin d’une température tropicale élevée, de beaucoup d’eau et d’air humide pour pousser. De telles conditions peuvent être trouvées dans les régions tropicales comme l’Afrique, l’Amérique du Sud et certaines parties de l’Asie. Si la Chine envisage de s’aventurer dans la production commerciale de cacao, elle doit tenir compte de la taille de sa forêt tropicale humide. Malheureusement, selon Mongabey, l’île de Hainan abrite la seule forêt tropicale humide de Chine, qui couvre une fraction de la taille de l’île de 35 354 kilomètres carrés. Une autre province chinoise dont les conditions météorologiques pourraient éventuellement favoriser la culture du cacao est le Yunnan.

Cette disponibilité de sols et de conditions météorologiques favorables est un défi que la Chine doit surmonter si elle souhaite sérieusement produire commercialement des fèves de cacao. Cependant, la Chine ne peut pas faire grand-chose pour créer des conditions durables pour la culture du cacao. Dans la situation peu probable où la Chine défierait cette étrangeté, cela aurait un coût considérable.

Certains ont suggéré que la Chine pourrait déployer une technologie pour entreprendre la production commerciale de cacao sur des territoires qui naturellement ne soutiennent pas la culture du cacao. Bien que cela soit possible, c’est néanmoins économiquement non viable, car le coût l’emporterait sur les avantages. Le directeur des affaires publiques de COCOBOD, Fiifi Boafo, a minimisé la percée de la Chine dans la culture du cacao. Il a déclaré que cela n’avait pas de sens économique pour la Chine de produire du cacao en utilisant la technologie et aller a la perte.

La Chine productrice de cacao ne pouvait donc passer que pour une percée scientifique symbolique. Il n’a aucune perspective économique substantielle. Cela signifie que le monopole des pays africains producteurs de cacao est loin d’être terminé.


blank

Il n’y a aucune raison de s’inquiéter; La Chine ne peut pas dépasser les pays africains dans la culture du cacao

Selon l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la taille de la forêt tropicale humide du Ghana est estimée à 9,17 millions d’hectares représentant 40 pour cent de la masse continentale totale du pays. La Côte d’Ivoire, selon la Banque mondiale, compte environ 212 000 kilomètres carrés [21 millions d’hectares] de terres tropicales, ce qui représente 66 pour cent de la masse continentale totale du pays. Cela signifie que le Ghana et la Côte d’Ivoire ont ensemble environ neuf fois plus de masse continentale tropicale que la Chine. Lorsque l’on considère le Cameroun et le Nigeria, le scénario devient encore plus sombre pour la Chine.

Avec cette masse continentale, il serait plus facile pour le Ghana et la Côte d’Ivoire de produire plus de cacao que leur capacité actuelle, alors que la Chine n’a pas un tel luxe. C’est là que réside l’avantage comparatif des pays africains.

Cela devrait apaiser les craintes des Africains sur les réseaux sociaux. Il est évident que la Chine ne peut pas rivaliser avec les pays africains dans la production de produits agricoles tropicaux, en particulier le cacao.

Cependant, le fait que la Chine ait symboliquement produit du cacao devrait réveiller les pays africains car leur monopole sur la cacaoculture pourrait être remis en cause par un autre pays ou groupe de pays du tropique. Les pays qui ont le plus grand potentiel pour s’aventurer dans la cacaoculture commerciale sont pour la plupart latino-américains. Cela signifie que les pays africains producteurs de cacao doivent innover et investir davantage dans les meilleures pratiques agricoles pour rester au top.

La crainte des Africains de voir la Chine reprendre l’industrie cacaoyère est un signe d’inquiétude pour le bien-être de leurs pays. Cependant, en raison de l’indisponibilité d’une forêt tropicale humide, la Chine aurait du mal à augmenter sa production pour répondre à la demande commerciale. Cependant, le fait que la Chine ne puisse pas constituer une menace commerciale ne signifie pas que les pays africains producteurs de cacao doivent faire preuve de complaisance.

Amodani Gariba

Commentaires facebook
blank

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire