FDFP/Côte-d’Ivoire: Un courrier non signé de soi-disant «employés» qui complique encore plus le cas du SG Battesti

Un courrier non signé, présenté comme provenant « des employés » du FDFP, circule depuis hier sur les réseaux sociaux en Côte-d’Ivoire. Dans ce «tracte» que personne n’a voulu assumer, les auteurs (ou l’auteur) estime(nt) que la procédure conduisant à la suspension temporaire du SG de cette structure de ses fonctions n’a pas respecté les règles en vigueur.

Contacté par notre rédaction, le président du Conseil de gestion du Fonds de Développement de la Formation Professionnelle, a bien voulu nous apporter les précisions suivantes.
[lire courrier plus bas]


En consultant les documents mis à notre disposition, dont certaines copies ont été publiées en ligne [lire ici], nous arrivons à la conclusion qu’il est foncièrement malhonnête d’affirmer que la suspension de monsieur Battesti n’est pas conforme aux règles procédurales.
En effet, nommé certes par décret, MAIS sur proposition du Conseil de gestion selon les termes de l’Art. 19 (nouveau) du décret:  

n° 2019-291 du 03 Avril 2019 portant modification du décret n° 92-05 du 08 Janvier 1992 portant organisation et fonctionnement du Fonds de Développement de la Formation professionnelle, tel que modifié par le décret n° 95-413 du 02 Mai 1995

, ce même Conseil de gestion a les pleins pouvoirs [après avoir informé la tutelle et le concerné] de suspendre monsieur Battesti et de demander à la tutelle (ministère) de prendre un nouveau décret de limogeage en son encontre, au vu des graves malversations découvertes par l’Inspection Générale d’État, et qui lui sont imputées. 

(Sylvie Kouamé).

blank

blank

Commentaires facebook
blank

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire