Suspension à Abidjan des vols directs sur les États-Unis, le Dg de l’Anac s’explique

Le directeur général de l’Autorité nationale de l’aviation civile ( Anac) était face à la presse mardi, dans le cadre de la tribune « l’invité du forum ». Une initiative du Forum des directeurs de publication de Côte d’ivoire (Fordpci) dirigé par Charles Lambert Trabi.

Silué Sinaly a décliné, deux heures durant, le bilan et les perspectives de l’entreprise à capitaux publics qu’il dirige.

Entre autres sujets, il s’est expliqué sur l’arrêt des vols commerciaux directs sur les États-unis assurés par Ethiopian Airlines. Désormais pour rallier le pays de l’oncle Sam, le voyageur est amené à transiter par Casablanca, Paris ou Accra, alors que la certification obtenue par l’aéroport d’Abidjan avait réglé cette contrainte. Pour le Dg, d’arrêt de vol, il n’en est pas pour l’instant question.
« Ethiopian Airlines » n’a pas arrêté ses vols mais le trafic ayant baissé pour raison de Covid 19, la compagnie a suspendu ses vols. Elle attend que le trafic soit satisfaisant pour revenir. Nous sommes en contact avec ses responsables », a fait savoir l’invité.


Certains observateurs donnent cependant des informations contradictoires. A savoir que le vrai problème réside dans un lobbying de Air Côte d’Ivoire pour obtenir cette ligne et profiter de ce marché prometteur. La compagnie nationale manœuvrerait pour pousser Ethiopian vers la sortie. La thèse du covid ne tiendrait donc pas d’autant plus que, informent nos sources. Des pays aux trafics moins fournis que la Côte d’ivoire assurent toujours la liaison en direction des États-unis. Exemple du Togo et du Sénégal.

« Je n’aime pas comparer les Etats », répond pour sa part le directeur général Silué Sinaly. Lequel a auparavant, longuement développé les dispositions adoptées par l’Anac en matière de sécurité et de sûreté aéroportuaires. Aussi a-t-il fait valoir que toutes les dispositions sont prises pour ne pas que l’incident ayant conduit à la mort du jeune Aguibahi ne se reproduise. Il y a quelques mois, ce lycéen d’à peine 15 ans était retrouvé coincé dans le train d’atterrissage d’un avion d’Air France, à l’aéroport de Paris. L’incident avait amené les autorités ivoiriennes à réagir en rasant les habitations aux abords de la clôture de l’aéroport Houphouët Boigny.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Commentaires facebook
blank

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire