Retraite politique à 75 ans : Ces personnalités qui pourraient disparaître de la vie politique en Côte-d’Ivoire

Lu pour vous

Il n’est encore qu’au stade de projet de loi et devra ensuite être examiné par les députés et les sénateurs de Côte d’Ivoire. Mais une fois voté, le texte de la limitation d’âge pour exercer une fonction administrative et élective touchera de nombreuses personnes.

75 ans plus un jour, c’est l’âge plafond au-delà duquel tout Ivoirien ne devrait plus être autorisé à occuper une fonction élective et administrative. L’idée d’en faire une loi à appliquer à tous en Côte d’Ivoire est nourrie. Un projet de loi est même déjà élaboré. Le texte sera sur la table des parlementaires dans le mois d’avril 2022 à l’ouverture de la session parlementaire, selon une révélation du député de Tiassalé, Assalé Tiémoko.

« Il sera clairement affirmé dans ce texte qu’en Côte d’Ivoire, l’âge de la retraite politique est fixé à 75 ans plus un jour. Cette limitation sera étendue à toutes les fonctions électives et aux fonctions à la tête de toutes les institutions de la République et des conseils d’administration des sociétés publiques », fait savoir Assalé Tiémoko.

Pour l’heure, ce n’est encore qu’un projet de loi. Mais le texte passera devant les élus de la nation que sont les députés et les sénateurs. Ces derniers auront donc à l’examiner et assurément le voter comme l’indique déjà l’élu de Tiassalé. Mais une fois voté, le texte de la limitation d’âge pour exercer une fonction administrative et élective touchera de nombreuses personnes.


Les personnalités politiques seront les plus concernées. Avec les principales échéances électorales prévues en 2025, nombreux sont les personnages qui seront frappés par la future loi.

Ce sont déjà, les présidents Henri Konan Bédié, Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo. Respectivement nés en 1934, 1942 et 1945, ces hommes d’État auront aussi respectivement 91, 83 et 80 ans. Ils seront donc forclos pour les élections de 2025. Avec eux, d’autres responsables politiques ivoiriens. La loi, si elle est votée, touchera aussi Simone Ehivet Gbagbo, l’ex-Première dame. Née en 1949, elle aura 76 ans en 2025. Danièle Boni Claverie sera elle aussi de la liste des forclos. À la prochaine élection présidentielle, l’ex-ministre de la Communication et actuelle présidente de L’URD aura 82 ans. Il en sera de même pour Dr Assoa Adou qui aura 80 ans en 2025.

Au niveau de l’administration publique, de nombreux cadres seront autorisés à assurer des fonctions. Ce sont notamment le Pr Henriette Dagri Diabaté. Née en 1935, l’actuelle Grande Chancelière totalisera 90 ans en 2025. Idem pour le président de la Chambre des rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire, Nanan Amon Paul Désiré Tanoé qui aura aussi 90 ans en 2025.

L’actuel Médiateur de la République, Adama Toungara qui aura 82 ans sera lui aussi frappé par cette future loi. Pareil pour Dr Eugène Aka Aouélé. Né en 1948, le président du Conseil économique, Social, Culturel et Environnemental aura 77 ans en 2025.

Eric Coulibaly
7info.ci

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire