Côte-d’Ivoire: Toutes les infrastructures « seront prêtes à temps pour la CAN 2023 », selon le gouvernement

Point de presse

1/ Contexte
La Côte d’Ivoire organisera la CAN 2023 et pour se faire d’importants travaux sont en cours de réalisation à Korhogo, Bouaké, San pedro, Yamoussoukro et Abidjan.
Depuis l’indépendance de notre pays, c’est exceptionnel, plus de 500 milliards d’investissement en infrastructures sportives, d’hébergement y compris les investissements connexes ; voirie, aéroportuaires et plateaux techniques sanitaires.
Malgré quelques perturbations liées à la pandémie à Coronavirus covid 19, le timing actualisé nous permet d’affirmer que nous serons prêts et livré en 2022, soit six (6) mois avant la compétition prévue en Juin-Juillet 2023.

2/ Le stade Alassane OUATTARA de la cité olympique d’ébimpé
Le stade Alassane OUATTARA d’Ebimpé qui est le fruit de la coopération sino-ivoirienne doit subir des travaux complémentaires pour être mis en conformité FIFA-CAF.
Le stade d’Ebimpé étant fermé et tous les stades étant en construction en Côte d’Ivoire, c’est la priorité du gouvernement, la FIF n’a pas d’autre choix que de jouer ses matches retour à domicile des éliminatoires de la coupe du monde 2022, à l’extérieur conformément à la réglementation CAF.
Sauf que compte tenu de l’état d’avancement du stade de Yamoussoukro qui aujourd’hui a une pelouse complètement achevée et des vestiaires disponibles, des tribunes achevées, la FIF de façon exceptionnelle a demandé à vouloir étudier la faisabilité de jouer des matches sur ce stade. La FIF a donc saisi la CAF pour voir si elle pouvait homologuer de façon ponctuelle le stade de Yamoussoukro pour accueillir les deux matches.
L’environnement de ce stade n’étant pas terminé, le stade n’a pas encore été livré pour prétendre à un homologation totale et définitive.


3/ Le stade de Yamoussoukro
Le stade de Yamoussoukro était une solution palliative proposée par la FIF. Cependant la mission d’inspection de la CAF a conseillé à la Côte d’Ivoire de poursuivre les travaux et de choisir sous 48 heures, l’un des stades homologués à l’extérieur de la Côte d’Ivoire pour recevoir ses matches. Ce qui a été fait. Ainsi la FIF a décidé que la Côte d’Ivoire accueillera ses matches sur le stade de l’amitié Général Mathieu KEREKOU de Cotonou au Bénin et tout est en œuvre afin que tout se déroule bien pour notre équipe nationale.

Conclusion
Tous les chantiers de la CAN 2023 avancent très bien et sont suivis par le BNETD en relation avec l’Office National des Sports.
Nos éléphants restent sereins et déterminés malgré l’environnement délétère que veulent susciter certains esprits chagrins pour déstabiliser nos joueurs.
Nous vous assurons que les Eléphants de Côte d’Ivoire, bien classés dans leur poule, bénéficient du soutien du gouvernement et des prières du peuple ivoirien afin qu’ils gagnent tous leurs matches de cette étape éliminatoire.

FIF

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

2 commentaires sur “Côte-d’Ivoire: Toutes les infrastructures « seront prêtes à temps pour la CAN 2023 », selon le gouvernement

  1. >Le stade Alassane OUATTARA d’Ebimpé qui est le fruit de la coopération sino-ivoirienne doit subir des travaux complémentaires pour être mis en conformité FIFA-CAF.
    Je finance pas, je construis pas, mais c’est moi je mets mon nom dessus. Gbêssê oh, gbessê !

    > L’environnement de ce stade (Yamoussoukro) n’étant pas terminé, le stade n’a pas encore été livré pour prétendre à un homologation totale et définitive.
    C’est moi le champion des infrastructures ! Tout ça-là, c’est gbessê. Gbessê oh, gbessê !
    🙂 🙂 🙂

  2. ====== DES CASES A COCHER : LA PORTE OUVERTE A TOUS LES REGLEMENTS DE COMPTE =======

    Le pari était risqué ! Pour qui a lu le document de la CAF « Exigences Minimales de la CAF pour les Stades et les Terrains d’entrainements », il en existe plusieurs versions en circulation, on peut se dire « qu’il y a à manger et à boire dedans ».
    Avec les multiples changements à la tête de FIFA mais aussi et surtout de la CAF, et en arrière-plan des règlements de compte entre acteurs principaux, on pouvait s’attendre à ces situations bien prévisibles !
    Le Vice-Président Constant OMARI est parti mais l’esprit est resté ! La CAF tenait à démontrer à tout prix que nous n’étions pas capables d’organiser la CAN en 2021 dans les délais. Car le souvenir de la plainte de la FIF auprès du TAS le 13 décembre 2020 la CAF pour avoir réattribué au Cameroun, l’organisation de la CAN 2021 initialement confiée à la Côte d’Ivoire, même retirée, est resté ! La rancune de la CAF est tenace. Quand bien même la Côte d’Ivoire ait porté secours à cette même CAF en récupérant l’organisation de la CAN 1984, attribuée de manière hasardeuse à un ..MALAWI incapable de faire face au challenge !

    Fallait-il demander à cette CAF, que nous connaissons bien, SANS « NEGOCIATION » PARTICULIERE EN AMONT, d’homologuer un stade en chantier, fût-il très avancé ?

    Vous connaissez le système des concours militaires où la correction se fait surplace dans la case d’examen. L’examinateur dispose d’une tablette trouée par endroits, qu’il applique sur la page et les zones à cocher sont immédiatement visibles, donnant du coup la note de la page.

    Le document de la CAF dit par exemple pour Section 3: Coté médical

    Installations de premiers secours et de traitement pour les joueurs et les officiels

    Le stade doit être pourvu d’une infirmerie pour les joueurs et d’une infirmerie pour les officiels, chacune dotée de matériels suivants :

    a. Une (1) table d’examen et soins.
    b. Médicaments d’urgence.
    c. Boîte de petite chirurgie.
    d. Respirateur artificiel.
    e. Oxygène avec masques de différents calibres / voies aériennes.
    f. Attelles (fractures de la colonne vertébrale et des membres).
    g. Brancards.
    h. Aspirateur.
    i. Nécessaires pour une voie veineuse en urgence.
    j. Défibrillateur externe automatique.
    k. Moniteur cardiaque.
    l. Electrodes.
    m. Cathéters veineux centraux.
    n. Matériels d’intubation.
    o. Matériels d’immobilisation tels que le matelas vide, le plan dur, le collier cervical.
    p. Stéthoscope.
    q. Tensiomètre à brassard diamètre 10 cm / 66 cm.
    r. Torche.
    s. Marteau à reflexe.
    t. Glucomètre et / ou bandelettes + lancettes pour test de glycémie.
    u. Thermomètre digital.
    v. Oxymètre de pouls.
    w. Capnomètre.

    On fait vite le point de ce qui manque dans cette longue liste de A à W. Ce sera alors le Point Z des défaillances.

    Et dans le document de l’évaluation, on se limitera de manière « élégante » aux points importants en gardant sous le coude, la longue liste des manquements observées et considérées comme mineures.

    Prenons la Section 4: Zones réservées aux spectateurs

    Tribunes et installations pour les spectateurs

    1. Les sièges pour les spectateurs doivent être individuels, fixés (p. Ex. Au sol), séparés les uns des autres, moulés, numérotés, faits d’un matériau incassable et non inflammable, et ont un dossier d’une hauteur minimale de trente (30) cm lorsqu’il est mesuré à partir du siège.
    2. L’utilisation de tribunes provisoires est interdite.
    3. Les sièges pour VIP et VVIP Tribune doivent être individuels, fixés (p. Ex. Au sol), séparés les uns des autres, moulés, numérotés, faits d’un matériau incassable et non inflammable, et ont un dossier d’une hauteur minimale de trente (30) cm lorsqu’il est mesuré à partir du siège.
    4. LE STADE DOIT ÊTRE ÉQUIPÉ DE RAFRAÎCHISSEMENTS ET DE RESTAURATION POUR TOUS LES SPECTATEURS.

    Si tous ceux qui viennent au Stade ont faim, vous faites comment ?

    Ainsi toutes les sections dudit document sont ainsi truffées de points difficiles à satisfaire dans l’urgence. Ce sera des tolérances sir vous gérez bien l’Inspecteur…

    ==== CETTE CONFEDERATION QUI PLANE SUR LES REALITES DU CONTINENT ======

    Ainsi donc la Côte d’Ivoire faute d’avoir réussi l’exercice s’est trouvée dans la situation très délicate « de choisir d’ici 48h l’un des stades homologués à l’extérieur de la Côte d’Ivoire pour recevoir ses matches. Ce qui a été fait ainsi la FIF a décidé que la Côte d’Ivoire accueillera ses matches sur le stade de l’amitié Général Mathieu Kérékou de Cotonou au Bénin ». Sous peine de jouer les deux matchs chez les adversaires ! C’est le cas de la Guinée à qui La CAF ayant interdit à la Guinée de jouer chez elle en raison de la situation politique, a choisi, comme le Maroc comme terre d’accueil de ses matchs à domicile. Y compris celui contre ..LE MAROC annulé alors que les Lions de l’ATLAS étaient déjà à Conakry.
    Dans notre cas l’adversaire immédiat est le Malawi. Quid des stades du MALAWI… qui ayant vu son stade non homologué, reçoit à domicile à Orlando Stadium dans le township de Soweto au sud de Johannesburg en Afrique du Sud. Le nouveau Président de la CAF, le sud-africain Patrice Motsepe, n’est pas un homme d’affaires de paille…

    Mais que veut la CAF ?

    En multipliant le nombre de pays en compétition, dans le sillage des vœux du Président de la FIFA, on fait fi des réalités africaines. Constant OMARI lui-même reconnaissait que son pays est incapable d’organiser une compétition de grande envergure avec ces conditions édictées dans les immeubles de verre de l’UEFA et revendues en Afrique.
    Combien de pays pourrait prétendre respecter un cahier de charges si coûteux ? Et pour quelle finalité à part une compétition de 30 jours ?

    Entouré au Comité Exécutif de la CAF des présidents des Fédération Djiboutienne de Football, de la Seychelles Football Association, de la Fédération Nigérienne de Football, de la Fédération Libérienne de Football, de la Fédération Botswana de Football et l’ancienne présidente du Comité de Normalisation des Comores, le sud-africain Patrice Motsepe se sent encore tout puissant !
    Vous remarquerez au passage que 80% des membres dudit Comité Exécutif sont issus de pays INCAPABLES aujourd’hui d’organiser une CAN ! Et c’est eux (Djibouti, Seychelles, Niger, Liberia, Botswana, Comores.) qui règnent aujourd’hui à la CAF et valident des rapports draconiens ! Sans manquer de respect à personne, c’est quand un miroir révélateur, pour ne pas dire vexant !

    ====== LA RENTABILITE DE L’ARGENT PUBLIC =========

    EBIMPE pour les raisons qu’on sait, s’imposait ! Mais c’est une infrastructure très coûteuse ! 103 millions de dollars c’est le tarif moyen de ce type d’infrastructure. Le Dodoma Stadium de Tanzanie fait aussi 100 millions de dollars…
    Quand on dit que le stade de Yamoussoukro vaut 47 milliards, les chiffres paraissent très élevés mais il faut prendre en compte TOUT le projet. Pour respecter le cahier de charges très exigeant de la CAN et inscrire les infrastructures dans un projet global de remise à flot du sport dans notre pays.

    Mais a-t-on les moyens d’une utilisation régulière autrement qu’avec des concerts et des cérémonies d’hommages et de les entretenir ?

    Des analystes avaient comparé le projet d’un des nouveaux stades du Cameroun à celui du Stade de la Juventus de Turin.
    Sauf que le stade de Turin est pensé dans une optique de rentabilité. Le stade plus qu’une simple aire de jeu, est au-delà des compétitions sportives, un espace pour assister à des spectacles, boire un café, déjeuner, faire du shopping…sans être agressé !

    Ainsi en construisant un nouveau stade à Turin, les calculs étaient bien clairs : « Quand l’ancien stade donnait à la Juventus 11 millions d’euros par saison, le nouveau stade selon les projections visait 32 millions d’euros. En Italie, les revenus du stade ne représentent que 13% des revenus globaux des clubs, contre 27% en Angleterre ou en Allemagne. ». Les ambitions chiffrées et sonnantes étaient bien étudiées !

    QUID des lourds investissements que la CAF impose aux pays se hasardant à accepter l’organisation d’un CAF dans une candidature individuelle ?

    Un éléphant blanc est une réalisation d’envergure prestigieuse qui s’avère en définitive plus coûteuse que bénéfique et dont l’exploitation ou l’entretien devient alors un fardeau financier. Les stades des CAN se sont avérés être ni plus ni moins que des éléphants blancs pour plusieurs pays !

    Pour les « rentabiliser » ce sont des manifestations politiques ou culturelles gratuites qui y sont organisées avec comme conséquence immédiate la destruction de la pelouse, à peine réceptionnée…

    Nous ne militons pour la médiocrité mais il faut être capable de se définir des objectifs budgétairement soutenables.

    Voici également pourquoi, sauf arrangement bien convenu, ce n’était pas nécessaire d’offrir cette opportunité de nous enfoncer à cette CAF qui fait de la pandémie à Coronavirus le cadet de ses soucis, et qui laissera le Cameroun face aux dépenses faramineuses de maintenance des installations de la CAN 2021.

    Gbêssê avez vous dit ?

    Gbêssê de la pensée certainement !

Laisser un commentaire