Le ministre des sports s’est-il empressé de baptiser Ebimpé au nom de Ouattara plutôt que d’attendre la fin des travaux ?

Le ministère des sports a « zaillé »

Certes, nous sommes encore à deux ans de la CAN que le pays va abriter mais la découverte de ce qu’aucun stade en Côte d’Ivoire n’est conforme aux normes FIFA-CAF est une pilule très amère, difficile à avaler. Le gazon du stade Alassane Ouattara d’Ebimpé-Abidjan, pourtant déjà réceptionné est impraticable.
En prévision des matchs éliminatoires de la prochaine coupe du monde, sur la propre initiative de la Côte d’Ivoire, une délégation de la Confédération Africaine de Football (CAF) s’est rendue à Yamoussoukro en vue de témoigner de ce que ce nouveau joyau architectural répond aux normes pour abriter les matchs des éléphants. Et là, nouveau camouflet. La décision de la CAF est sans appel : le beau stade de Yamoussoukro ne répond pas non plus aux exigences.


Le pays a été humilié et, face à l’accumulation de tant d’échecs et de fautes, le ministre des sports devrait situer les responsabilités, sanctionner les fautifs, à défaut de démissionner lui-même du gouvernement. L’amateurisme qui a caractérisé cette affaire de non-homologation des stades ivoiriens est insupportable. La crédibilité du pays aux yeux de la planète footballistique est entachée et personne ne veut assumer la responsabilité de cette gifle à un peuple fou de foot. Ailleurs, le ministre des sports aurait depuis démissionné. Mais chez nous en Afrique, il n’a même pas l’élégance de présenter des excuses à la nation. Cette Afrique-là, celle de la « je m’en foutaise » me répugne. Pourtant, d’après les premiers éléments de mon investigation, le Bureau National d’Étude Techniques et de Développement, le BNTD qui rassemble la crème des ingénieurs ivoiriens, avait émis les mêmes réserves que les critiques de la CAF. Une source au ministère ivoirien des affaires étrangères m’a également confirmé que la partie chinoise s’est plainte d’avoir été obligé de livrer un stade inachevé l’année dernière, pressé par un ministre des sports visiblement plus préoccupé à baptiser un beau stade au nom du président de la république que par la fonctionnalité de l’ouvrage.

Mon enquête sur cette affaire se poursuit.
Ce qui est vrai, est vrai !

Said Penda

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

4 commentaires sur “Le ministre des sports s’est-il empressé de baptiser Ebimpé au nom de Ouattara plutôt que d’attendre la fin des travaux ?

  1. ==== UNE ANALYSE FARFELUE =====

    « …Une source au ministère ivoirien des affaires étrangères m’a également confirmé que la partie chinoise s’est plainte d’avoir été obligé de livrer un stade inachevé l’année dernière, pressé par un ministre des sports visiblement plus préoccupé à baptiser un beau stade au nom du président de la république que par la fonctionnalité de l’ouvrage…. ».

    Soyons sérieux !

    On imagine bien qu’un ministre de sports à lui tout seul ne peut décider de réquisitionner un don la coopération internationale au motif qu’il est pressé de la baptiser du nom du Président de la République !

    Si d’aventure une telle initiative avait été prise ainsi, cela voudrait dire que la faute si faute il y a eu, est largement partagée. Et que le Ministère des Affaires Étrangères lui même, n’a pas joué son rôle jusqu’au bout.

    Et le processus qui conduit au baptême d’une infrastructures c’est le Ministre du secteur ici celui des Sports, qui pilote tout seul la machine ? Opportunité du baptême, nature de l’infrastructure, choix des dates etc ???

    Je ne sais pas véritablement quelle enquête et à quelle fin ? Là l’intelligence opérationnelle nous commanderait de nous focaliser sur notre préparation dont les dés sont jetés pour être fin prêt le Jour J au stade Général Mathieu KEREKOU !

    Il s’agit d’être prêt collectivement ! Quand on a des adversaires comme le Cameroun dans notre poule, on ne peut se permettre de perdre des points face au Mozambique et au Malawi !

    On ne peut surtout se permettre de se laisser divertir par des Colombo du dimanche !

    QATAR 2022 mais la CAN2021 c’est un travail psychologique important qu’il faut entreprendre à tous les niveaux pour se hisser dans l’élite !

    Au Cameroun justement il y a sujets d’enquête à profusion !

    ===== ROGER MILLA RECLAME LE STADE DE JAPOMA =====

    Le grand footballeur Camerounais depuis plus d’un an souhaite que le nouveau stade de Japoma soit baptisé en son nom ! Un sujet qui passionne la presse et enflamme le public. Avec des avis tranchés comme celui ci :

     » C’est a dire donné à César ce qui appartient à César , Roger Milla ce qui lui revient indubitablement, ce Complexe multisports de Japoma où était construit son village natal de Japoma près de Douala, à environ 20 kilomètres du centre urbain… ».

    Ce débat n’intéresse pas Colombo.

    ==== AU PAYS DES OPÉRATIONS ÉPERVIERS QUI N’EBRANLENT PLUS LES AIGLES DU DÉTOURNEMENT =====

    Au Cameroun les enquêteurs sont fatigués. Les détournements de deniers publics sont un art national ! Les audits des projets de la CAN2019 devenu CAN2021, ont révélé des résultats tellement scandaleux que personne n’ose perdre son latin à en débattre ! La tradition remonte bien loin !

    Au lendemain de la CAN de 1972, feu Le Président Ahidjo avait conduit au trou, tous les organisateurs sauf le Président René Essomba de la FECAFOOT. Les détournements étaient astronomiques. 2021 ne derogera pas à la tradition ! Depuis 2015 les preuves « des surfacturations, des retro-commissions, le népotisme, corruption, des lenteurs administratives, des sous-traitances bancales, des passages de marchés de gré à gré, des travaux inachevés etc » abondent !

    Une manière astucieuse de détourner l’attention serait de créer des scandales ailleurs !!! Pour banaliser le cas d’école Camerounais.

    Ne nous laissons pas divertir ! LA CAN 2023 est notre objectif majeur. En dépit des croisements très serrés de calendriers, ayant entraîné la mise en exploitation précoce du Stade d’Ebimpé, on ne peut dire que la machine 2023 n’est pas bien lancée.

    Colombo balayez devant la porte de votre demeure ! Que cette demeure soit Cameroun ou pas !

  2. Dur, dur, le métier d’avocat du diable ! On part de pré-supposés qui n’aboutissent, en réel, à rien dans un Etat qui fonctionne exactement comme une monarchie : chaîne de commandement administrative rompue par la volonté du Prince qui se comporte en vérité comme un enfant gâté qui veut-veut-veut tel cadeau pour Noël, Tabaski, Pâques, Vacances, Ramadan et anniversaire. Gare à quiconque irait le contrarier dans son vœu émis du bout des lèvres, en sourdine, ou même d’un simple regard. Tiens, ça me rappelle l’annonce du désir de transfert de la capitale à Yakro, effectué par Emmanuel Dioulo (Ebrié bon teint d’Abidjan) et qui lui valut des reproches de façade pour son « initiative solitaire ». Comme si le crocodile de Yakro qui-ne-dort-jamais-que-d’un-œil y était étranger… La bonne blague !

    Perso, j’avais souligné le caractère inquiétant et inachevé d’Ebimpé, qui me faisait me méfier de cette latérite rouge autour du stade tenant lieu de parking sans surveillance pour les autos, avec la casse d’Abobo à un jet de pierre de là. Rappelez-nous de la réaction de l’Avocat du Diable ? Bref, tout ça là c’est gbessê ! Gbessê oh gbessê ! 🙂 🙂 🙂

  3. ==== « RAPPELEZ-NOUS DE LA RÉACTION DE L’AVOCAT DU DIABLE (?) » OU L’EMOUVANT CINEMA DE @COIGNY ! =====

    « L’AVOCAT DU DIABLE » de Sidney Lumet, est sorti dans les salles 8 septembre 1993. Il ne faudrait donc pas le confondre avec « L’ASSOCIÉ DU DIABLE » du réalisateur Taylor Hackford, sorti lui en 1997 !
    Mais comme c’est une affaire de Diable, et @Coigny qui n’en est pas un, à prime abord, ne saurait être accusé de réaliser une troisième version du même titre ! Et pourtant..

    Relisons donc @Coigny dans sa réaction du 4 octobre 2020 et revisitons notre réaction le même jour ! Archives en ligne de Connectionivoirienne…

    =====CONTRE-FEU DE L’AIGREUR A LA VEILLE DES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES DE 2020 ? ========
    “Ebimpé stade Olympique Alassane Ouattara: Un joyau qui « vaut un 1er mandat de la troisième République »”
    1. Coigny dit :
    4 octobre 2020 à 08:12

    J’ai été tenté de me rendre à cette affiche qui nous réconcilie avec notre belle histoire et notre beau passé. Ce passé si « cruel » selon certains, où ils étaient si malheureux qu’il a fallu qu’ils entrent par effraction nocturne avec les armes au poing et le cimeterre entre les dents, occire des dizaines de milliers de concitoyens afin de rétablir le bonheur, la paix, l’égalité, la démocratie et que sais-je encore. Yako à vous, pardon à vous on ne vous savait pas si malheureux ces décennies durant lesquelles nous vécûmes ensembles, sur les mêmes bancs, dans les mêmes fêtes, supportant les mêmes équipes, écrivions ces pages de notre passé nostalgique :-). J’espère pour vous que c’est désormais la vallée où coulent le lait et le miel.
    Mais passons. J’ai aperçu ce stade d’Ebimpé de passage pour le sud-est il y a 2 semaines : bel édifice, un joyau architectural qui renvoie – et de loin – le Félixia se rhabiller, littéralement. J’ai vu cette latérite rouge, supposément boueuse en cas de pluie, et j’ai imaginé que tout cet espace serait probablement dévolu aux parkings. Doutant qu’il soit possible qu’en 2 semaines les parkings soient démarrés, exécutés et achevés, J’AI RENONCÉ À ALLER ME GARER EN PLEINE CAMBROUSSE DANS LA BOUE ROUGE ET EXPOSER MA VOITURE AU MOINS 90MN À LA PROXIMITÉ D’UNE CASSE AUTO PAS SI LOINTAINE (SUR LE MÊME AXE). NOMBRE DE VÉHICULES DONT DES BUS ARTICULÉS ONT FONDU DANS LA CASSE DE NDOTRÉ EN 2011 (au grand dam de ceux aujourd’hui prompts à stigmatiser l’incendie d’un bus à Yopougon). Ce qui introduit CETTE QUESTION DE LA PRÉCIPITATION À SE FAIRE MOUSSER AUTOUR ET SUR DES INFRASTRUCTURES MANIFESTEMENT INACHEVÉES, AU PAS DE COURSE.
    Hier, un château d’eau inauguré à Abobo avec importation d’une citerne d’eau vu qu’il n’y avait pas 1 goutte d’eau dans ledit château d’eau ; un échangeur inachevé à Solibra avec l’excuse d’un bras additif à venir de sorte que je mets au défi le nouveau venu à Abidjan de repartir d’Ivosep vers le Plateau sans risquer un grave accident ; et quantité de mises en scène aussi ubuesques que minables. Tout, absolument tout dans la façon de gouverner relève de l’exhibitionnisme le plus malsain, soutenu par un goût immodéré du bling-bling. On n’arrête pas l’esbroufe et maintenant la nouvelle tendance : réunir du public sous un faux-prétexte, et s’en servir pour justifier d’une popularité qui a foutu le camp. Les femmes Atchans en savent quelque chose. Une pièce est cassée dans le moteur, et la rechange ne se trouve pas au 2ème mandat de la 2ème République, et certainement pas au 3ème (ou premier) mandant de la troisième République.
    ___________________________________________
    Les carottes ? A MON NAN, C’EST CUUUUUUUUU !

    === QUAND LA RAISON FUIT UN HOMME ========
    Les parkings ne sont pas prêts ou achevés aux normes internationales ! Donc @Coigny ne veut pas associer son auguste nom à cette « forfaiture » ! 90 mn avec sa décapotable dans la poussière ??? Surtout avec Ndotré, prolongement de l’insoumise ABOBO à côté ! Non c’est trop lui demander. C’est une torture physique et un harcèlement moral qu’on lui imposait !
    J’ai sillonné le monde. C’était ma destinée. Merci mon Dieu !
    De mes pérégrinations de par les continents où j’ai pu mettre mes deux pieds et surtout OUVRIR LES YEUX POUR VOIR, j’ai rarement vu un projet structurant majeur achevé à 100% AVEC TOUTES LES AUTRES COMPOSANTES D’APPOINT PRETES ET OPÉRATIONNELLES…au moment de l’inauguration et/ou de la mise en exploitation. Car ce sont aussi deux moments DIFFÉRENTS.
    Je prends comme témoin un expert de chez vous ! Je paie son déplacement au tribunal. Je cite DON MELLO ! Oui j’appelle ici Ahoua DON MELLO, ex- Directeur général du BNETD.
    La maîtrise et la supervision de l’Ouvrage du désormais Stade Olympique Alassane OUATTARA (cancer et ulcère vont tuer certains d’aigreur !) étaient assurées par le BNETD. Qui dit mieux ?
    Prenons quelques exemples SÉRIEUX et comparons :
    Le VIADUC DE MILAU était le plus haut pont à haubans du monde et demeure un maillon essentiel de l’autoroute A75 entre Clermont-Ferrand et Béziers. Au moment de son inauguration le mardi 13 décembre 2004 par Chirac et sa mise en service le jeudi 15, en aval, deux sections d’autoroutes n’étaient pas encore terminées et cela suscitaient des inquiétudes des élus et des populations locales, qui redoutaient des problèmes de circulation (la déviation de Lodève et la liaison Béziers-Pézenas).
    Au moment de l’inauguration de du nouvel aéroport BLAISE DIAGNE du Sénégal les finitions en cours d’achèvement étaient nombreuses. Les cuves souterraines de kérosène, n’étaient pas réceptionnées et certifiées aux normes. Les avions étaient donc ravitaillés par des camions. Un détail par tant d’autres.
    Lors de la première pluie, le nouveau temple du Basket-Ball sénégalais, Dakar Aréna a vu son hall VIP être largement inonde.
    En Guinée voisine, « bien qu’inauguré en fanfare le dimanche 24 Novembre 2019, le stade de Nongo qui porte désormais le nom du feu président Lansana Conté ne pourrait pas abriter des matchs internationaux.
    Fruit de la coopération Sino-guinéenne, cette infrastructure ne peut pas encore abriter de rencontres officielles du Syli National sénior. Faute de non homologation de ce fleuron par la Confédération Africaine de Football (CAF)…. ».
    Les travaux ont commencé en…2007 !
    Ahoua Don MELLO, le conseiller de Alpha CONDE, le démocrate modèle de @Coigny, est ce que c’est des contrevérités ?
    Je ne vais pas allonger la liste. Il suffit de voyager dans le monde et d’ouvrir les yeux.
    Au fait, cher ami @Coigny pourquoi l’inauguration du pont Abla Pokou sur le fleuve Comoé, n’a été possible que sous OUATTARA ? Alors que l’argent coulait à flots sous NZUEBA pour des projets pharaoniques à Daoukro et autres bourgs de la famille !
    Bref passons notre chemin ! Mais restituons un peu de lumière à ceux qui NOUS lisent.
    Le projet de la Cité Olympique dans le prolongement du Stade Olympique Alassane OUATTARA (encaissez doucement…) prévoit : une piscine olympique, un autre terrain de football /rugby avec un vélodrome, un hôtel 4 étoiles, un centre d’entraînement, un hôpital des sportifs, un centre de recherche en médecine du sport, des centres commerciaux (hypermarchés), un auditorium de 5000 places, des bâtiments pour les services administratifs, un héliport et un musée sportif. Excusez du peu.
    Le projet a été présenté au Gouvernement en Août dernier. C’est dire qu’il y aura encore beaucoup de travaux dans la zone, de rotations de camions de sable, de gravier et de matériaux de construction. Des mouvements incessants d’engins lourds qui détruiront à coup sûr les voiries d’accès si on s’aventurait à précipiter certaines finitions de VRD. Cela @Coigny peut le comprendre J’en sûr.
    Mais ce qui lui fait mal c’est désormais et pour la nuit des temps une œuvre au bilan de OUATTARA le bâtisseur.
    Donc il faut tout déformer. Des châteaux inaugurés sans eau, il a aussi vu !
    ==== UN PROJET MULTI-VOLETS ======
    Dans un projet intégré, la construction d’un château d’eau est souvent couplé à la réalisation de réseaux de conduites, de forage ou de barrages, d’usines de traitement d’eau ou de branchement à une source existante et celle de branchements sociaux.
    Les configurations des projets peuvent varier.
    Le château en lui-même peut être un projet autonome un marché de BTP.
    Au demeurant la terminologie dans les appels a bien changé ailleurs. On parle simplement de construction d’un réservoir d’eau potable (sur tour ou enterré) et de sa station de refoulement. Monté sur tour il prend la forme d’un château et le fonctionnement en devient plus simple.
    L’entreprise en charge de la construction a l’obligation de démontrer que le système est fonctionnel (dispositif de pompage, remplissage et refoulement etc). C’est ça son marché ! Il peut donc livrer l’infrastructure après avoir fait une démonstration probante de cet ensemble quitte à utiliser pour l’occasion des citernes d’eau. Il appartient à la partie qui réceptionne de mettre des réserves appropriées en attendant que les autres travaux INDÉPENDANTS dudit marché soient livrés. La construction d’un forage ou d’une retenue d’eau avec les kilomètres de conduite pour alimenter le réservoir livré peut prendre du temps. Un temps qui n’est nullement à opposer à celui qui a livré le château. Faut-il alors réceptionner, payer les 90% du marché et inaugurer cet ouvrage …en attendant les travaux liés à sa mise en service ?
    @Coigny dira non ! D’autres diront OUI…
    Un autre dira oui et non. Quand les « plus devantdougou » avanceront que l’inauguration est une communication sociale et politique entre l’administration et le peuple. Elle est à ce titre une composante de l’exercice INTELLIGENT du pouvoir.
    A ce titre, les discours d’un Mitterrand grand Bâtisseur, sont une de mes collections préférées.
    Son discours à l’inauguration du Pont d’Arcins à Bordeaux le 7 décembre 1993 n’est pas connu de beaucoup d’Ivoiriens et pour cause… Cette date est mémorable. Mais la relecture est une séance pleine d’enseignements. Faites l’exercice. Quand vous lisez le Mitterrand bâtisseur, vous divinisez Ouattara ! C’est comme ça chez moi. Je fonctionne ainsi.
    Je parle à ceux qui ont déjà bâti une case. C’EST EUX QUI PEUVENT « METTRE LEUR BOUCHE DANS AFFAIRE » D’INAUGURATION !
    ==== L’ARBRE (DU MENSONGE) QUI VEUT CACHER LA FORET (DE VÉRITÉS) ====
    Le bilan des infrastructures socio-économiques réalisées dans la Région depuis 2011 dans la Marahoué….à titre de PETITE illustration.
    « Dix-neuf châteaux d’eau ont été construits, le système d’alimentation en eau potable en milieu rural a été renforcé, avec la construction de forages, de 8 nouvelles pompes hydrauliques villageoises, la réparation de 310 pompes villageoises et le remplacement de 108 autres. Des travaux sont en cours pour résorber le déficit en eau potable dans la Région … ».
    Ceci n’est que le bilan PARTIEL d’une SEULE région de Côte d’Ivoire. On fera bientôt le bilan TOTAL du programme « EAU POUR TOUS » et des travaux d’urgence.
    Aidez @Coigny à voir la vérité !

    ==== UN WEEK-END DE OUATTARA ======
    La jeunesse au cœur des préoccupations de OUATTARA qui peut encore le denier ? Mais pas la jeunesse. C’est toute la société en vérité.
    Pendant que le peuple du ballon rond déferlait au Stade Olympique Alassane OUATTARA (encaissez encore !) L’infatigable bâtisseur travaillait à l’examen des derniers détails d’une autre composante du PTUA avec les experts du ministère et de la BAD avant les premiers coups de pioche.
    Résumons pour @Coigny :
    « …Les travaux de la route de la prison civile d’Abidjan dans le cadre du Projet de transport urbain d’Abidjan (PTUA), ont pour objectif de doubler les capacités d’écoulement de trafic, de la sortie est de Yopougon au péage de Thomasset, sur l’axe Abidjan-Abengourou. Les voies passeront de deux à SIX sur 23 kilomètres. Lors de sa mise en service, cette route permettra un flux de plus de 70 000 véhicules par jour ainsi que des futurs autobus de transport rapide prévus dans le cadre du projet de mobilité urbaine.
    Le PTUA est la première opération du schéma directeur de transport urbain du Grand Abidjan. Le 30 juillet 2018, avaient été lancés les travaux du 4ème Pont….
    Le lancement a eu lieu en présence d’Akinwumi Adesina, Président de la Banque africaine de développement, principal partenaire financier du PTUA
    n présence du Président de la BAD.
    Ces gens-là même vraiment ! Donc affaire d’élections, de désobéissance civile, de marches ça le laisse de marbre ou quoi ? Ou bien DEVANT OUATTARA C’EST POUDRE DE KABATO ?
    ==== LES TRAVAUX DU CARREFOUR USINE SOLIBRA ET LA POSITION D’IVOSEP =====
    « …un échangeur inachevé à Solibra avec l’excuse d’un bras additif à venir de sorte que je mets au défi le nouveau venu à Abidjan de repartir d’Ivosep vers le Plateau sans risquer un grave accident… »
    Je répondrai ici en trois étapes
    1. Des usines en ville et de la position d’Ivosep aujourd’hui
    Rien ne justifie plus en raison des risques environnementaux et de sécurité encourus que cette brasserie existe toujours sur ce site. Les zones industrielles sont adaptées. On admet que ce soit un héritage industriel économique lourd à délocaliser mais c’est impératif sécuritaire. Il faudra bien entendu préparer le dossier et sécuriser le foncier de cette entreprise fierté de réussite en CI.
    IVOSEP est très fréquentée. Il y a lieu de se demander si un rapprochement de Yopougon ne serait une solution en laissant à l’emplacement actuel une antenne historique pour les VIP dont les cortèges sont sécurisées.
    En délocalisant IVOSEP sur l’emplacement actuel de la place FICGAYO ou ailleurs dans cette commune réputée pour son industrie funéraire, on rapprocherait l’entreprise de sa clientèle attitrée (toutes proportions gardées). Les populations dépenseraient moins en termes de mobilité et les risques urbains générés par les cortèges mortuaires seraient réduits.
    2. LE PROJET D’AMÉNAGEMENT DE L’ECHANGEUR D’AMITIE IVOIRO-JAPONAISE EN RÉPUBLIQUE DE CÔTE D’IVOIRE
    Quand le citoyen n’est pas informé il peut se livrer à des spéculations hasardeuses.
    Rares sont en Côte d’Ivoire les projets aussi bien documentés en amont pendant la réalisation et à la clôture des travaux.
    C’est la marque déposée des Nippons et de l’agence japonaise de coopération internationale le JICA !
    On leur doit au demeurant au fort accompagnement pour l’élaboration du schéma directeur du Grand Abidjan. Avec toutes ses composantes. Une volumineuse documentation très riche et une prospective très intégrée !
    Ils ont accompli le même job méticuleux pour le plan de développement Dakar 2035. Pour ne dire que cela….
    La première phase du projet est très documentée. Elle contient les projections de la deuxième phase. Rien n’est tombé du ciel dans ce grand ensemble architectural urbain.
    Informez-vous !!!
    3. Au delà des projets très contraignants et coûteux actuels pour sauver l’avenir d’Abidjan…
    En corrigeant les errements et les manques d’initiatives des gouvernements précédents…
    Un projet qui n’est pas réalisé au moment opportun devient en général plus coûteux.
    Depuis 1976 par exemple Il était question de construire un stade olympique. On a continué à bricoler le vieux terrain Géo André devenu stade Félix Houphouët Boigny pour les Jeux africains ou AOF…
    Une première fois en 1979. Inauguré par un tournoi à quatre Saint Étienne, CSKA, HAFIA et AFRICA. Acquisition de tableau électronique et lampadaires aux normes…
    Une 2eme fois avant la Coupe d’Afrique CI84 obtenue précipitamment avec le désistement du Malawi….
    Une Troisième fois sur injonction de la CAF après les 19 morts en présence d’un chef d’État.
    Une quatrième fois pour acquérir la Francophonie…
    Je ne compte pas les petits bricolages pour justifier les budgets après les séances de prières ou les concerts et la pelouse en champ de patates.
    Si avec ça, tu ne peux pas remercier ADO c’est que ta malédiction est ancienne…
    Bref la réponse est venue de qui ????
    Du ministre KONE BRUNO. Garçon intelligent et travailleur !
    La récente conférence de KONE BRUNO en deux mots :
    « …Bruno Nabagné Koné, ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, a indiqué le mardi 29 septembre, que le but final de la politique ivoirienne d’urbanisation en cours de mise en œuvre est de faire en sorte que l’exode rural et les déplacements massifs vers la ville d’Abidjan cessent… »
    « ..Pour faire face aux défis de l’urbanisation, l’action de l’État vise à permettre aux populations de ne plus éprouver le besoin de se déplacer par nécessité. « Chaque ville doit jouer son rôle de rétention des populations ».
    Pour adresser efficacement cette problématique, le gouvernement a classifié les cités urbaines en connecteurs globaux, régionaux et locaux pour mieux mettre en application sur le terrain les schémas directeurs d’urbanisme et plans directeurs et les plans d’urbanisme de détails élaborés depuis 2014…
    === === IL FALLAIT Y PENSER PLUS TOT =====
    Concrètement il faut permettre aux citoyens des capitales régionales et aux grandes villes d’être autonomes d’Abidjan. Comme au Maroc et dans les pays ayant un urbanisme contrôlé.
    On.ne pourra plus venir rester à Abidjan a l’occasion de funérailles et vivre de marches et de casses… S’y incruster alors que la dépouille est répartie au village.
    Des universités, des écoles de formation technique, des hôpitaux de référence et des laboratoires certifiés, des stades aux normes, des marchés de gros à Gagnoa, Daloa, Man Niablé et j’en passe …. On n’aura plus besoin de faire des échangeurs en étage de 8 niveaux à Abidjan.
    Mais si cette politique échoue, même les japonais n’auront plus de solutions pour Abidjan.
    Le cas de Dakar décrit dans un volumineux Plan Directeur d’Urbanisme de Dakar et ses Environs Horizon 2035 est le reflet de la problématique posé par Monsleur KONE BRUNO.

  4. Un indiscutable talent d’archiviste et de rat-de-bibliothèque bêtement gâché ! Bravo @wara ! Remarque au passage que je reste cohérent (même si on n’aime pas le cheval, on est bien obligé d’admettre qu’il en a, dans calbut 🙂 ). J’espère que tu inspirera tes « coreligionnaires » à suivre tes traces, eux si prompts à me prêter des propos abscons sans être capable d’exhumer lesdits propos. Chapeau, l’ami !

Laisser un commentaire