Mamadi Doumbouya, un gros gaillard (colosse) aux pieds d’argile en Guinée ?

Le 5 septembre 2021, le chef des forces spéciales du pays renversait le président Alpha Condé. Populaire mais peu connu, il fait de grandes promesses, au risque de décevoir. Jeune Afrique dresse le portrait du nouveau maître de Conakry.

Très rapidement, les rues de Conakry ont retrouvé leur agitation habituelle. Seules des affiches géantes rappellent aux passants que le pays vient de vivre le troisième coup d’État de son histoire. À côté du drapeau rouge, jaune et vert guinéen, on y voit Mamady Doumbouya lunettes noires, béret rouge. C’est le jeune quadragénaire qui a pris le pouvoir le 5 septembre. Le lieutenant-colonel a interdit « toute manifestation de soutien » à son égard mais s’est permis cette coquetterie.

Depuis deux semaines, le pays est suspendu aux décisions de cet ancien légionnaire promu commandant de l’unité d’élite des forces spéciales. Après avoir fait chuter Alpha Condé de son troisième mandat contesté, comment Mamady Doumbouya compte-t-il diriger le pays ?

Premier accrochage…

Par Diawo Barry et Marième Soumaré

Jeune-Afrique

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Charte de la Transition guinéenne: Mamady Doumbouya pourrait ne pas être candidat à la prochaine présidentielle


Le quatrième point de la charte de la transition guinéenne se veut claire. Alors que le point 1 stipule : “quatre (4) organes qui conduiront la transition : le CNRD, le Président, le Gouvernement, et le Conseil National de la Transition (CNT)”, le quatrième point de ladite charte est formel : “aucun membre du gouvernement ne pourra être candidat aux élections locales et nationales qui marqueront la fin de la transition”.

Mais on peut lire ce point différemment, car les mots Président et Gouvernement sont distincts. Le point 4 ne parle lui que de membre du gouvernement interdit de scrutins. Le Président au point 1 est-il membre du gouvernement ou au-dessus ? Tout pourrait dépendre de la lecture que les militaires voudront bien faire.

Voici l’intégralité de la charte.

Le Conseil National du Rassemblement et du Développement (CNRD) a dévoilé la charte de la transition qui servirait de balise pour le retour à l’ordre constitutionnel suite au coup d’Etat du 5 septembre qui a renversé le régime de l’ancien président Alpha Condé.

Les principaux points de la charte contiennent :

1. Quatre (4) organes qui conduiront la transition: le CNRD, le Président, le Gouvernement, et le Conseil National de la Transition (CNT)
2. Un Premier ministre civil sera nommé par le président pour diriger et coordonner l’action gouvernementale
3. Les membres du gouvernement seront nommés par le président sur proposition du Premier ministre.
4. Aucun membre du gouvernement ne pourra être candidat aux élections locales et nationales qui marqueront la fin de la transition
5. Le CNT servira de parlement consultatif et préparera la nouvelle constitution tout en surveillant l’action gouvernementale.
6. Le CNT sera composé de toutes les composantes de la nation: partis politiques, patronat, presse, syndicats, société civile, handicapés, sages, etc avec au moins 30 pour cent de femmes;
7. La durée de la transition sera définie par commun accord entre les forces vives et le CNRD

A.K.C – Senegal7

Commentaires facebook
blank

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire