Comment la suppression des frais Coges est contournée (enquête)

Boubakar Barry

La ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, le Pr Mariatou Koné a décidé, entre autres mesures, de supprimer les frais annexes dans les établissements publics. Et ce, en vue de soulager les parents d’élèves confrontés à de nombreuses dépenses. Pour voir si cette mesure est respectée, nous nous sommes rendu dans plusieurs établissements du district d’Abidjan.

Si quelques établissements respectent pour l’instant la mesure de suppression des frais annexes, ce n’est pas le cas dans d’autres qui, semblent plutôt avoir trouvé l’astuce de la contourner, en faisant acheter aux parents d’élèves, un certain nombre d’objets dont la nécessité n’est pas évidente.

« Depuis près de dix ans, nous payons les frais annexes dont on dit qu’ils ont été supprimés. Cette année, on nous demande d’acheter un balai, un sceau, un chiffon, une bouteille d’eau de Javel, du savon en poudre et un paquet de papier hygiénique », nous confie N’Guebo Larissa, un parent d’élève venu inscrire ses trois enfants au Groupe Scolaire régional de Treichville.

Au Groupe Solaire Habitat, dans la même commune, des frais annexes sont également exigés. « Dans la liste de fourniture de ma fille en classe de CE1, on nous demande d’envoyer un paquet de marker, un paquet de papier rame, un paquet de papier hygiénique et un pot de gel hydroalcoolique », révèle tout déçu Koné Bakary.


« Lors de l’inscription de mon fils, ils m’ont demandé la somme de 5000 francs CFA pour des rames de papier et des marqueurs », nous explique Dogbo Amélie, un parent d’élève avec qui nous avons échangé au Collège moderne Harris d’Adjamé. Même constat au Lycée moderne de cette commune, où des rames de papier et des marqueurs sont aussi exigés des parents d’élèves.

Pour son garçon en classe de CP2 au Groupe scolaire libanais de Yopougon, Kouamé Viviane dit avoir déboursé de l’argent pour des frais annexes « Je viens d’acheter six marqueurs, un paquet de savon en poudre, un paquet de papier hygiénique et un bidon d’eau de Javel », dit-elle, tout en se dirigeant vers le bureau du Directeur.

Nombre de parents d’élèves restent persuadés que ces différents produits et objets que ces établissements leur font acheter, pourraient être vendus par les responsables de ces écoles, pour se faire de l’argent. En prenant toutefois le soin de garder une infime partie pour l’école. Vraie ou faux ?

Pour avoir une idée des raisons d’être de cette liste de matériel exigée aux parents d’élèves, ainsi que l’utilisation qui en sera faite, nous avons approché certains responsables d’établissements. Mais, se montrant tous méfiants, aucun d’entre eux n’a voulu se prononcer sur ce sujet. Approchés pour connaître leurs avis à ce propos, des responsables du ministère de l’Education nationale nous ont simplement fait savoir que leur méthode de contrôle est tenue secrète. Ce faisant, ils ne peuvent pas se prononcer publiquement. La question qui reste posée est celle de savoir si les établissements scolaires publics sont autorisés à imposer de telles dépenses aux parents d’élèves ?

Source: Lebanco.net

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire