Affaire Wagner: Pour Macron le gouvernement tchadien est plus légitime que celui du Mali

Le président français Emmanuel Macron a haussé le ton dans ce qu’il convient désormais d’appeler « l’affaire Wagner ». Pour marquer son opposition à l’arrivée d’instructeurs russes de Wagner au Mali, le chef de l’État français nie désormais la légitimité du gouvernement malien mis en place suite à la prise du pouvoir par Assimi Goïta et ses amis les colonels Malick Diaw, Ibrahim Keïta, Mali Boubou Cissé, Ismaël Wagué et Sadio Camara. Le ton dur employé par Macron rejoint les récentes menaces proférées par sa ministre de la défense et son ambassadeur à l’ONU, contre les nouvelles autorités maliennes, pourtant soutenues par un mouvement populaire qui avait fini par faire chuter le pouvoir déchu de IBK. La sortie de Macron met à nu tout le paradoxe à plusieurs variables subjectives de la politique française en Afrique. D’un côté on saute dans un avion pour aller légitimer le régime  ami des Deby fils au Tchad. De l’autre ça conteste la légitimité à un pouvoir issu de conditions identiques (sinon moins pires) au Mali. Mais comme on le dit à Bamako depuis quelques jours, « au-delà de la légitimé et de Goïta et Maïga, c’est toute la souveraineté du Mali que la France remet en cause », dans une zone ou l’Algérie et la Russie commencent à gagner en influence.

Sylvie Kouamé

Tensions Mali-France: Macron se dit « choqué »

AFP/VOA

Si les propos du Premier ministre malien de transition Choguel Kokalla Maïga ont été salués par des foules à Bamako, en France l’accueil a été différent.

S’exprimant à la tribune de l’ONU, le Premier ministre Maïga avait déclaré que le Mali était justifié de chercher de nouveaux partenaires car le pays a été abandonné « en plein vol » par ses alliés traditionnels. Une guerre des mots s’en est suivie entre Paris et Bamako, et jeudi, le président français Emmanuel Macron a semblé rajouter de l’huile sur le feu en qualifiant de « honte » la déclaration de M. Maïga, allant jusqu’à douter de la légitimité des autorités maliennes.

« J’ai été choqué », a dit M. Macron. « C’est une honte et ça déshonore ce qui n’est même pas un gouvernement » issu de « deux coups d’Etat », a déclaré le chef de l’Etat français en répondant à la radio RFI en marge du dîner de clôture de la saison Africa 2020 à l’Elysée.
Le Premier ministre malien Choguel Kokalla Maïga, alors chef de la coalition M5-RFP, prononce un discours sur la place de l’indépendance de Bamako pendant le premier anniversaire du Mouvement du 5 juin-RFP , le le 4 juin 2021. (Photo AFP/ Michèle Cattani)
LIRE AUSSI :
Le Mali se dit « souverain » et libre de choisir ses partenaires
Paris avait déjà fermement condamné ces derniers jours les propos tenus samedi par M. Maïga, qui a affirmé que l’annonce par Emmanuel Macron en juin de la réorganisation de la présence militaire française, avec la fin programmée de Barkhane, représentait « une espèce d’abandon en plein vol ».


« Je sais que les Maliens ne pensent pas ça », a estimé Emmanuel Macron, en soulignant que « la légitimité du gouvernement actuel », issu de deux coups d’Etat depuis 2020, était « démocratiquement nulle ».

« Nous sommes exigeants parce que nous sommes engagés, nous voulons lutter contre le terrorisme et pour la sécurité », a-t-il ajouté. « Nous sommes là parce que l’Etat malien l’a demandé. Sans la France, le Mali serait dans les mains des terroristes », selon lui.

Il a dit attendre des dirigeants de la junte « qu’ils respectent leurs engagements: qu’en février il y ait des élections, qu’ils arrêtent de mettre en prison les opposants politiques, qu’ils fassent leur travail, c’est-à-dire le retour de l’Etat, ce qu’ils ne font pas depuis des mois ».

« Nous allons continuer les projets de développement » au Mali aux côtés de la communauté internationale. Mais « ce travail ne peut pas être fait si les dirigeants ne prennent pas leurs responsabilités », a-t-il prévenu.

« Ce n’est pas une fatalité », a-t-il poursuivi en donnant l’exemple du Niger, pays voisin du Mali, où il y a « un président courageux, le président Bazoum, après un autre président courageux, le président Issoufou, qui font le maximum, se battent pour leur peuple, l’éducation, la santé… Ils font un travail admirable ».

Après voir visité avec son épouse Brigitte l’exposition de l’artiste ghanéen El Anatsui à la Conciergerie, Emmanuel Macron a reçu à dîner les acteurs et partenaires de la Saison Africa2020, qui s’est terminée jeudi.

Il s’est félicité du succès de cette longue manifestation qui, depuis décembre 2020, a rassemblé plus de quatre millions de spectateurs dans 1.500 événements artistiques, scientifiques ou économiques sur tout le territoire français.

Elle « a permis de commencer à ce que la France reconnaisse la place de la jeunesse et de l’énergie africaine », a-t-il estimé.

« Notre rapport à l’Afrique doit passer par la jeunesse et la société civile », a-t-il ajouté avant la tenue du sommet France-Afrique le 8 octobre à Montpellier, un sommet « un peu renversé » qui ne réunira pas des chefs d’Etat mais des représentants de la société civile africaine.

Africa 2020 avait été proposée par Emmanuel Macron lors de son discours à la jeunesse africaine à Ouagadougou en 2017.

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire