Que deviennent nos boursiers Ivoiriens ? (Par Dr. Charles Koudou)

Envoyés à l’extérieur du pays à coût de millions sinon milliards du contribuable ivoirien, l’on est en mesure de se demander que sont devenus ou que deviennent nos boursiers ivoiriens. La question mérite d’être posée parce que ces boursiers n’ont pas eu un concours pour obtenir ces bourses. Il est vrai que certains méritants ont eu la bourse parce qu’ils ont des très bonnes notes et le ministère de tutelle estime qu’il leur faut cette opportunité d’aller continuer ailleurs. D’autres par contre et ils sont les plus nombreux d’ailleurs ont eu ces bourses juste parce qu’ils ont des entrées soit par un parent, un ami, bref, par une faveur du bon samaritain. Notre question se pose toujours qu’on soit dans l’un ou dans l’autre cas.

Laissez-moi vous raconter une histoire. L’histoire nous apprend qu’à la fin de la deuxième guerre mondiale, le Japon a fait appel aux USA et à l’Angleterre pour l’aider à relancer son économie, à rebâtir son pays. Cela a été chose fait. La chine après sa guerre contre le Japon (1937-1945) après celle de 1894-1895 également, s’est approchée du Japon pour comprendre l’origine de son succès. Contrairement au Japon qui a fait venir les Anglais et les Américains sur son sol, la Chine, elle, a préféré octroyer des bourses d’études à des milliers de jeunes chinois pour aller étudier aux USA et en Angleterre. Des conditions leur ont été imposées entre autres ils doivent réussir et revenir au pays sinon tous leurs parents payeront les prix. Un système de suivi et de contrôle rigoureux a été mis en place. Enfin le gouvernement chinois a pris soin de leur expliquer le bien fondé de ces études pour le développement du pays.

Ainsi, après leurs études dans divers domaines, la vaste majorité pour ne pas dire tous ces jeunes chinois sont retournés dans leur pays d’origine, la Chine, pour contribuer à l’essor du pays dans tous les secteurs d’activités. Ces jeunes avaient conscience de retourner dans leur pays mais les dirigeants avaient aussi pris des dispositions pour leur retour et leur insertion dans la vie active dans le pays après leurs formations respectives. Aujourd’hui voyez vous la Chine en matière de progrès, de développement, d’infrastructure, d’économie, etc. Elle rivalise avec la grande Amérique.

Chez nous ici en Afrique, nos Etats, par mimétisme certainement, envoient chaque année des étudiants pour aller étudier ailleurs en Occident pour la plupart. Trois problèmes se posent ici.


1-Nos étudiants émerveillés et fascinés par les grattes ciels, les routes ultra modernes, les systèmes de travail, les facilités de vie et de recherche en comparaison avec leur pays d’origine tombent sous le coût des charmes et restent dans ces pays d’accueil après leurs différentes formations, même s’il faut faire des travaux aux rabais.

2-Au niveau de leurs gouvernements Africains respectifs, aucun système n’est mis en place pour un suivi et contrôle et surtout rien n’est prévu pour leur réinsertion socio-professionnelle après leurs formations. Ceux qui rentrent le font d’eux mêmes, par leur propre volonté. Il n’y a aucune obligation, aucune contrainte pour un retour.

3-Aucune structure d’accueil, aucun système d’évaluation formation-emploi-adéquation. Alors les jeunes vont venir en Afrique pour faire quoi? Rien n’est prévu pour les accueillir et les embaucher directement. Alors ils préfèrent rester là où ils ont été formés et où on les connaît bien plutôt que d’aller affronter un recrutement au rabais et un salaire qui n’est pas à la hauteur de leurs diplômes.

À qui la faute? Aux gouvernements Africains ou aux étudiants? J’accuse moins les étudiants que leurs gouvernements. Au niveau du Gouvernement, une mission, un cadre de référence leur avait-il été défini avant leur départ en formation avec des objectifs définis clairement? J’en doute. Y avait-il un cadre organique bien défini et qu’en étaient les inputs et les outputs s’ils en existaient? Qu’est ce qui était prévu avant leur départ? Qu’est ce qui s’est passé pendant leurs formations? Y avait-il un suivi? Les gouvernements avaient-ils comme en Chine prévu ce que ces étudiants devraient faire à leur retour dans leur domaine respectif? Eux-mêmes étaient- ils conscients qu’ils devraient retourner dans leur pays d’origine après leurs formations?

Quel gâchis, que de milliards perdus parce qu’en fin de compte n’a servi à rien si ce n’est qu’à ces étudiants pris individuellement. Mais et le pays, que gagne t-il après avoir dépensé tant d’argent sur eux? Où est leur apport au développement? Quelle est leur contribution après leurs formations? Ces mêmes gouvernements qui leur avaient octroyé des bourses d’études courent toujours après les experts expatriés pour des projets de développement qu’ils payent à coût de millions. Quel gâchis de ressources en Afrique. Vraiment, comme je le disais l’autre jour, les problèmes de l’Afrique c’est l’Afrique elle-même. Où est notre conscience publique pour le développement de nos pays?

Dr. Charles Koudou, Administrateur de la Santé

Consultant en Santé et Développement, Fondateur de la CND: Conscience Nationale pour le Développement www.cnd1.org koudoucharles@gmail.com charleskoudou@facebook.

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

1 commentaire sur “Que deviennent nos boursiers Ivoiriens ? (Par Dr. Charles Koudou)

  1. ==== L’AUTRE APPROCHE DE LA PROBLEMATIQUE DE LA FUITE DES CERVEAUX ====

    Entendons-nous bien : Tous ceux qui ont choisi d’échapper à leur pays et de résider en Occident, ne sont pas tous des « cerveaux » ! Mais ce sont des bras utiles qui échappent à la politique de développement des Etats dont ils sont originaires. On a reproché au commerce triangulaire et particulièrement à son démembrement le commerce des esclavages, d’avoir dépeuplé le continent africain de ses bras valides ! Aujourd’hui le mouvement se fait de manière libre et volontariste…

    On peut aborder sous un autre rapport la question des boursiers qui ne reviennent plus, en attaquant les Etats qui incitent les étudiants à ne plus rentrer ou à déserter leur pays !

    J’ai entendu parler de Jagdish Natwarlal Bhagwati dans une vie antérieure, il y a bien longtemps …

    Jagdish Natwarlal Bhagwati, économiste indo-américain, avec Koichi Hamada, le Japonais, proposaient déjà dès 1974 un impôt ponctionnant les ressources de la diaspora d’un pays donné et qui serait reversé vers le pays d’origine.
    L’article technique « The Brain Drain, International Integration of Markets for Professionals and Unemployment : A Theoretical Analysis » a été publié dans Journal of Development Economics, n°1, p.19-42.

    Après eux, d’autres chercheurs ont poussé la réflexion plus loin comme Docquier F., Lohest O. et Marfouk A. (en2007), auteurs d’une analyse « Brain drain in developing countries », dans la World Bank Economic Review.

    Et j’en passe.

    Les migrations internationales, leurs dynamiques et leurs effets, sont donc une question d’importance pour nos jeunes Etats, qui recouvre plusieurs aspects.

    ====== UN IMPOT DIRECT DE 10% SUR les REVENUS PENDANT 10 ANS ======

    C’est pourquoi la proposition de Jagdish Natwarlal Bhagwati, visant à lutter contre la « fuite des cerveaux », par une taxation des travailleurs qualifiés expatriés aux bénéfices de leurs pays pauvres d’origine, à hauteur de 10% sur 10 ans sur leurs revenus a été perçu comme un pas audacieux qui permettrait de réconcilier le droit à l’émigration, difficilement contrôlable et le développement des pays jeunes.

    En relation avec l’Union Africaine la question a été débattue à une certaine époque, puis elle est tombée dans les oubliettes…Les Etats les plus concernés (Nigeria, Afrique du Sud, Algérie) semblant se contenter du statu quo actuel.

    Jagdish Natwarlal Bhagwati, un des économistes les plus brillants de sa génération, est aussi connu comme l’auteur du concept de « croissance appauvrissante ».. Mais ceci est un autre débat !
    Au moment où la distribution des NOBEL de l’année commence en Octobre, on pense toujours à lui pour celui d’Economie.

    En tout état de cause, pourquoi douterais-je que Monsieur Koudou Charles sera parmi les premiers à souscrire à cette idée d’impôts et à creuser davantage la question en Occident ?

Laisser un commentaire