« Chiffres frauduleux Doing Business » 13 pays africains apportent leur soutien à Kristalina Georgieva

13 ministres africains de l’Economie et des Finances apportent leur soutien à la directrice du FMI

Citée récemment sur son rôle présumé dans le scandale du rapport Doing Business, la directrice du FMI, Mme Kristalina Georgieva, reçoit un soutien de 13 ministres africains des Finances et de l’Economie dans une déclaration du 5 octobre 2021.

Il s’agit des ministres des pays suivants : Bénin, Botswana, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo, Djibouti, Egypte, Ethiopie, Ghana, Guinée Bissau, Mauritanie, Nigéria, Sénégal, Somalie, Soudan et Togo.

Pour ces ministres, le scandale du rapport Doing Business mérite une enquête mais il ne faut pas pour autant, dans cette exigence, faire table rase du multilatéralisme…

FinancialAfrik

Kristalina Georgieva est plus qu’un fusible

ANALYSE La directrice du Fonds monétaire international se retrouve au centre d’une controverse: lorsqu’elle était à la Banque mondiale, elle aurait manipulé des données en faveur de la Chine. En démissionnant de son poste, elle sauvegarderait la crédibilité du «gendarme» de l’économie mondiale.

Au Fonds monétaire international (FMI), nous avons un problème. Accusée d’avoir manipulé des données en faveur de la Chine alors qu’elle travaillait à la Banque mondiale (2016-2019), Kristalina Georgieva, directrice du FMI depuis 2019, sera entendue cette semaine par un comité disciplinaire. Elle a déjà exprimé son «désaccord fondamental» avec les conclusions d’un rapport qui la met en cause.

ANALYSE ABONNÉ Letemps.ch


Le FMI a rencontré le cabinet qui a publié un rapport mettant en cause Georgieva

Par Le Figaro avec AFP

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a rencontré lundi les représentants du cabinet d’avocats WilmerHale qui a publié mi-septembre un rapport mettant en cause Kristalina Georgieva, l’actuelle directrice générale de l’institution, a indiqué Gerry Rice le porte-parole du FMI dans un communiqué.

Dans ce rapport, Kristalina Georgieva est accusée d’avoir fait pression pour modifier un rapport (le rapport «Doing Business») en faveur de la Chine quand elle était en fonction à la Banque mondiale, des accusations qu’elle a rejetées en bloc. Gerry Rice n’a pas donné plus de précisions sur le contenu des discussions qui ont eu lieu lundi mais il souligné que «le Conseil d’administration reste(ait) déterminé à procéder à un examen approfondi, objectif et précis». La direction du FMI doit «également rencontrer prochainement la directrice générale», a-t-il ajouté.

Irrégularités
Une enquête du cabinet WilmerHale, menée à la demande du comité d’éthique de la Banque Mondiale, a conclu à des irrégularités dans la rédaction des éditions 2018 et 2020 du rapport «Doing Business» de la Banque Mondiale. Cette enquête passe au crible le cadre réglementaire des pays pour savoir quels sont ceux qui sont les plus favorables au lancement d’entreprises. Le rapport de WilmerHale fait notamment état d’une réunion au cours de laquelle Kristalina Georgieva aurait demandé à ses équipes de changer la méthodologie du rapport pour que le classement soit plus favorable à la Chine.

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire