Causerie débat sur le procès Gbagbo à la Cpi – Le gouvernement donne ses recettes d’une réconciliation, le Rhdp Boycotte

Le message d’Eric Aimé Sémien (Oidh)

L’Observatoire ivoirien des droits de l’homme ( Oidh) a clôturé vendredi 8 octobre à Abidjan, sa causerie-débat organisée autour des leçons à tirer du procès Gbagbo et Blé Goudé à la Cpi. Un rendez-vous international qui a tenu ses promesses mais qui a connu aussi ses déboires avec le boycott de certains partis politiques, notamment le Rhdp au pouvoir.

Ouverte jeudi 7 octobre à Cocody, cette tribune se voulait celle de la réflexion et de la projection sur l’avenir de la Côte d’ivoire qui cherche toujours une voie de réconciliation. « Procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé à la Cpi : quelles leçons apprises et quelles trajectoires pour la réconciliation nationale ? ». Tel est le thème de la rencontre qui a réuni des experts de différents domaines, juristes et spécialistes de questions de droit et de réconciliation.


Les débats ont été riches et même émouvants mettant aux prises des acteurs autrefois inconciliables. La grande attraction a été cet affichage de l’ex-premiere dame Simone Gbagbo avec Issiaka Diaby, président d’une association de victimes qui en voulait terriblement au couple Gbagbo. Cela relève désormais du passé, Issiaka ayant dilué ses positions antagonistes.
Des acteurs de droits de l’homme comme Alioune Tine du Sénégal, Traoré Namizata de Côte d’ivoire ont fait des communications qui ont rehaussé cette 3e édition du débat national voulu par l’Oidh.
« Quelles priorités des partis politiques ivoiriens pour la réconciliation nationale en Côte d’ivoire ? ». Ce thème n’a pas eu preneur. Il a été boycotté. Alors que les représentants du Rhdp, au pouvoir, Eds, Lider et parti de Gbagbo étaient tous attendus au 2e jour, le Rhdp a pointé absent. Ce qui n’a pas empêché Pr. Nogbou Hyacinthe du Cojep à être seul à la tribune. Eds et parti de Gbagbo, ayant fait leur prestation la veille. Une situation qui a fait dire à Aimé Sémien qu’il y a quelques années, ceux qui boycottent aujourd’hui sont ceux qui se précipitaient à toutes les tribunes pour se faire entendre.
Représentant le ministère de la réconciliation nationale, il est revenu au professeur Amoa Urbain, conseiller du ministre de présenter les 7 piliers de la réconciliation. On retient de sa communication que le département ministériel est « en construction » et des propositions comme la diplomatie académique et coutumière pour résoudre des conflits.
« Le procès Gbagbo Blé Goudé n’est qu’un affluent mais qui n’épuise pas à lui seul toute l’idée de réconciliation. C’est un repère et il y a beaucoup d’autres repères pour parler de réconciliation. Pour nous être intéressés à ce procès, on nous a traités de pro-Gbagbo. Mais in fine tout le monde en parle. Alors, si on n’adresse pas les bonnes questions au bon moment on ne pourra pas aller à la réconciliation », a analysé l’organisateur de la causerie-débat Eric Aimé Sémien avant de témoigner de la disposition de son organisation à accompagner toutes les initiatives de réconciliation nationale.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Envoyé depuis mon appareil Galaxy

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire