Découvertes – Des chercheurs de l’Université de Daloa se servent d’effluents de l’attiéké pour produire de l’énergie

Un projet mis en place par des enseignants-chercheurs de l’Université Jean Lorougnon Guédé (UJLoG) de Daloa, dénommé « valorisation énergétique des effluents issus des fabriques d’attiéké et appui à sa conservation durable » (VECDA), apporte des résultats concluants. Ces chercheurs ont mis en place une formule permettant de créer de l’énergie à partir de l’eau usée provenant du processus de fabrication de l’attiéké. Trois ans après l’appel à projets, le programme VECDA a vu le jour et la plateforme qui l’abrite a été inaugurée le jeudi dernier par le Secrétaire général de la préfecture, Alexandre Glao, qui représentait le préfet de Région, préfet du département de Daloa. L’eau usée de l’attiéké ne sera plus un danger pour la nature, assure le coordonnateur du projet, Dr. Yao N’zué Benjamin : « Ces effluents sont traités puis utilisés pour produire du biogaz. Une partie est utilisée comme fertilisant pour le sol. La plateforme permet aux fabricantes de conserver leur attiéké sur une durée plus longue. »
Le secrétaire général de la Préfecture a félicité les chercheurs pour leur découverte et les a assurés que toutes les doléances formulées seront traduites intégralement au préfet de la région du Haut Sassandra. Puis, au nom de la présidente de l’université, Pr Tidou Abiba Sanogo Épse Koné, le Vice-président chargé de la planification, de la programmation et des relations extérieures, Pr. Akaffou Doffou Selastique, s’est réjoui que l’université de Daloa regorge ainsi de « chercheurs talentueux, prêts à relever tous les défis », « à la disposition de la région » et qui « ne demandent qu’à être sollicités. » Mme Nianzou Marie Colombe, qui représentait le Directeur du Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil Agricole (FIRCA), n’a pas caché elle également sa satisfaction tant en termes d’implication de l’équipe de recherche qu’au niveau des bénéficiaires. Elle a souhaité que le projet soit une source d’amélioration des revenus et des conditions de vie des bénéficiaires.
Elle ne croyait pas si bien dire, à en juger par les propos de la PCA de la Société Coopérative Agricole ‘’Yebo Ekon’’, principale bénéficiaire de cette plateforme, Mme N’Guessan Adrienne, pour cette nouvelle installation va faciliter la vie aux productrices d’attiéké. Le bâtiment leur permettra de se regrouper en un seul espace et de produire de l’attiéké dans des conditions hygiéniques, explique-t-elle.
C’est en 2018 que l’Université Jean Lorougnon Guédé (UJLoG), qui a affiché récemment un taux de 100% d’admis avec ses 74 candidats dont 8 femmes au concours du CAMES, a été retenue à la suite de l’appel à projets lancé par le FIRCA. Il a été financé à travers le Fonds Compétitif pour l’Innovation Agricole Durable (FCIAD). Ce fonds a été initié par l’État de Côte d’Ivoire dans le cadre de la deuxième phase du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) et par la France à travers l’Agence Française de Développement (AFD).


La présidente de l’université de Daloa, Pr Tidou, avait elle-même avait été distinguée meilleure administratrice des Universités publiques de Côte d’Ivoire, au titre l’année 2020, par l’Ong Afrique Vérité. Des étudiants ont salué le travail exceptionnel abattu par cette institution universitaire, également exprimé leur gratitude pour leur apport scientifique à l essor de la côte d’ivoire émergente.
SC

Légende photo :
La présidente de l’université Jean Lorougnon Guede de Daloa

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire