Le Premier ministre Patrick Achi à Adjamé sur les traces de son enfance

Le Premier ministre Patrick Achi s’est rendu à Adjamé, hier sur les traces de son enfance, dans ce quartier si connu d’Abidjan a-t-il dit, Patrick Achi s’est rendu dans l’école primaire de ses débuts.  » Aujourd’hui, à Adjamé, dans ce quartier si connu d’Abidjan, je me suis rendu dans mon école primaire », a confié le chef du gouvernement sur les réseaux sociaux, dans une publication largement partagée et commentée. [ Un témoignage qui donne de l’inspiration et de l’espérance ] blank Patrick Achi a poursuivi en ces termes son témoignage :  » Celle où je suis entré, en CP1, il y a près de 60 ans. Celle où l’enfant que j’étais, sorti des villages et forêts de la Mé, a pris contact avec la ville, la modernité, la valeur de l’enseignement et celle de l’effort ». Rendant compte de ce qui a été ressenti , le Premier ministre a noté qu’il y’a eu beaucoup d’émotion dans le fait de revoir ces salles, ces escaliers, cette part de son enfance qui l’a construit, qui lui a appris, qui l’a grandi. Patrick Achi a noté qu’il y’a eu beaucoup de joie partagée dans la chaleur de l’accueil des écoliers, dans leurs sourires, dans leurs regards, dans cette curiosité positive qu’ils expriment avec une spontanéité si touchante. Ce n’est pas tout , car le chef du gouvernement qu’il y’a eu surtout beaucoup de plaisir à échanger, simplement, sans préparation particulière, avec plusieurs classes et notamment les élèves d’une classe de CM2. [ L’utile toujours au rendez-vous de l’agréable ] Au delà de l’émotion et de l’agréable, Patrick Achi a joint l’utile, en expliquant aux écoliers  » l’importance cruciale » de la jeunesse ivoirienne pour le Président de la République, SEM Alassane Ouattara et le gouvernement qu’il a l’honneur de conduire. Il leur a également expliqué le devoir que le gouvernement et les dirigeants du pays avaient de construire un pays plus grand, plus beau, pour eux.  » Pour qu’ils puissent demain avoir les mêmes chances que celles que nous avons eues enfants – et même bien davantage. Je leur ai aussi expliqué à quel point travailler, lire, écouter leur enseignants, répondre à leurs attentes et même les dépasser était fondamental, pour eux-mêmes et la vie qu’ils allaient pas à pas se construire. Je leur ai enfin dit que nous allions, pour eux, avec Madame le Ministre de l’Education Nationale, Mariatou Koné redoubler d’exigences pour l’Ecole ivoirienne et l’enseignement qu’elle leur donne. D’où l’importance d’une valorisation accrue des savoirs fondamentaux avec, par exemple, le retour au primaire de la dictée, outil essentiel de maîtrise de la langue, ou la mise en place au collège de coefficients plus importants pour le français et les mathématiques. Mandela le disait : « L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde » « , a longuement témoigné le Premier ministre Patrick Achi pour faire partager son émotion au cours de cette journée sur les traces de son enfance. CK blank blank
Commentaires facebook
blank

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire