Port autonome d’Abidjan y a-t-il une pénurie de poissons thons provoquée ? Patrick Zasso s’invite dans le dossier et accuse

Ces derniers temps, les Abidjanais consommateurs d’un mets à base d’attiéké plus connu sous l’appellation « garba » font face à un renchérissement des prix du poisson thon, le principal composant de cette nourriture. Le directeur général d’une société explicatrice de thon, Airone en l’occurrence, avait alerté l’opinion sur la pénurie de ce type de poisson au cours d’une conférence de presse le 6 octobre 2021. Sergio Tommasini avait évoqué une spéculation qui privait les distributeurs locaux du faux-thon destiné à la consommation locale et appelait les autorités à agir. « Si cette spéculation incontrôlée ne prend pas fin, il ne sera pas possible d’éviter de calculer les dégâts au niveau industriel et de prendre des mesures drastiques qui pourraient affecter le niveau de l’emploi », avait-il fait entendre.
Faux, faux et faux. Peste en revanche Patrick Zasso, activiste politique proche du pouvoir plus connu sous le surnom Englobal. Il était face aux journalistes ce mardi 26 octobre 2021. Il dit avoir mené, en tant que citoyen, des investigations pour son propre compte et après avoir lu les déclarations de M. Tommasini dans la presse. Selon M. Zasso, il est faux de faire croire que le thon manque en Côte d’ivoire ayant aperçu sur la plateforme portuaire des dizaines de navires transportant du thon.

A la vérité, dénonce-t-il, la pénurie dont parle le Dg de Airone est une manœuvre pour distraire l’opinion et cacher une réalité : la fraude.


« Mes investigations m’ont permis de comprendre que Airone a une grande idée lugubre derrière cette affirmation de pénurie de poisson thon. (…) C’est une orchestration flagrante pour jouer sur l’offre et la demande qui profiterait à la société écran de Airone, Inter-Ocean. Je constate avec stupéfaction que la société Airone a signé un partenariat avec la société Inter-Océan dirigée par Jérôme Konin. Airone a pour objet d’exporter le thon transformé ou non et le commercialiser hors du territoire ivoirien. (…) Une partie du poisson thon qui est supposée être traitée pour les conserves est revendue sur le marché local en poisson frais comme poisson de garba. En un mot, ce partenariat pourrait être assimilable à une fraude. Je rappelle que la société Inter-Océan doit énormément aux armateurs d’où sa stratégie de se rallier à Airone pour constituer une société écran et mener une concurrence déloyale aux mareyeurs grossistes et autres sur le port de pêche malgré le refus des armateurs de lui fournir du thon », révèle Patrick Zasso. Tous ces agissements, dit-il, ont eu pour conséquence de faire passer le prix du faux-thon qui était de 300 FCFA à 600 FCFA voire plus.

À en croire ses explications, la pénurie est provoquée et revêt un caractère malicieux. Une société qui doit de l’argent à des fournisseurs et qui ne peut pas payer ses dettes, s’allie à une autre pour échapper aux conséquences du non-respect de ses engagements vis-à-vis de ses fournisseurs. Voici l’affaire.
Pour Zasso, ces pratiques doivent cesser sous le président Ouattara. Il entend mener cette bataille car dit-il, la volonté du président Ouattara est de donner de meilleures conditions de vie aux ivoiriens en commençant par le respect de leurs droits. Se positionnant en justicier, son nouveau combat, Zasso s’insurge contre les pratiques mafieuses. Il invite les ministres à descendre sur le terrain pour voir ce qu’il se passe dans les entreprises où les droits élémentaires des travailleurs sont bafoués.

Après son passage au port d’Abidjan, il relève l’état d’insalubrité qui y règne. Surtout au port de pêche. Il invite les autorités à prendre des mesures urgentes pour assainir cet espace.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire