Rapports « Doing Business » pipés – La BM rejette une proposition de rencontre d’explications de Kristalina Georgieva, la Dg du FMI

DAG –

Le conseil d’administration dit que l’enquête sur le comportement de son personnel doit suivre son cours.

Georgieva aura droit à une procédure équitable, un soulagement, selon l’avocat.

Le conseil d’administration de la Banque mondiale a rejeté la demande de la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, d’organiser une réunion pour se défendre contre les allégations selon lesquelles elle aurait fait pression sur le personnel pour qu’il modifie les données en tant que PDG de la banque en 2017, selon deux sources bien informées sur la situation.

Un avocat engagé par Georgieva avait demandé la réunion dans une lettre de 17 pages adressée vendredi au doyen du conseil d’administration de la banque mondiale.

L’avocate, Whitney Debevoise d’Arnold & Porter, avait entre autres écrit qu’un rapport d’enquête préparé par le cabinet d’avocats WilmerHale pour le conseil d’administration avait été mal conduit, violait les droits à une procédure régulière de Georgieva et fondait sa conclusion fondamentale sur une fausse hypothèse, selon une copie de la lettre consultée par Reuters.

Wilmer Hale avait conclu en septembre que des responsables, dont Georgieva, avaient exercé une « pression indue » sur le personnel de la banque pour modifier les données en faveur de la Chine dans le classement Doing Business 2018 de la banque.

Georgieva a nié les allégations et le conseil d’administration du Fonds monétaire international, que Georgieva dirige depuis octobre 2019, n’a trouvé ce mois-ci aucune preuve concluante pour étayer les accusations d’actes répréhensibles.

Le conseil d’administration de la Banque mondiale a déclaré à Debevoise qu’il serait inapproprié de rencontrer ou d’entendre Georgieva car cela n’a aucun rôle dans une enquête distincte menée par WilmerHale sur les méfaits potentiels du personnel actuel et ancien de la banque, y compris Georgieva, selon une personne informée de la conversation. .

Ce rapport, attendu dans environ deux mois, ira au service des ressources humaines de la banque, et non au conseil d’administration.

Le doyen du conseil d’administration Merza Hasan, le président du comité d’éthique du conseil d’administration et le chef d’un panel distinct sur la gouvernance ont tous rejeté la demande, ont indiqué des sources proches du conseil d’administration.

Dans une réponse commune décrite à Reuters, les trois responsables ont déclaré au conseil d’administration qu’ils ne partageraient pas la lettre de Debevoise ou les déclarations antérieures de Georgieva, affirmant que les règles de la banque visent à empêcher « toute ingérence du conseil d’administration ou de toute autre partie » dans les enquêtes du personnel, ont dit les sources.

Les trois fonctionnaires ont communiqué séparément avec le cabinet d’avocats de Debevoise.

Un porte-parole de la Banque mondiale a refusé de commenter les derniers développements, affirmant que la banque n’avait pas commenté les enquêtes.

WilmerHale n’a pas répondu aux demandes de commentaires sur la lettre de Debevoise.

Plus tôt ce mois-ci, la société avait déclaré que son rapport suivait toutes les règles applicables de la Banque mondiale, et Georgieva avait été informée que la Banque mondiale pouvait divulguer toute information qu’elle fournirait.

FMI, BANQUE MONDIALE RIFT

Debevoise est un ancien membre du conseil d’administration de la Banque mondiale. Son maintien, ainsi que la demande de Georgieva de faire entrendre son histoire au conseil d’administration de la Banque mondiale, pourraient alimenter un fossé grandissant entre le chef du FMI et les responsables de la Banque mondiale.

Les deux banques de développement financent ensemble des dizaines de milliards de dollars de programmes sur le climat, la santé et la « lutte » contre la pauvreté dans les pays qualifiés de « pauvres » par leurs experts.

Le président de la Banque mondiale, David Malpass, et Georgieva ont joué un rôle de premier plan dans l’élaboration de la réponse mondiale à la pandémie de COVID-19. Tous deux devraient assister cette semaine à des réunions du Groupe des 20 économies mondiales et à une conférence des Nations Unies sur le climat.

Le conseil d’administration de la Banque mondiale devait se réunir de manière informelle lundi, mais a annulé la réunion après que la société de relations publiques de Georgieva ait envoyé la lettre de Debevoise et d’autres documents aux membres du conseil d’administration. Le conseil d’administration se réunira à nouveau lorsque toutes les étapes de l’enquête du personnel seront terminées, ont indiqué les sources.

Georgieva pourrait faire face à des sanctions si la deuxième phase de l’enquête révèle des actes répréhensibles de sa part, notamment une interdiction d’entrée dans les installations de la Banque mondiale. Elle ne perdrait pas la pension qu’elle perçoit de la banque, selon les règles de la banque.

Le gouvernement américain, principal actionnaire des deux institutions, a déclaré ce mois-ci qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour limoger Georgieva de la direction du FMI, mais les responsables du Trésor ont souligné qu’ils surveillaient de près l’examen en cours de la Banque mondiale.

Les législateurs démocrates et républicains ont exprimé leurs inquiétudes concernant le leadership de Georgieva au FMI.

Mardi, le sénateur démocrate Robert Menendez a déclaré lors d’une audition de la commission sénatoriale des finances: « Elle a perdu ma confiance et je veux voir comment elle peut réellement fonctionner dans ces circonstances. »

Reportage d’Andrea Shalal; rapports supplémentaires de David Lawder; édité par Heather Timmons et Howard Goller

Avec Reuters par By Andrea Shalal traduit de l’Anglais par Douadé Alexis, Gbansé

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires