Audits tout-azimuts dans les sociétés d’État en Côte-d’Ivoire – Le Ouattara des années 90 est-il de retour?

C’est à ne rien comprendre chez ses partisans. Dimanche, dans la foulée des limogeages en cascade dont celui du Dg du Fonds d’entretien routier (Fer), le truculent Johnny Patcheco a annoncé avec fracas sur les réseaux sociaux, sa démission du Rhdp. Qu’à cela ne tienne. Ces dernières heures, l’on apprend l’interpellation de six dirigeants de la société d’opérations immobilières de l’état, la Sicogi.

L’audit de plusieurs sociétés est également annoncé.

Entre autres, la Sir, le Bnetd, le Port autonome d’Abidjan, la Rti, la Sipf, la Sndi, l’Ageroute, la Sodase, la Poste de Côte d’ivoire, la Bhci, Versus Bank, pour ne citer que ces grosses structures de l’Etat qui a décidé de voir clair dans la gestion de ces entreprises à financement public.

Nous sommes en 2021, à 4 ans de la prochaine présidentielle et le timing est plutôt bon. Car dans tous les cas, ceux qui sont concernés par ces actes de mauvaise gouvernance évoqueront à coup sûr, en famille ou publiquement une opération pour salir leur réputation et ils en voudront au parti au pouvoir et à son chef pour ingratitude. L’on a encore en mémoire un certain Tapé Doh, alors Pca de la bourse du café cacao, qui n’a pas pardonné à Laurent Gbagbo son incarcération à la Maca pendant plusieurs années. Il prenait beaucoup de liberté avec les fonds publics et cela était notoire. Quand Gbagbo tombe, il rejoint Ouattara pour assouvir sa vengeance.


Mais faut-il laisser la gangrène prendre pied sur l’autel des enjeux et intérêts politiques ?

Pour Alassane Ouattara, c’est non. Malgré la volonté de pérenniser son pouvoir, il a décidé de faire un choix. Mener à bout les audits et advienne que pourra. La corruption a atteint des records en Côte d’ivoire et les rapports et les classements des organismes internationaux ont toujours mis à l’index ce mal ivoirien.

Pour le moment, les faits sont là. En l’espace de 48 heures, au moins trois dirigeants de société ont perdu leurs postes.

Alors on peut aisément se demander si le Ouattara des années 90, l’homme des opérations mains propres, l’homme qui ne rechignait pas dans sa volonté de discipliner les barons du Pdci de cette époque est vraiment de retour ?

Pour sûr le toilettage en cours nous situera. Pour peu qu’il ne s’arrête pas en chemin face aux contingences sociopolitiques.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

1 commentaire sur “Audits tout-azimuts dans les sociétés d’État en Côte-d’Ivoire – Le Ouattara des années 90 est-il de retour?

  1. Quelle crédibilité pourrons-nous accorder á « cette comédie de main-propre » qui semble etre ciblée ? On ne laisse pas une situation pourrir pendant 11 ans et ensuite venir jouer aux Sapeurs-pompiers. La lutte contre la corruption et le détournement des fonds publics devraient etre le cheval de bataille du pouvoir actuel depuis 2011.

Laisser un commentaire