Africagis – Le grand rendez-vous des génies du géospatial ouvert à Abidjan

Un expert ivoirien de l’Ua explique les enjeux et applications

Ouvert officiellement le 23 novembre 2021 par la ministre Kaba Nialé qui représentait le premier ministre, Africagis tient déjà ses promesses. Les exposants venus de toute l’Afrique, d’Asie, d’Amérique et d’Europe font voir et connaître ce qu’il y a de nouveau en matière de sciences géospatiales. Des drones de repérages, des appareils de précision en cartographie, l’usage du digital… Bref, tout ce qui existe pour faire de la géolocalisation, de la prévision et des choix optimaux.
Au regard de la qualité de l’exposition, Ange Kinampara Coulibaly, Directeur général du Bnetd et commissaire général de l’événement, n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction pour son pays, la Côte d’ivoire, d’accueillir ce salon qui valorise l’industrie géospatiale africaine.
« Le Bureau national d’études techniques et de développement est très honoré d’être l’hôte de la conférence AfricaGis 2021. Cet événement est en droite ligne avec notre vision : « être une ingénierie d’excellence qui imagine et bâtit des solutions durables pour porter le développement de la Côte d’ivoire et son rayonnement », a-t-il déclaré face à ses invités, plus de soixante nationalités. Selon M. Coulibaly, à l’aube de la quatrième révolution industrielle, l’ère de l’innovation, de l’intelligence artificielle et du digital, notre continent a toutes ses cartes à jouer. « Nous avons aujourd’hui, l’opportunité d’accélérer de façon structurelle le développement socio-économique du continent en osant franchir le pas de l’innovation. Et les sciences géospatiales nous ouvrent un champ de possibilités inouïes pour garantir notre sécurité, créer de la valeur tout en protégeant notre environnement », a fait valoir l’ancien élève du lycée scientifique de Yamoussoukro.


Mais qu’est-ce que AfricaGIS au juste ?

Selon la note conceptuelle des organisateurs, Africa Gis est la plus grande et la plus ancienne conférence africaine sur les Systèmes
d’Information Géographique (SIG) et l’observation de la Terre. Elle s’engage à renforcer les capacités et est gérée par les institutions africaines. Depuis 1993, date de lancement de cette initiative, les technologies de l’information et
de la communication ont connu d’énormes progrès ; les données géospatiales sont devenues de plus en plus disponibles pour une utilisation mondiale. La technologie de
l’information géospatiale a mûri et ses applications sont devenues courantes comme sur des téléphones intelligents.

Représentant le premier ministre, parrain de l’événement, la ministre du Plan, Kaba Nialé a déclaré face aux journalistes qu’il faut profiter de toutes les opportunités que l’information géospatiale donne pour prendre les bonnes décisions.

Ce rendez-vous d’Abidjan qui grouille de monde prend fin le 26 novembre après une plénière qui verra la synthèse des travaux suite aux différents panels des experts.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire