Au Mali l’opposant Oumar Mariko placé en garde à vue

Interpellé par la gendarmerie nationale pour « propos injurieux » tenus contre le premier ministre Choguel Kokalla Maiga, l’opposant malien Oumar Mariko a été placé en garde à vue ce lundi 6 décembre à Bamako.

Il s’agit des suites de la diffusion sur les réseaux sociaux, de deux discussions privées devenues virales depuis quelques jours. Dans le premier enregistrement ayant circulé la semaine dernière, et attribué à l’actuel Premier ministre, on entend ce dernier parler d’Amadou Sanogo, l’auteur du coup d’Etat de mars 2012 contre l’ancien président Amadou Toumani Touré. Il y explique que le militaire avait échappé à un vrai jugement sur le fond dans l’affaire des militaires bérets rouges assassinés, car il détenait trop de secrets sur trop de politiciens maliens, et même sur la France qui aurait tenté de faire assassiner l’ancien putschiste. Selon le contenu du message audio dont l’authenticité, jusque-là, n’a pas été confirmée ou informée.

Dans la foulée, le second enregistrement, attribué à l’opposant Oumar Mariko. Ce dernier qualifie l’actuel Premier ministre de « menteur ». Ajoutant d’ailleurs avoir failli le frapper lors d’une brouille ancienne.

Avant de se rendre à sa convocation lundi dans la journée, celui qui fut plusieurs fois député dénonçait, dans les médias, une « judiciarisation de la politique en cours », affirmant que « ces gens (gouvernement de la transition, Ndlr) veulent réprimer jusqu’à notre colère ».

DAOUDA BAKARY KONÉ
FinancialAfrik

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires