Observation de la terre/ Le 2e Forum Gmes and Africa fait le bilan à Abidjan

Comment les images satellites sauvent la pêche et l’environnement

Adama Diawara annonce une agence spatiale pour la Côte d’Ivoire

Le 2e forum de Gmes and Africa ou service d’observation de la terre a ouvert ses travaux à Abidjan le lundi 6 décembre à Sofitel hôtel Ivoire. « Favoriser la durabilité environnementale et la croissance socio-économique en Afrique », tel est le thème central de cette rencontre. Elle est une initiative de l’Union africaine qui estime que l’observation de la terre est un enjeu économique voire vital pour l’Afrique dans le cadre de l’agenda 2063 défini par la commission de l’Ua.

Les ministres ivoiriens en charge de l’enseignement supérieur et l’environnement Adama Diawara et Jean Luc Assi ont participé à la cérémonie d’ouverture de ce forum qui réunit des experts et des entreprises d’observation de la terre venus d’Afrique, d’Europe et des autres continents. L’objectif de cette réunion est clair. Selon ses organisateurs, il s’agit, d’une part, d’expliquer pendant les trois jours du forum, les résultats obtenus après les cinq premières années du programme. Un programme basé essentiellement sur l’utilisation des images satellites et leur exploitation par des utilisateurs finaux pour la gestion de l’environnement, des ressources naturelles terrestres ou maritimes.
D’autre part, le forum d’Abidjan vise à faire admettre aux dirigeants et aux populations africains que l’espace est devenu incontournable dans le développement économique et social. Toute planification doit en tenir compte.


Le ministre ivoirien de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Adama Diawara a déploré la faiblesse de l’utilisation des images satellites comme outils d’aide à la décision en Afrique. Il a exhorté chaque état africain à s’y engager notamment au niveau universitaire tout en relevant que l’un des gros défis reste la qualité de la connexion internet. « L’expertise existe en Afrique mais il faut lever les verrous « , a-t-il analysé avant d’annoncer la création d’une agence spatiale ivoirienne après l’installation du super calculateur de Bingerville utile au traitement des données satellitaires. Toutefois, a-t-il dit, rien n’était encore précis pour cette agence spatiale encore à l’étape de projet.
Des cas pratiques sont exhibés au cours de ce forum. Le chef du village d’Assinie Babineha, Nana Tano a témoigné des bienfaits de l’initiative Gmes And Africa. Il a expliqué comment le programme Gmes and Africa a sauvé la pêche dans sa localité. Selon lui, les terres et les zones humides avaient été cédées par les populations pour les besoins du tourisme principale activité à Assinie. Cette activité a contribué à détruire la mangrove et à déloger les poissons devenus rares.

« La population locale s’est appropriée le programme GMES AND AFRICA.
Il y a aussi une nappe fréatique qui vient de notre zone et qui dessert une grande partie de la population d’Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Cette nappe était aussi touchée sans que nous le sachions par l’action de l’homme sur la mangrove. Le programme GMES AND AFRICA nous a donc permis de mieux comprendre tous ces phénomènes et nous permet de sensibiliser nos populations à la protection de nos zones humides », a conclu le chef.

Pour ses résultats obtenus dans la conduite de sa mission, Dr Tidiane Ouattara, l’expert ivoirien en charge du programme Gmes and Africa a reçu une distinction de la commissaire de l’Union africaine chargée de l’éducation, de la science, de la technologie et de l’innovation, Pr. Sarah Anyang Agbor.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires

1 commentaire sur “Observation de la terre/ Le 2e Forum Gmes and Africa fait le bilan à Abidjan

  1. C’est bien beau tout cela, mais dans un pays comme le notre, l’essentiel du combat contre tous ces fléaux peut se faire avec des agents au sol si nos populations sont mieux informées et mieux armées,
    La plupart de nos parents et de l’ensemble des Ivoiriens, ne voient pas l’importance de la faune, du flore et de l’écosysteme dans notre pays .
    Demandons á un Ivoirien; a quoi sert un arbre ?. Quelles sont les utilités des arbres, des animaux, des eaux… ?. Quelles sont les sources de la formation des nuages entrainant les pluies…? . Quelles sont les dangers et les sources de la pollution de l’air… ?.. Tres peu d’Ivoiriens pourront donner des réponses exactes.

Comments are closed.