Who’s who 2021 – Russel Lohoré annonce de grosses têtes…Dominique Ouattara, Guessend, Edwige Levry…

Dans le top des perles rares…

Ils sont au total 92 têtes d’affiche dévoilées depuis le 1er décembre au cours d’une soirée à l’hôtel Pullman. Des politiques, des dirigeants d’entreprises, des financiers, des leaders de la société civile, des hommes de culture, des arts et lettres. Bref, des sommités qui font bouger la Côte d’ivoire ou qui font parler d’elles dans leur sphère professionnelle.

Si certaines de ces têtes ne sont pas toujours connues du grand public parce que loin des médias et des spots light, grâce à Russel Michel Lohoré, elles sont désormais à la lumière. Dans un magazine annuel, le Who’s who in Côte d’ivoire qui est à sa 3e édition.

On y retrouve le président actuel de la Côte d’Ivoire Alassane Ouattara et ses prédécesseurs Konan Bédié et Laurent Gbagbo en bonne place mais également le premier ministre Patrick Achi, le leader du Fpi Affi N’guessan, le fondateur de Lider Koulibaly Mamadou pour ce qui est des hommes politiques.

Parmi les têtes grises, les lauréats viennent souvent de l’école américaine. Edwige Levry Robinson qui est vice-présidente senior chez T-Mobile, deuxième opérateur de téléphonie mobile aux États-unis ou encore Jil-Alexandre N’Dia cofondateur de weblogy, éditeur d’Abidjan.net en sont les exemples. Edwige Levry, jeune femme ivoirienne, est partie d’Abobo pour se retrouver aux États-unis où elle a étudié avant de décrocher un emploi chez un gros opérateur mobile. Elle n’exclut pas de mettre son expérience au service de son pays dans une vidéo projetée lors de la soirée.
Isabelle Guessend est quant à elle, à la tête d’Athena Shipping, une société maritime. Un secteur qui compte très peu de femmes et elle encourage ces dernières à s’y intéresser.


Le directeur général du Bnetd Coulibaly Kinapara qui ne fait pas beaucoup de vbruit, formé à l’école française (Polytechnique Paris) puis aux États-unis et Tidjane Thiam, financier ivoirien de renommée internationale font leur entrée dans le précieux document, genre de Panthéon ivoirien.
Russel Lohoré n’a pas omis la première dame de Côte d’ivoire Dominique Ouattara dont les actions dans le social et l’humanitaire ne se comptent plus. La fondatrice de Children of Africa est également à la tête du Fafci, un fonds doté de plus de 25 milliards destiné au financement des projets portés par des femmes.

Il s’agit par ce document unique en son genre, a dit l’éditeur Lohoré, de dédier un hymne à l’excellence, de placer haut le savoir-faire ivoirien. « Le Who’s who in Côte d’ivoire est, plus qu’un livre, un support qui a pour vocation de valoriser chaque année, l’excellence ivoirienne », a-t-il commenté.
Les lauréats tels Siriki Sangaré, opérateur immobilier, la notaire Bitty Kouyaté ont loué l’idée noble de Michel Russel Lohoré de rassembler dans un magazine, ce que la Côte d’ivoire compte de meilleurs. Fabrice Sawegnon de Voodoo communication, a promis sa collaboration pour révéler encore plus de talents cachés.

SD

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires