Un tribunal sud-africain ordonne le retour de Zuma « malade » en prison

Un tribunal sud-africain a décidé que l’ancien président Jacob Zuma devait être renvoyé en prison, affirmant que sa libération conditionnelle pour raisons médicales était « illégale ».

Le temps qu’il a passé hors de prison ne devrait pas être déduit de sa peine de 15 mois, a estimé le tribunal de Pretoria, ont indiqué les juges.

Zuma a été libéré le 5 septembre pour un problème de santé tenu secret.

Il avait été emprisonné pour ne pas avoir assisté à une enquête sur la corruption pendant sa présidence.

L’homme de 79 ans s’est rendu à la police en juillet après une impasse publique, mais son emprisonnement, sans précédent pour un ex-président, avait déclenché de violentes manifestations et des pillages.

Plus de 300 personnes, principalement dans le bastion de Zuma dans la province du KwaZulu-Natal, sont mortes lors des manifestations.

L’ancien dirigeant n’avait témoigné qu’une seule fois lors de l’enquête sur l’accusation principale selon laquelle les décisions du gouvernement étaient prises au nom d’intérêts commerciaux dans le cadre d’une relation corrompue.

Zuma fait également face à un procès séparé pour corruption et fraude lié à un accord sur les armes à la fin des années 90.

Zuma a déclaré à plusieurs reprises qu’il était victime d’un complot politique.


Les autorités pénitentiaires affirment que sa libération conditionnelle a été imposée par un rapport médical, mais sa maladie n’a jamais été divulguée.

Il a cependant subi une intervention chirurgicale après son incarcération.

Le porte-parole de l’ancien président avait déclaré à l’époque que l’incarcération avait eu « un impact exponentiel en termes de détérioration de son état ». Ses avocats ont également soutenu que la maladie de leur client l’avait rendu incapable.

Le principal parti d’opposition sud-africain, l’Alliance démocratique, qui faisait partie de la contestation judiciaire contre la décision de libérer Zuma de prison, a salué la décision de mercredi.

« C’est une grande victoire pour l’état de droit et le principe d’égalité devant la loi », a déclaré son leader John Steenhuisen.

La Haute Cour de Pretoria a statué que la décision du chef du service correctionnel Arthur Fraser, un allié connu de Zuma, de libérer l’ancien dirigeant sous condition médicale était « révisée, déclarée illégale et annulée ».

Les avocats représentant Zuma ont fait appel de l’ordonnance du tribunal, il n’y a donc aucune perspective immédiate de son retour en prison.

Avec BBC Africa/Anglais

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires