Journée internationale des migrants / Les syndicats et l’OIM veulent des actes concrets à la place des mots

La Côte d’Ivoire n’est pas restée en marge de la célébration du 70 ième anniversaire de l’organisation Internationale pour les Migrations (OIM). Prévue pour être célébrée chaque 18 Décembre, c’est finalement ce mardi 21 Décembre 2021, que la Plateforme des Centrales Syndicats sur la Migration – Côte d’Ivoire , s’est manifestée à travers un point de presse. Il s’agit pour ladite Plateforme de délivrer le message du Directeur général de l’OIM, Antonio Vitorino.

Bien avant le message dudit directeur, la plateforme a fait savoir que quelques difficultés minent encore la plateforme. Il s’agit entre autres, de la régularisation des travailleurs migrants pour que ceux-ci soient à l’aise dans l’exercice de leur fonction. Car selon M. Tanoh Honorat, Coordonnateur de la Plateforme des Centrales Syndicats sur la Migration – Côte d’Ivoire, les migrants participent activement au développement du pays.


Enfin, il a plaidé auprès de l’Etat de Côte d’ivoire pour la ratification de la convention sur la migration. << Nous voulons à travers cette journée inviter les États à ratifier la convention pour que les travailleurs migrants soient à l’aise pour participer au développement du pays. ils contribuent au développement économique du pays et nous savons qu’ils sont un pan entier de cette économie. Nous venons aussi montrer à tous les travailleurs migrants que les centrales syndicats sont leurs organisations>> a-t-il exhorté.

Avant de clore ses propos, M. Tanoh a annoncé qu’une caravane d’information sur les activités aura lieu dans les zones d’Abidjan pour inviter les migrants à adhérer au syndicat. Ce point de presse a pris fin par la lecture du message par Mme Traoré N’gouan Marie Jeanne. Message dans lequel le directeur général de l’OIM Antonio Vitorino exhorte les gouvernements à passer des mots à l’action et de tenir compte des migrants quel que soit leur statut juridique dans leurs plans de relèvement économique et social.

F.D

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires