Que retenir des messages de fin d’année des politiciens en Côte-d’Ivoire ?

J’ai pu suivre comme tout le monde les différents discours qu’ils ont appelés “Message à la nation à l’occasion du nouvel an. Le Président de la République a parlé de projets de développement déjà réalisés, en cours de réalisation, et ceux à venir. Il a aussi parlé de ce qu’il a fait et de ce qu’il compte faire au cours de l’année 2022. En un mot il a plus parlé de développement et du bien être social. A l’inverse, les autres leaders politiques, eux, ont parlé de dialogue politique, de réconciliation, de paix sans un mot de développement. Ils ont insisté sur la politique sans d’ailleurs aller en profondeur. Pour moi, il ne s’agit pas ici de dire qui a bien parlé ou qui a mal parlé. Chacun s’est exprimé selon ses vœux, ses souhaits, ce qu’ils estiment prioritaires pour le pays.

Mais moi, en tant que membre de la société civile, j’ai constaté que les discours de ces leaders politiques n’ont pas la même consonance. Du moins sur un seul point: la paix chacun selon son style. Tous ont parlé de paix mais différemment. Le discours du Président est plus complet sauf qu’il n’a pas libéré tout le monde comme on le souhaitait. C’est normal il est au pouvoir. Les opposants ont parlé en mettant l’accent sur le côté faible du Président, la réconciliation et la paix. Pour le Président cela va de soi. Un pays développé, un pays où chacun vit bien, un pays sécurisé est un pays de paix, c’est un pays où règne la réconciliation, on a pas besoin d’un décret pour ça. La différence ici c’est la libération des prisonniers politiques et militaires des guerres passées.


Dans les deux camps, on sent un intérêt de voir le pays être redressé. C’est quoi l’intérêt du pays? La paix mais aussi le développement et le bien être. Peut-on parler de l’un sans l’autre? Non. On parle tous de la paix mais différemment. Soit. Qu’est ce qu’il faut retenir de ces discours? Chacun s’abrite derrière son agenda caché tout comme lors du dialogue politique à venir. Le Chef de l’Etat n’en parle pas parce que ce n’est pas dans son agenda alors que les autres en font leur agenda politique, leur raison d’exister. Voilà ce qui se passera demain quand ils vont aller à leur dialogue politique. Ils ne s’entendront pas et joueront tous au cache-cache comme toujours et les élections à venir seront encore une catastrophe .

Nous au CND, Conscience Nationale pour le Développement, nous aurions souhaité que le Président de la République libère tout le monde y compris ceux qu’il appelle les prisonniers de crimes de sang. Ces gens ont assez duré en prison. Ils ont dû apprendre beaucoup des erreurs qui leur sont reprochées. Il y a un temps pour faire la guerre et un temps pour la paix. Nous devons quitter la belligérance pour de bon. Le discours du chef de l’État aurait eu toutes mes faveurs s’il y avait inclus dans son discours les prisonniers de crimes de sang.

Les opposants ne sauraient plus que dire et il s’en sortirait très victorieux, lui le chef de l’État. Mais hélas, les choses se sont passées autrement. La paix est le préalable à tout développement dit on. J’appelle au Chef de l’État de mettre balle à terre et de rassembler tous les fils et filles du pays pour une véritable réconciliation. Il s’en sortira grand vainqueur de toutes les façons. L’opposition depuis bientôt quinze ans est en position de faiblesse, j’en appelle donc le président de la République à ne pas écouter les va-t-en guerre de son camp et à faire la paix et la réconciliation avec tout le monde, avec ses 80 ans bien remplis. Il a le pouvoir avec lui-même au-delà de l’année électorale 2025.

Bonne et heureuse année à toutes et à tous.

Dr. Charles Koudou, Administrateur de la Santé

Consultant indépendant en Santé et Développement, USA, Fondateur de la Société Civile CND: Conscience Nationale pour le Développement www.cnd1.org contact@cnd1.org koudoucharles@gmail.com charleskoudou@facebo

Commentaires facebook

Publié par La Rédaction

Laisser un commentaire