Ouattara ne veut pas rendre les rapports d’audits publics mais promet « d’accentuer la lutte contre la corruption en 2022 »

C’est l’un des grands paradoxes des années de gouvernance Ouattara en Côte-d’Ivoire. Alors que les Ivoiriens et Ivoiriennes sont toujours dans l’attente de publications des différents rapports d’audits ayant épinglé coup sur coup des pontes de la coalition RHDP [port de San Pedro, Hôtel ivoire etc], le Chef de l’État, lui, promet accentuer la lutte contre la corruption. Un discours maintes fois entendus chez ses prédécesseurs, sans que cela ne se traduise réellement dans la pratique. Comment peut-on accentuer la lutte contre la corruption alors que ceux-là mêmes qui sont épinglés, sont protégés par leurs amis politiques et se la coulent douce sans sanctions ? (Sylvie Kouamé)

Photo: Hilaire Lamizana épinglé par des audits

Ouattara promet d’accentuer la lutte contre la corruption en 2022

La lutte contre la corruption et la promotion de la bonne gouvernance sont inscrites au rang des priorités du gouvernement en 2022, a annoncé le président de la République, Alassane Ouattara dans son message de nouvel an à la Nation, vendredi 31 décembre 2021.


«Notre troisième priorité pour 2022 est la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption. Après les importants progrès réalisés dans tous les domaines de la vie socio-économique de notre pays depuis 2011, nous devons promouvoir davantage la culture de la bonne gouvernance et la transparence dans la gestion des affaires publiques, pour le bien-être de nos populations », a déclaré M. Ouattara.

Il a relevé que d’importantes actions entamées en 2021 ont produit des résultats probants, précisant qu’elles seront poursuivies.

Le chef de l’Etat a appelé les Ivoiriens à “bâtir une conscience nationale imprégnée des valeurs d’intégrité, d’équité, et d’un sens élevé de la responsabilité dans la conduite des affaires publiques”.

Pour y parvenir, Ouattara a annoncé l’instauration, à partir de 2022, d’un prix portant sur la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption.

“Ce prix favorisera l’éclosion de cette conscience nationale qui prône le respect des deniers publics, la recherche de l’excellence, et qui place l’intérêt de la Nation au-dessus de tout”, a-t-il justifié, précisant que cela doit se traduire par “un véritable changement de mentalité et de comportement”.

La Côte d’Ivoire est classée 104 sur 180 pays en matière de corruption, selon l’ONG Transparency international, sur l’indice de perception de la corruption de 2021.

(AIP)

Bsp/ask

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires