Les pluies hors-saison en Côte-d’Ivoire ne favorisent pas que la grippe, ils profitent aussi aux agriculteurs

Les pluies hors-saison en Côte-d’Ivoire que les experts attribuent au réchauffement climatique de la terre, ne causent pas que des ennuis de santé avec leurs lots de milliers d’Ivoiriens grippés, ils profitent aussi aux cultures dont celle du cacao.

Une deuxième semaine consécutive de pluie légère et de vents doux dans les régions productrices de cacao en Côte d’Ivoire pourrait être une bonne nouvelle pour la mi- récolte d’avril à septembre, indiquent les agriculteurs.

Le premier producteur mondial de cacao est dans sa saison sèche qui s’étend de la mi-novembre à mars lorsque les averses se font rares. Toute pluie pendant cette période peut bénéficier aux cultures.

Un vent saisonnier connu sous le nom d’Harmattan souffle la poussière du Sahara entre décembre et mars, réduisant l’humidité et la lumière du soleil.

Les agriculteurs de tout le pays ont indiqué s’attendre à une récolte saine en avril. La récolte diminuerait probablement vers la fin du mois avant de reprendre en février et mars.


« Si le temps reste clément jusqu’à la fin du mois, de nombreuses plantes survivront jusqu’à la mi- récolte », a déclaré Kouassi Kouamé, qui exploite une ferme dans la région occidentale de Soubré, où 10 millimètres (mm) de pluie sont tombés les deux dernières semaines, 3,0 mm au-dessus de la moyenne quinquennale.

Conditions favorables
Des conditions également favorables ont été signalées dans les régions de Divo, où les précipitations étaient supérieures à la moyenne, Agboville, où les pluies étaient légèrement inférieures à la moyenne, Abengourou, où les précipitations étaient inférieures à la moyenne.

Même dans la région centre-ouest de Daloa et dans les régions centrales de Bongouanou et Yamoussoukro, où les pluies ont été faibles la semaine dernière, les agriculteurs ont affirmé qu’ils s’attendaient toujours à récolter plus de haricots le mois prochain par rapport à la même période l’an dernier.

« De nombreuses fleurs se sont transformées, nous nous attendons donc à avoir plus de haricots en février que l’année dernière », a déclaré Célestin Brou, qui cultive près de Daloa, où 0,5 mm de pluie est tombé la semaine dernière, 1,4 mm de moins que la moyenne.

La température moyenne hebdomadaire variait de 27,5 à 30,2 degrés Celsius.

Sylvie Kouamé avec Reuters

Connectez-vous à votre compte facebook pour laisser/voir les commentaires